Actualités

Actus

WhatsApp, usage désaccordé

L’accord portant sur l’accompagnement de la transformation numérique chez Orange a pour enjeu de garantir la bonne utilisation des outils numériques, tout en préservant le respect de vie privée et le droit à la déconnexion. Il protège notamment les salariés des pratiques intrusives potentielles provenant de leurs managers, de leurs collègues ou d’eux mêmes. Les personnels ont d’ailleurs la possibilité d’avoir un bilan quantitatif individualisé ou collectif des usages numériques. Ce bilan permet à la Direction de diagnostiquer les volumes d’emails, et d’utilisation de Skype entreprise ou de Plazza, ainsi que les surconsommations ou une utilisation anormale de ces outils, notamment le soir et les week-ends, afin de lancer des plans de prévention.
Mais ces principes ne valent que si ce diagnostic est mesurable par l’entreprise, ce qui n’est pas le cas de WhatsApp. Car contrairement à Skype Entreprise, il n’est pas référencé dans la cartographie du Système d’Information du Groupe Orange. C’est pourtant avec cet outil que les personnels et leurs managers interagissent de plus en plus, en particulier dans les domaines clients (boutiques, centres d’appels commerciaux et d’assistance technique) et réseau (UI). Bien que la popularité de cette plateforme pour sa simplicité d’usage et son aspect convivial ne soit pas à démentir, se pose toutefois le moyen de contrôle et de sécurité de cet outil par l’entreprise, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
C’est pour cela que FOCom a alerté la Direction d’Orange quant à l’utilisation de WhatsApp lui demandant d’adapter l’outil à l’usage interne et d’édicter des règles claires d’utilisation et de sécurité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Orange Bank : et quoi pour le personnel ?

A un mois du lancement d’Orange Bank, nouvel axe de diversification de la transformation numérique d’Orange, les salariés sont impatients de connaitre les conditions particulières qui leur seront réservées. «On proposera tout ce que les banques font aujourd’hui d’utile, plus si possible, et sans les contraintes…» a déclaré Stéphane Richard dans une interview à La Tribune. Forte de ce postulat, FOCom attend donc d’Orange une exemplarité dans son offre aux salariés. Outre la gratuité du package de base proposé à tout client, nous ne voulons au moins une somme créditée à l’ouverture du compte ainsi que des conditions préférentielles sur les services optionnels payants à venir, tels que crédit et assurance.
Autant de mesures propres à encourager les salariés à assumer leur rôle attendu d’ambassadeurs engagés et convaincus.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

PDE pour tous : une prise en charge exemplaire

Le Plan de Déplacement Entreprise vise à développer les modes de transports alternatifs à la voiture individuelle (émettrice de gaz à effet de serre) pour les trajets domicile – lieu de travail et professionnels. Il répond à une logique de développement durable et de diminution de l’empreinte carbone liée aux activités et aux déplacements. Ses bénéfices doivent être à la fois économiques, sociaux et environnementaux.
A Orange SA, le PDE était jusqu’alors négocié Direction Territoriale par Direction Territoriale. Il couvrait le personnel des DO et des Divisions du périmètre géographique concerné. FOCom demandait une négociation nationale afin d’homogénéiser et de tirer vers le haut les acquis. Cette négociation nationale vient d’être obtenue.
Nous allons pouvoir revendiquer des mesures qui iront au-delà des obligations réglementaires. En effet un accord PDE ne doit pas seulement être un simple rappel de celles-ci.
Pour répondre aux attentes des personnels d’Orange, FOCom exigera lors de cette négociation :
– La prise en charge par l’entreprise de 100% des frais d’abonnement à un service public de transport collectif ou de location de vélos.
– La mise en œuvre de l’Indemnité Kilométrique Vélo.
– L’extension d’une participation financière à l’achat de 4 roues propres, électriques ou hybrides.
– La mise en œuvre de mesures compensatoires pour le personnel obligé à utiliser son véhicule personnel parce qu’il est soumis à des horaires individuels et individualisés exigés pour les nécessités de service (par exemple salarié d’une boutique en périphérie d’agglomération qui n’a plus de transport en commun à partir de 20H et dont la solution de covoiturage n’est pas possible).
Bien entendu l’accord qui sortira de cette négociation doit inclure ou permettre de mettre en œuvre des mesures spécifiques répondant aux situations locales particulières (agglomérations, territoires ruraux, côtiers, insulaires, montagneux…)

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page