Election CA 2021

La position défendue par l’élu FOCom sur l’emploi

Nous avons perdu 100 000 emplois à Orange depuis 2000. La déflation constante des effectifs et les nouvelles organisations du travail telles que le Flex Office permettent de réaliser des économies au détriment des personnels en dégradant les conditions de travail et le climat social.

Entre 2020 et 2022, la direction évalue qu’il y aura encore environ 7 000 ETPCDI en moins. L’hémorragie continue donc avec une accentuation de la sous-traitance et de la filialisation. Ainsi, depuis plusieurs années, les fermetures de boutiques Orange s’enchaînent à un rythme effréné, tout comme le transfert de ces boutiques de la maison-mère vers la filiale GDT (Générale De Téléphone) dont la convention collective, les salaires et les parts variables sont moins-disants. Les chiffres sont sans appel : en 2012, le réseau de distribution Orange comptait 1 123 boutiques au niveau national, dont 572 détenues par la maison mère qu’il n’en restera plus que 542, dont 219 en filiale, à fin 2021. Cette orientation stratégique, à visée purement économique, a déjà entraîné la fermeture de plus de la moitié des enseignes Orange, au détriment d’une proximité avec notre clientèle dans un environnement pourtant ultra concurrentiel.

FOCom dénonce cette politique de l’emploi qui fait peser une pression énorme sur les salariés en place victimes du déficit permanent entre les besoins et les emplois et dégrade la qualité de service.

Nous réaffirmons notre exigence de conserver et de (ré)internaliser l’ensemble de nos activités. Il faut protéger l’emploi, le statut et développer la transmission du savoir. Orange doit recruter massivement en CDI pour faire face aux objectifs et aux enjeux stratégiques de demain.

Télécharger le PDF [La position défendue par l’élu FOCom sur l’emploi]

La position défendue par l’élu FOCom sur les dividendes
et la rétribution des salariés

Malgré ses bons résultats, l’entreprise confirme le programme d’efficacité opérationnelle Scale-Up d’un milliard d’euros. La moitié portera sur les frais généraux et de personnels. Cela implique une nouvelle saignée dans les charges de personnel et une pression accrue sur la productivité aggravant encore les conditions de travail. Il s’agit là d’un choix qui n’est nullement inéluctable pour FOCom.

Dans le même temps, le dividende 2021 remonte à son niveau d’avant crise à 0,70 euro par action. Quant à la manne de 2,2 Mds liée au remboursement d’impôt décidé par le Conseil d’État à Orange, 550 millions seront consacrés à la transformation opérationnelle, autant pour les réseaux et 480 millions pour une distribution exceptionnelle de 20 centimes par action.

À FOCom, parce qu’il ne peut y avoir de performance économique sans performance sociale, nous exigeons que la direction réévalue sa politique de reconnaissance des compétences et qualifications.

C’est particulièrement justifié au regard des adaptations demandées aux salariés pour réaliser les transformations de l’entreprise. En effet, les salariés sont les vrais créateurs de richesse. Cela justifie notre exigence d’un changement radical de politique en baissant les dividendes au profit de l’investissement, de l’emploi et des salaires.

Nous attendons également un geste fort : une Attribution Gratuite d’Actions en plus de l’ORP actuelle (qui ne concerne que les salariés qui pourront acheter des actions) l’ensemble devant être d’un montant équivalent à l’effort consenti pour le dividende exceptionnel, soit 480 millions d’euros. Cela permettrait aux salariés de franchir enfin la barre des 10 % dans le capital d’Orange afin d’avoir un poids plus significatif dans les décisions de notre entreprise.

Télécharger le PDF [La position défendue par l’élu FOCom sur les dividendes et la rétribution des salariés]

La position défendue par l’élu FOCom sur la recherche
et l’innovation

Nous dénonçons depuis plusieurs années :

  • la dilution d’activités spécifiques d’Orange Innovation dans d’autres entités du Groupe, ce qui fait craindre son démantèlement,
  • la diminution du budget Recherche et Innovation qui est passé de 862 M€ en 2009, à 643 M€ en 2020, soit une chute de 25,4 % en 11 ans,
  • l’accroissement de l’activité dite « Delivery » au détriment de l’Anticipation qui subit une baisse de son budget de 16,2 % en 2020 et aux dépens de la Recherche qui voit son budget diminué de 4,5 % en 2020,
  • l’externalisation de missions et activités aux Orange Labs étrangers qui entraîne un dumping social, les salaires et les droits sociaux y étant moins-disant qu’en France.

La recherche et l’innovation sont des activités clefs pour le développement et le rayonnement d’Orange.

Nous réaffirmons notre exigence de conserver et de (ré)internaliser l’ensemble de nos activités. Il faut protéger l’emploi, le statut et développer la transmission du savoir. Orange doit recruter massivement en CDI pour faire face aux objectifs et aux enjeux stratégiques de demain.

Télécharger le PDF [La position défendue par l’élu FOCom sur la recherche et l’innovation]

La position défendue par l’élu FOCom sur les stratégies relatives aux infrastructures réseaux au sein du CA

Le réseau cuivre constitue toujours un actif essentiel pour l’accès à la téléphonie fixe et internet. Sa fin est pourtant inéluctable. Les pouvoirs publics ont opté pour le « tout Fibre » et Orange investit massivement dans son déploiement. Néanmoins, le réseau cuivre a besoin d’être entretenu pour des raisons de qualité de service, économiques et d’image de marque. L’État n’a pas renouvelé les contrats de service universel avec Orange mais en tant qu’opérateur historique, et malgré la fin de ses obligations, Orange a en charge cette responsabilité.

Héritier du service public, Orange doit permettre un accès de qualité au téléphone et à l’ADSL, encore utilisés par 20,1 millions de Français, et contribuer ainsi à l’égalité numérique. L’entreprise doit y mettre les moyens en renforçant l’emploi dans les UI et en ré internalisant les activités stratégiques ou sensibles, et notamment le système d’information et l’exploitation de notre réseau.

Le cuivre représente une part très importante des ressources d’Orange en France, en particulier pour la division WIN qui s’occupe de la vente en gros et du dégroupage auprès des autres opérateurs. Les enjeux de transformation actuels portent à la fois sur les réseaux et sur leur commercialisation afin de trouver de nouvelles ressources en remplacement. Pour WIN, Orange Concession va permettre de continuer à développer la fibre en zone rurale.

Nous devons acquérir des capacités dans les zones RIP où nous ne sommes pas présents. En effet, Orange ne disposera plus que de 55 % du réseau d’où l’importance de conserver sa capacité d’intervenir sur l’ensemble du territoire.

Télécharger le PDF [La position défendue par l’élu FOCom sur les stratégies relatives aux infrastructures réseaux au sein du CA]

La position défendue par l’élu FOCom sur les enjeux environnementaux au sein du CA

La croissance du numérique est un défi environnemental qu’il convient de relever de la meilleure façon pour qu’Orange reste un opérateur leader sur le terrain écologique et pour son image auprès du grand public. Le numérique est à la fois un défi et une opportunité pour l’environnement.

FOCom veut s’assurer qu’Orange se donne pleinement les moyens de mettre en œuvre rapidement sa politique environnementale. Celle-ci doit s’appuyer le plus possible sur des énergies décarbonées (politique de réduction des émissions de CO², recours à l’électricité d’origine renouvelable, nouveaux réseaux éco-efficaces) pour atteindre l’objectif qu’elle s’est fixée à savoir être Net Zéro carbone en 2040.
Nous attendons également des actions plus volontaristes et ambitieuses afin de développer davantage le modèle d’économie circulaire pour les produits et services Orange.

Cela consiste à produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et le gaspillage des ressources dont celle des matériaux critiques (terres rares et métaux précieux) ainsi que la production des déchets. Les critères de choix des équipementiers sont aussi un facteur clé de la politique environnementale.

Nos fournisseurs doivent s’inscrire dans une politique de développement durable (fin de l’obsolescence programmée, matériel réparable et recyclable). Nous demandons qu’Orange aille plus loin dans ses engagements environnementaux et soit exemplaire en termes d’éco-responsabilité.

Télécharger le PDF [La position défendue par l’élu FOCom sur les enjeux environnementaux au sein du CA]