Actualités

Actus

Orange et l’alliance Blockchain France

blockchainOrange, Atos, Suez ou encore Docaposte ont décidé de se regrouper pour former l’Alliance Blockchain France aux côtés d’autres entreprises, d’universitaires et d’institutions publiques. La blockchain est une technologie informatique innovante qui permet aux participants d’un réseau de valider par consensus des échanges et des transactions, sans faire intervenir d’organe central. Elle pourrait s’appliquer à de nombreux domaines, dont l’IoT (internet des objets), où elle répond à des enjeux de sécurité, de traçabilité, de contrôle des données, de validation des communications Machine to Machine (…).  L’Alliance Blockchain France, dirigée par Antoine Maisonneuve, responsable du programme chez Orange Business Services, vise à déployer une infrastructure commune, « qui s’ouvrira progressivement à tous les industriels et administrations françaises souhaitant bénéficier des avantages de la blockchain ». La blockchain aurait la capacité de permettre des gains importants de productivité et favoriserait l’interopérabilité européenne.

Pour FOCom, cela représente une innovation dans l’enregistrement et la distribution de l’information, mais il faut également poser un cadre juridique sur la responsabilité et la régulation. Une réflexion européenne doit également être menée sur les implications éthiques de cette technologie : l’accès, le contrôle, le développement des rapports de force… Quant aux impacts sur l’emploi, il est certain que la blockchain exige des compétences rares et convoitées. Orange devra s’attacher à « soigner » son e-réputation pour attirer et surtout conserver ces talents.

Indemnités télétravail : fin de non-recevoir

indemnité télétravailLe 3 juin, les organisations syndicales ont adressé un courrier revendicatif à Christel Heydemann portant sur la renégociation de l’avenant à l’accord télétravail. Le courrier de réponse de la directrice générale, daté du 14 juin, souligne que « la négociation télétravail est arrivée à son terme après douze séances d’échanges » et appose une fin de non-recevoir à nos revendications sur la revalorisation des montants de l’indemnité télétravail.

Alors que le pouvoir d’achat pourrait connaître en 2022 sa deuxième plus forte baisse en trente ans, FOCom dénonce un mépris du dialogue social et une décision indigne d’une entreprise du CAC 40 qui a le devoir de se montrer socialement exemplaire. Quoi qu’il en soit FOCom ne lâche rien et continue de militer pour faire valoir les intérêts des salariés.

Souffrance au travail et inaptitude

inaptitude d’un salariéSuite à la déclaration d’inaptitude d’un salarié, l’employeur peut rompre son contrat de travail en cas d’impossibilité de lui proposer un emploi de reclassement, de refus de l’emploi proposé ou de dispense expresse de recherche de reclassement par le médecin du travail. Toutefois, si l’origine de cette inaptitude est consécutive à une souffrance au travail, le salarié peut contester la validité de son licenciement. En effet, selon l’arrêt de la Cour de cassation du 1er décembre 2021 « l’employeur doit prendre les mesures de prévention nécessaires à la sécurité et à la santé de ses travailleurs. Lorsqu’il est informé d’une situation de souffrance au travail, il doit également prendre les mesures propres à faire cesser la situation à l’origine de cette souffrance. A défaut, si la souffrance engendre au moins pour partie une inaptitude, le licenciement qui en découle est dépourvu de cause réelle et sérieuse ».

Au regard des résultats de l’enquête triennale sur le stress et les conditions de travail ainsi que des rapports des médecins du travail, les niveaux de souffrance au travail chez Orange sont alarmants, avec le risque d’augmentation du volume des inaptitudes. FOCom attend de l’entreprise une vraie transparence sur le volume et la nature des inaptitudes, partielles ou totales, ainsi qu’une analyse pluridisciplinaire de toutes les situations individuelles.

Alerte santé et sécurité au travail !

santé et sécurité au travailUn collègue de la DO Grand Nord-Est a mis fin à ses jours le 10 juin. Son épouse a fait parvenir à la CSSCT concernée un courrier faisant état de sa souffrance au travail. Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Ce nouveau drame (4 autres cas de suicides ou tentatives de suicide auraient été recensés depuis début 2022) nous renvoie à la période la plus noire pour notre entreprise : la crise sociale à France Télécom. C’est pourquoi, lors de la séance du Comité Social et Economique Central d’Orange du 14 juin, la délégation FOCom a donné lecture d’une déclaration préalable qui dénonce des conditions de travail anxiogènes, générant de la souffrance pour les salariés.

Nous avons obtenu que la direction s’engage à ce que l’analyse de ce drame soit menée dans un souci permanent de transparence, de confidentialité et dans la dignité qui est due à la famille et aux proches, et ce tout au long de l’enquête paritaire, jusqu’à la restitution des conclusions de cette enquête. FOCom est mobilisé pour obtenir la protection de l’ensemble des salariés et exige des actions immédiates de la part des dirigeants de l’entreprise, conformément à la responsabilité légale d’employeur, en matière de santé et sécurité au travail.

[Lire le tract : Alerte Santé et Sécurité au Travail !]