Emploi

Multilatérale emploi avec Stéphane Richard

ICONEemplois

Le rendez-vous annuel sur l’emploi avec Stéphane Richard a eu lieu ce mercredi 10 novembre en conférence téléphonique. La direction a confirmé une baisse globale des effectifs, un peu trop forte selon elle dans les équipes opérationnelles et pas assez dans les équipes support. Ce qui la conduit à envisager des modalités de départs anticipés différenciés. Pour la direction, fini le TPS qui recueillait pourtant un beau succès et est toujours très attendu. Bien sûr FOCom continuera à défendre le TPS avec l’ensemble de ses formules.
Bonne nouvelle tout de même, le DRH nous a assuré que le TPSH serait reconduit pour les 3 prochaines années. Autre bonne nouvelle : le Conseil d’État a validé la semaine dernière les décrets d’application du dispositif PPCR à Orange. FOCom a demandé la date de mise en œuvre des nouvelles grilles indiciaires : les fonctionnaires l’attendent avec impatience ! En revanche, nous n’avons obtenu aucun engagement chiffré pour le recrutement alors que la direction prévoit elle-même un déficit de 2 155 à 3 850 emplois en CDI entre les besoins et les effectifs sur la période 2020 et 2022, déficit qui dégrade les conditions de travail. De nombreux chantiers sont annoncés sur la répartition de l’emploi, le recrutement de jeunes, de femmes et de personnes vulnérables. A n’en pas douter, nous devrons nous battre, avec votre soutien, en particulier dans les instances et les négociations à venir pour préserver nos droits et nos acquis. Voir la déclaration de FOCom.

FOCom revendique 4 000 recrutements en CDI… de suite

courbe ascendanteSelon les chiffres de la direction elle-même, c’est-à-dire incluant une politique de sous-traitance que nous contestons, à l’horizon 2022 le déficit entre les besoins et ressources prévus est compris entre 2. 155 et 3.850 ETPCDI sur l’UES.  Et les besoins sont supérieurs aux ressources quels que soient le domaine métier et le bassin d’emploi.
L’hémorragie continue :
Sur la période 2020/2022, le nombre des départs estimé sur l’ensemble de l’UES se situe entre 10.580 et 11.135. Le plus fort impact est pour Orange France avec une baisse en moyenne de 8.420 ETPCDI à l’horizon 2022, soit 79,6 % des départs de l’UES.
Que ce soit pour les conditions de travail, la qualité du service rendu ou la transmission des savoirs on ne peut se satisfaire d’un déficit permanent des effectifs. Pour FOCom il est urgent de recruter a minima 4.000 CDI.

Pour des embauches supplémentaires

Une tribune d’engagement pour la jeunesse, parue dans la presse le 16 juillet 2020 a été signée par 24 DRH d’entreprise dont La DRH d’Orange. C’est l’opportunité pour FOCom de rappeler l’engagement d’Orange, au sein de l’accord intergénérationnel que nous avons signé : accueillir 4.000 alternants en moyenne de 2019 à 2021 et transformer 2.150 alternants par an en CDI, avec reprise d’ancienneté de tous les contrats antérieurs dans le groupe. De plus, la nouvelle aide de l’État, accessible également aux entreprises de plus de 250 salariés, entraîne en effet un coût quasi nul avec 5.000 euros pour les apprentis mineurs et 8.000 euros pour les apprentis majeurs. Nous incitons donc l’entreprise à ne pas se contenter du minimum légal de recrutement à 5% et à réaliser un effort  d’embauches supplémentaires.

Chiffres de l’emploi à Orange – fin 2018

FOCom déplore une nouvelle érosion des effectifs. En 2018, les CDI actifs (80 441) ont baissé de 3,6 %, et ceux en ETPCDI (67 819) de 4,5% (-5% si on exclut l’intégration d’Equant en pro-format), soit -3 181 ETPCDI. La force au travail interne (69 791 ETP) a diminué de -5,5 %.
Tous les bassins d’emploi sont en diminution, avec un pic pour les bassins Est, Normandie-Centre et Nord qui perdent cette année encore plus de 6% d’effectifs CDI.
Nous déplorons également une augmentation de la sous-traitance qui atteint 30% : +2,7 % hors FTTH (23 660 soit 26%), +15% pour le FTTH (5 820).

Autres éléments notables :
– Le taux de féminisation est de 36,7 %.
– L’âge moyen CDI est de 49,1 ans.
– 6 293 sorties définitives CDI, portées majoritairement par 5 563 retraites.
– 1 698 recrutements externes en CDI à fin 12/2018 (versus 1 544 en 2017 et 2 124 en 2016).
– Temps Partiel Sénior (TPS) = 14 320 salarié(e)s, versus 15 136 en 2017 (-13,1 %).
– Temps Partiel Aidé (TPA), mécénat de compétences = 1884 salarié(e)s, versus 1 334 en 2017.
– 69 867 ETP internes : -5,5% versus fin 2017 (72 539). Rappel 2016 (76 792 ETP).
– 698 ETP en intérim : +12,5% versus fin 2017 (618). Rappel 2016 (604 ETP).
– 23 659 ETP en sous-traitance (hors réseau FTTH) : +2,7 % versus fin 2017 (23 481 ETP).
– 4 273 contrats d’alternance (3 073 apprentis + 1 200 contrats de professionnalisation), soit -3% versus fin 2017 (4 391). Rappel fin 2016 : 4 771.
– 2 116 conventions de stage (2 343 fin 2017, 2 286 fin 2016).
– 9,4% des salariés ont bénéficié d’une promotion (9,5 % en 2017), ce qui représente 7 528 salariés (7 960 en 2017, 7 116 en 2016). Le taux de féminisation des bénéficiaires est de 37,4 %.
– 6 546 mobilités (7 881 en 2017, 8 207 en 2016).
– 19 032 salariés sont à temps partiels (-10,9%) dont plus de 3/4 sont dans les dispositifs senior (-17,8 %).

A propos de l’échec des négos chômage

FO déplore l’échec des négociations lié à l’entêtement du patronat de refuser le bonus malus, système qui aurait permis de lutter contre la précarité des contrats courts et de responsabiliser les entreprises.
Notre priorité étant de sauvegarder les droits des demandeurs d’emploi et des salariés précaires, trop souvent des femmes et des jeunes à temps partiels avec un faible salaire.
Cette négociation était malgré tout mal engagée dès le départ au vu de la lettre de cadrage demandant des économies irréalisables de l’ordre de 3,9 mds d’euros en 3 ans.
FO est particulièrement préoccupée, à l’aune d’une reprise en main par le gouvernement de l’assurance chômage, par l’avenir de l’indemnisation des demandeurs d’emploi et l’incertitude de la volonté réelle de celui-ci de mettre en place le bonus-malus.