Actu générale

FO soutient les étudiants

Depuis près d’un an, la crise sanitaire a bouleversé la vie de l’ensemble de la population. La situation est particulièrement difficile pour les travailleurs qu’ils soient en activité partielle, en télétravail ou en première ligne. Mais les travailleurs ne sont pas les seuls à subir cette crise. Les étudiants, en « distanciel » quasi-permanent depuis des mois, sont nombreux à souffrir d’isolement et sont plongés dans une grande précarité. Depuis le début de la crise, selon les organisations étudiantes et lycéennes, près d’un étudiant sur six a arrêté ses études. Beaucoup sont en détresse psychologique. Les syndicats d’étudiants demandent la réouverture des facs pour tous et un droit au rattrapage afin de restaurer l’égalité entre les étudiants. Ils réclament également un véritable plan de lutte contre la précarité étudiante avec notamment une hausse immédiate des bourses et des aides au logement.
FO apporte son soutien aux organisations étudiantes et à l’ensemble des étudiants qui se mobilisent pour défendre leurs conditions de vie et d’études. Et appelle le gouvernement et les pouvoirs publics à prendre en compte leurs demandes afin de leur redonner des perspectives d’avenir.

Baisses d’impôts : cadeaux sans frais ou levier de croissance ?

La baisse de l’impôt sur les sociétés représentera pour l’ensemble des entreprises en France 3,7 milliards en 2021 après une baisse de 2,5 milliards l’année dernière. Sous réserve de modifications budgétaires, une baisse supplémentaire de 8,2 milliards interviendra en 2022. Notre Confédération continue à exiger que ces « aides » fiscales soient subordonnées à des engagements concrets en termes d’investissement et d‘emploi et qu’elles soient destinées aux entreprises en difficulté plutôt qu’à celles qui ont suffisamment de cash pour distribuer de confortables dividendes.
Orange va continuer à bénéficier de la baisse de l’impôt sur les bénéfices. Son taux d‘imposition passera ainsi de 31% à 27,5% en 2021 et 25% en 2022. FOCom estime que l’entreprise doit se montrer exemplaire et utilise ces réductions d’impôts pour embaucher, investir et améliorer les conditions de travail et la reconnaissance des salariés.

Bonne année

Nous la laissons derrière nous, cette année 2020. Loin derrière nous ? Pas vraiment… Car le monde d’après ressemble étrangement au monde de maintenant, voire d’avant. Mais bien malin qui peut dire ce que sera notre route quand l’incertitude gouverne selon le vent et le courant. FOCom s’est efforcée de vous informer via cette newsletter hebdomadaire. Nous espérons vous avoir intéressés. Ce qui est certain c’est notre satisfaction d’avoir pu honorer sans faille notre rendez-vous du lundi. Et que nos militants aient continué tout au long de 2020 à porter vos revendications, défendre vos droits et vous accompagner dans les conditions difficiles que nous connaissons. Nous allons poursuivre ce travail contre vents et marées, avec enthousiasme et sincérité. Si vous n’êtes pas encore adhérent de FOCom et que vous souhaitez nous rejoindre, nous vous accueillerons avec plaisir. Et, quoi qu’il en soit, nous vous souhaitons à toutes et tous le meilleur pour l’année 2021.

Une décennie pas difficile pour tout le monde

Entre 2009 et mi-2020, les milliar­daires français ont vu leur fortune augmen­ter de 439 % jusqu’à peser 443 milliards de dollars au total, selon une étude UBS/PwC. La fortune des milliar­daires améri­cains, pendant ce temps, n’a augmenté « que » de 170 %. Bernard Arnault, le patron de LVMH, est ainsi le 4ème homme le plus riche du monde (devant Mark Zucker­berg), avec une fortune esti­mée à 109 milliards de dollars, selon l’index Bloom­berg des milliar­daires. Tandis que Françoise Betten­court est toujours la femme la plus riche de la planète, et 12ème au clas­se­ment géné­ral. Et le patrimoine du fondateur de Free, Xavier Niel, a été multiplié par 70 en dix ans.