Orange

Le réseau cuivre en perdition ? Pas une fatalité !

Lors de son intervention devant la Commission des affaires économiques mi septembre, Stéphane Richard avait reconnu une dégradation du réseau cuivre (affectant 600 000 clients !) suite à une série d’orages durant l’été et au fléau récurrent des vols de câbles. Plus grave, il a déclaré qu’il serait presque impossible d’entretenir ce réseau vétuste dont l’essentiel a été construit entre 1976 et 1978 et qui représente 30 millions de paires de cuivre, 21 000 nœuds de raccordement, 1 million de kilomètres d’artères, pour moitié en souterrain et pour moitié en aérien, et 15 millions de poteaux. Pour lui « les problèmes de qualité seront de plus en plus importants. Et ce sera un vrai défi de gérer en parallèle la montée en puissance de la fibre et ses investissements, et en même temps le maintien de la qualité du cuivre ». Pour FOCom il n’y a pas de fatalité. Délégataire du service universel, Orange doit permettre un accès de qualité au téléphone et à l’ADSL encore utilisé par 20,1 millions de Français. L’entreprise doit y mettre les moyens en renforçant l’emploi dans les UI au lieu de les vider. Et les autorités l’y aider au lieu de l’affaiblir par une régulation imbécile et des sanctions inappropriées.

Conditions de travail : la direction dans le déni

Lors de la multilatérale Orange France du 5 octobre, en réponse à nos alertes concernant la dégradation des conditions de travail et du climat social dans de nombreux services, Fabienne Dulac a prévenu : « Nous ne sommes pas en crise sociale et soyons vigilants à ne pas faire de la surenchère. C’est notre responsabilité collective de bien diagnostiquer.” Le problème est que le diagnostic ne peut pas être partagé avec une direction campée dans le déni parce que obsédée par les économies à réaliser sur la masse salariale pour satisfaire les actionnaires. Ce sont les faits et il n’y a de surenchère ni de notre part ni de la part des professionnels de la santé lorsque nous dénonçons par exemple la situation des boutiques. Fabienne Dulac estime que le problème provient essentiellement de l’incivilité croissante des clients et qu’il ne faut pas hésiter à déposer des mains courantes. Analyse et solution qui ont l’avantage de ne pas mettre en cause les choix de l’entreprise : fermetures de boutiques et baisse des effectifs peuvent continuer! Nous pensons quant à nous qu’ils sont pour beaucoup dans le mécontentement des clients qui doivent faire des kms pour trouver une boutique et attendre 14:19 mns en moyenne pour être servis. Et qu’outre les relations avec les clients difficiles qui en résultent, le manque de personnel, la surcharge de travail et une reconnaissance insuffisante sont les principales causes de l’insatisfaction des salariés.

A la traîne pour la 5G

A force de couper dans ses budgets R & D, les opérateurs européens (ou les équipementiers, sauf peut-être Nokia)  sont à la traine s’agissant de la 5G, les États-Unis et l’Asie faisant la course en tête. Cette 5G, commercialisée cette semaine pour la prochaine fois par Verizon, autorisera des débits multipliés par 100, et permettra de réduire à zéro le temps de latence (réponse du réseau). D’après une prévision européenne, la 5 G pourrait rapporter en Europe 113 Mds€ de bénéfices, en 2025, dont plus de la moitié (42,2 Mds€) dans l’automobile (voiture autonome).

Côté français, la feuille de route de Sébastien Sorriano reste dans le tempo européen : “une consultation au mois d’octobre pour définir les modalités d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs et un appel d’offres qui pourrait avoir lieu dans environ un an, à la mi-2019… on se situe dans un calendrier proche de celui de nos voisins européens”. Tout va pour le mieux madame la marquise, le Grand Régulateur veille !

Première pierre de Bridge à Issy les Moulineaux

bridge
FOCom y était… espérant (et nous oeuvrerons pour !) que ce nouveau lieu qui accueillera 3000 salariés ne sera pas seulement digital mais qu’il sera, aussi et avant tout, au service de l’humain offrant des conditions de travail optimales au personnel. RDV en principe dans 2 ans pour l’installation…

Orange à nouveau sanctionnée sur le marché entreprise

La fin de l’année arrive, l’État a besoin de boucler son budget. Alors (c’est quasiment devenu une habitude) les autorités se préparent à infliger une nouvelle amende à Orange. L’ARCEP a ainsi ouvert une procédure de sanction visant les conditions dans lesquelles Orange laisse ses concurrents accéder à ses réseaux pour desservir leurs clients entreprise. Pourtant le marché entreprise est le seul où les résultats de notre Groupe sont mauvais avec une baisse de 98 Millions €. Et ce malgré sa position ultra dominante avec 70% de parts de marché.
C’est qu’il s’agit d’un marché compliqué vers lequel aucun opérateur ne se précipite : Bouygues prépare l’ouverture de sa fibre aux opérateurs tiers… pour la fin de l’année. Pour Free l’arrivée sur le marché entreprises, prévue initialement en 2020, n’est plus une priorité. Et, depuis 2 ans, pour ouvrir le marché en s’appuyant sur les réseaux des autres opérateurs dont celui d’Orange, l’ARCEP a tenté de lancer, sans grand succès, Kosc un opérateur de gros chargé de revendre des lignes de fibre optique clefs en main à des opérateurs tiers.
Sanctionner au nom de la concurrence sur un marché où personne ne veut aller s’apparente à une spoliation pure et simple.