Handicap

Le TPSH3 et les mesures égalité prorogés

La dernière séance de négociation pour le nouvel accord Handicap a eu lieu le 7 janvier. Il sera proposé à la signature des organisations syndicales à partir du 18 janvier. Nous avons obtenu des avancées très significatives par rapport aux propositions initiales faites par l’entreprise. Alors que l’entreprise ne souhaitait n’avoir aucun engagement chiffré sur les personnes en situation de handicap, le futur accord prévoit 125 recrutements en CDI au minimum sur 3 ans et le recrutement à minima de 200 alternants. Les budgets spécifiques pour les aménagements de postes et besoins des salariés en situation de handicap sont maintenus à l’identique. Enfin nous avons obtenu le renouvellement de l’ensemble des formules TPSH 3 ans pour la période de l’accord alors que la Direction souhaitait la disparition du dispositif. La bataille a été rude mais nous avons obtenu des mesures dignes pour les personnes en situation de handicap.
Concernant l’égalité professionnelle, l’accord de 2018, est prorogé jusqu’au 31 décembre 2021, ce qui permet de maintenir les mesures en faveur de l’égalité que nous avons obtenues lors de la précédente négociation. La négociation reprendra à partir de juin dans un contexte, qui nous l’espérons, sera plus propice.

3 décembre journée internationale des personnes handicapées

Depuis 1992, la journée internationale des personnes handicapées, créée à l’initiative de l’ONU, est célébrée chaque année le 3 décembre à travers le monde. Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle. S’appuyant sur de nombreuses décennies de travail des Nations Unies dans le domaine du handicap, la Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée en 2006 et ratifiée par la France en 2010, a fait progresser les droits et le bien-être des personnes handicapées.
Mais pour FO, en cette journée internationale des personnes handicapées, le constat reste amer en France quant à l’accès, l’insertion et le maintien en emploi des travailleurs en situation de handicap. Bien que le nombre de personnes handicapées qui travaillent augmente chaque année, leur taux de chômage reste le double du tout public.
C’est pourquoi FO affirme qu’il nous faut plus que jamais être en capacité de défendre et d’accompagner les salariés en situation de handicap.
 
Voir le communiqué  de presse.

Deux RDV sur le handicap

HANDICAP

Jeudi 3 décembre : journée mondiale des personnes handicapées avec pour but de changer le regard, sensibiliser aux différentes formes de handicap et rappeler l’engagement du Groupe et des salariés en faveur de l’inclusion et de l’emploi des personnes en situation de handicap.

Jeudi 10 décembre à 15h00 : Handi’Digital Défis (piloté par MIH) émission live TV interactive à distance sur le thème du handicap liée aux actualités et sensibilisation aux situations de handicap & préjugés avec  pour thème : Adaptation et résilience – les situations de handicap en situation de confinement. Y intervient Anne Montgermont, experte en sciences comportementales – Confinement / déconfinement, quels effets sur ma vie au travail en tant que salarié en situation de handicap ? Et comme grand témoin Dorine Bourneton, marraine de la Fondation Antoine de Saint Exupéry pour la Jeunesse et 1ère femme en situation de handicap, pilote de voltige aérienne au monde.

Nous rappelons que pour FOCom la situation des salariés handicapés est un sujet prioritaire 365 jours par an. Et s’il est toujours utile d’en parler, c’est encore mieux que l’entreprise prenne les mesures concrètes  pour l’emploi, les conditions de travail, l’égalité… Nous espérons que la direction satisfera les revendications que nous avons exposées lors de la négociation. Négociation pour le moment interrompue dans l’attente d’une réponse au courrier intersyndical envoyé le 16 novembre à Stéphane Richard.

Le handicap, un sujet prioritaire 365 jours par an

HANDICAPLa Semaine Européenne pour l’Emploi des Personnes Handicapées (SEEPH), fixée du 16 au 22 novembre, est traditionnellement l’occasion de relancer un certain nombre de messages et d’actions pour soutenir l’emploi des personnes en situation de handicap.
Pour FO, il est important de porter une attention particulière aux salariés en situation de handicap et des salariés aidants, afin que :
– des critères et mesures qui prennent en compte les spécificités de ces catégories de personnel soient inscrits dans les différents accords collectifs ;
– certaines modalités soient bonifiées (congé de reclassement, indemnité de mobilité…).

Sur ces sujets, et pour tous les aspects de la vie au travail et dans les activités sociales, la présence et l’action des référents handicap FO est une nécessité.
Pour nos référents handicap FO, la condition des salariés en situation de handicap est un sujet prioritaire 365 jours par an.
Retrouvez les revendications de notre Confédération concernant les salariés en situation de handicap en cliquant sur le lien de la vidéo : les revendications de FO pour les salariés handicapés.

Et, concernant Orange, nous sommes en attente de la réponse de Stéphane Richard à notre courrier inter syndical faisant suite à la situation de blocage de la négociation en cours. Voir notre inFOhandicap.

inFOhandicap de novembre 2020

HANDICAPLiberté, égalité dans le parcours professionnel aussi !

Dans son rapport publié au premier semestre 2020, le Défenseur des droits pointe, pour la troisième année consécutive, le handicap comme première cause de discrimination en France ; avec un taux de chômage des personnes en situation de handicap de 19 % (soit le double du taux de chômage de la moyenne nationale), les discriminations liées au handicap se produisent dans un tiers des cas dans le domaine de l’emploi, qu’il soit public ou privé. A l’occasion de la semaine européenne pour l’emploi des personnes en situation de handicap du 16 au 22 novembre, FO rappelle que tout salarié doit avoir le choix d’évoluer dans son activité, se réorienter, se former, changer de lieu de travail, de lieu d’habitation… Un choix pour TOUS, que l’on une ait une RQTH (Reconnaissance de Qualité Travailleur Handicapé) ou non, aidant ou non.

L’accord handicap à Orange : où en sommes-nous ?

L’ouverture de la négociation et la finalisation de l’accord devait se réaliser au premier trimestre. En raison de la crise sanitaire, la négociation a été suspendue pendant tout le premier semestre. Elle a repris en septembre avec pour objectif d’aboutir à un accord d’ici la fin de cette année. Nous nous attendions à ce qu’Orange soit en phase à ses principes d’entreprise socialement responsable, réaffirmés dans son plan stratégique Engage 2025. Concrètement nous espérions de sa part une attitude volontariste et des objectifs ambitieux, notamment chiffrés en termes de recru-tements de salariés en situation de handicap.

La direction a refusé de se donner des objectifs clairs, chiffrés et en phase avec ses engagements affi-chés dans l’entreprise et à l’extérieur. Elle est restée arc-boutée sur sa volonté de faire des économies pré-textant de la crise sanitaire alors que les résultats de l’entreprise sont bons. Elle se satisfait des résultats passés qu’elle estime suffisants. En fin de négociation, et comme indiqué dans le courrier de l’ensemble des OS représentatives envoyé le 16 novembre à Stéphane Richard, elle se contentait d’annoncer comme objectif 80 recrutements de personnes en situation de handicap versus 150 pour l’ac-cord précédent. Elle abandonne le chiffrage du budget destiné à l’insertion et au maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap. Enfin la direction propose la fin du dispositif de TPSH au 31 décembre 2022 alors que l’accord couvre la période 2021 - 2023 et surtout que cette proposition est en contradiction avec l’annonce faite par le DRH Gervais Pellissier, lors de la multilatérale sur l’emploi du 10 novembre en présence de Stéphane Richard, de reconduire le TPSH sur 3 ans.

À ce jour, la négociation est suspendue. Nous attendons des réponses concrètes et satisfaisantes de la direction.

FOCom revendique :

  • des engagements de recrutements au moins équivalents à ceux de l’ancien accord, soit 150 CDI et 360 alternants en 3 ans,
  • la réactivation du TPSH-5 et des formules existantes de l’ancien accord et ce sur toute la période du nouvel accord soit de 2021 à 2023,
  • une politique incitative afin que l’accord soit appliqué partout sur tout le territoire, ce qui n’est pas le cas actuellement,
  • une revalorisation des montants minimums de rémunération lors du TPS à savoir 2.436 € brut mensuels correspondant à l’indice terminal II.1,
  • l’étalement de l’indemnité de départ sur toute la période du TPSH et non pas en une seule fois à la fin de celui-ci,
  • un budget chiffré d’insertion et de maintien dans l’emploi en hausse,
  • des moyens en ETP pour les correspondants handicap au niveau local et national pour exécuter correctement leur mission,
  • la généralisation de la remise de la médaille du travail, si le salarié le souhaite, en y associant une prime équivalente à un mois de salaire (prime exempte de charges sociales pour l’entreprise),
  • la mise en place de formations spécifiques avec une impulsion et un suivi par les responsables formation et les correspondants handicap,
  • le traitement de la discrimination dans un accord spécifique. En effet, ce sujet dépasse le seul cadre de la question du handicap,
  • la création de commissions locales de suivi de l’accord,
  • enfin, la création d’un push mail envoyé tous les 6 mois par l’entreprise pour rappeler les différentes mesures existantes, l’ouverture du dialogue sur ces sujets lors des EI et une meilleure visibilité de Handicapaction dès la page d’accueil d’Anoo.

FOCom cherche à aboutir à un accord ambitieux sur le sujet du handicap, qui soit digne d’une entreprise comme Orange.

Lire l’inFOhandicap de novembre 2020