Orange

Stéphane Richard en tête du top 10 des patrons qui ont le mieux communiqué pendant la crise sanitaire

Ce classement réalisé par APCO Worldwide, cabinet indépendant de conseil en communication et en affaires publiques, se base sur différents critères : impact quantitatif et qualitatif, activité et présence dans la presse et sur les réseaux sociaux, engagements pris au nom de l’entreprise, mesures mises en oeuvre (primes, dons, ou baisse des rémunérations des dirigeants par exemple).

Pour expliquer la première place du PDG d’Orange, le cabinet souligne sa popularité sur les réseaux sociaux (notamment sur Twitter), le fait qu’il n’utilise pas la langue de bois, son omniprésence dans les médias et qu’“Orange fait partie des 10 entreprises félicitées par Bercy pour la réduction des délais de paiement auprès de ses fournisseurs”. Et qu’il ne porte pas de cravate quand il s’exprime dans les médias, gage de proximité et d’ancrage avec les codes de la société d’aujourd’hui…

Dans « la com » l’image compte en effet beaucoup, ce qui en montre la futilité et les limites. Quoi qu’il en soit, nous estimons que les engagements ne doivent pas être pris à la légère et être respectés. Aussi appelons-nous Stéphane Richard à tenir son engagement de ne pas recourir à la solidarité nationale c’est-à-dire au chômage partiel. Et de faire ainsi preuve de sa sincérité quant au maintien du pouvoir d’achat des salariés. Il ne s’agit plus de com mais de confiance, et elle « se gagne en gouttes et se perd en litres ».

Résultats du T1 : en progression malgré la crise sanitaire

Les résultats financiers d’Orange au premier trimestre, publiés ce jour, montrent la très bonne résistance de l’entreprise en ces temps de crise : le chiffre d’affaires du Groupe est en hausse de 1% et l’EBITDAal de 0,5%. Même si il n’y a eu que deux semaines de confinement au premier trimestre, on voit bien que l’impact de la crise est très limité.

Les grandes tendances préexistantes se confirment, avec une croissance du CA tirée par la zone Afrique-Moyen-Orient (+ 6,2%). Toutes les zones, y compris la France (+ 0,5%) et OBS (+ 0,8%), sont en croissance. Seule l’Espagne (- 2,4%) est en difficulté mais c’était déjà le cas avant la crise du Covid. La vente d’équipements est évidemment en baisse du fait du confinement. Le fixe traditionnel en France et le legacy OBS poursuivent logiquement leur décroissance. Les investissements (e-Capex) sont ralentis du fait de la crise et cela explique en partie la hausse du cash-flow opérationnel (+ 6,8%). Comme on le voit, les tendances fondamentales positives persistent pour l’instant. Les effets de la crise seront probablement plus sensibles au second trimestre mais tout indique que l’activité des télécommunications, et du numérique en général, est porteuse d’avenir et sortira renforcée de cette période douloureuse.

Ces bons résultats pour Orange sont le produit des efforts considérables fournis par les personnels du Groupe dans cette situation exceptionnelle. Ils comptent légitimement sur la juste reconnaissance de leur engagement. FOCom porte leur voix sans relâche auprès de la Direction.

Objectifs financiers 2020 : « pas de déviation significative »

Dans le communiqué de presse d’Orange du 17 avril, Stéphane Richard, Président-Directeur Général du Groupe déclare : « Sur la base des éléments disponibles à ce jour, Orange ne prévoit pas de déviation significative par rapport à ses objectifs financiers pour l’exercice 2020 mais reste attentif à l’évolution de la situation. L’importance prise par les télécoms pendant cette crise pour assurer le fonctionnement de l’économie et de nos sociétés confirme le caractère stratégique de nos activités. En tout état de cause, l’engagement collectif de nos salariés, notre solidité financière ainsi que nos plans d’actions permettront à Orange de faire face à cette crise exceptionnelle ».

Ce diagnostic rejoint nos analyses. Orange ne fait pas partie des entreprises menacées par la crise et n’avait donc aucun besoin réel de recourir aux ordonnances de la loi d’urgence pour imposer une remise en cause des droits des personnels. Dans un contexte où les télécommunications sont reconnues comme une ressource critique et où les personnels ont fait preuve d’un engagement sans faille, la Direction n’aura pas non plus de raison valable de jouer l’austérité dans les négociations salariales à venir. Nous saurons le lui rappeler.

Réseau mobile 5G : déploiement prévu pour juillet

l’ARCEP vient de confirmer que les quatre grands opérateurs, à savoir Orange, Bouygues Telecom, Free Mobile et SFR, sont candidats pour obtenir un bloc de fréquences sur la bande 3,4/3,8 Ghz. L’organisme attribuera les précieuses fréquences au mois de juin 2020, et le réseau 5G devrait ainsi être lancé dès juillet. Selon l’ARCEP : « A son lancement, la 5G sera avant tout une 4G améliorée. » Elle offrira tout de même un débit environ dix fois plus élevé que notre 4G actuelle. « Une étape importante doit être franchie autour de 2022, avec la 5G dite stand alone, qui apportera des fonctions de gestion intelligente du réseau et une interactivité en temps quasi-réel ».
Outre-mer, le réseau mobile 5G devrait être lancé à La Réunion d’ici environ un an et d’ici environ deux ans à la Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et dans les autres territoires.
Pour profiter d’un réseau mobile 5G, il faudra non seulement se situer dans une zone couverte, mais aussi disposer d’un smartphone compatible avec ce réseau nouvelle génération.

Résultats d’Orange, objectifs atteints, revendications maintenues !

Lors de la présentation des résultats 2019, Stéphane Richard s’est félicité : « Au regard du contexte de marché très concurrentiel, 2019 a été une année réussie pour Orange. Nous affichons un chiffre d’affaires et un EBITDAaL en croissance, et en accélération au 4ème trimestre. Le plan Essentiels 2020 s’achève donc sur la confirmation de la pertinence de notre stratégie axée sur la supériorité de nos réseaux, la richesse de nos services et la qualité de notre relation clients ». Il a également souligné qu’ « Orange a réduit ses émissions de CO2 de 5.4% par rapport à l’année dernière et ce, alors même que les usages digitaux explosent sur nos réseaux. Orange est bien lancé pour tenir ses engagements environnementaux d’ici 2025.» Il a également souligné que « Forts de ces résultats positifs et grâce à des investissements maîtrisés et à une meilleure efficacité opérationnelle, nous allons améliorer la guidance sur le Cash-Flow Organique en 2020. Ce sera la première année de notre nouveau plan Engage 2025. Guidé par notre raison d’être, il va nous permettre de relever de formidables défis et de nous doter d’une croissance durable. » En revanche, il n’a rien dit pour remercier le personnel tandis que  le communiqué de presse confirme un dividende à 0,70€ par action pour 2020, avec le versement en décembre d’un acompte de 0,30€ et prévoit, sur la période 2021-2023, un dividende annuel de 0,70€ a minima, « sans exclure une hausse éventuelle en lien avec l’accélération de sa trajectoire de cash-flow organique. »

Le personnel ne saurait être oublié ! FOCom revendique des mesures conséquentes de reconnaissance pour le personnel qui a permis d’atteindre ces résultats et auquel il est demandé un engagement toujours plus important. Alors que la négociation salariale va débuter nous continuons plus que jamais à exiger le 13ème mois en plus des mesures salariales et de rattrapage. Ainsi qu’une prime immédiate de performance pour tous et un plan d’attribution d’actions gratuites pour atteindre 10 % du capital détenus par les salariés (ambition évoquée par Stéphane Richard en 2016).