Handicap

3 décembre : journée internationale des droits des personnes handicapées

Cette journée internationale, créée à l’initiative de l’ONU en 1992, est l’opportunité de porter un regard sur l’emploi de ce public dans les entreprises françaises.
Une récente étude du ministère du Travail montre que la part des handicapés dans les effectifs du privé était de 3,5 % en 2019, sans changement depuis 2016, quand la loi en impose 6 % minimum !
Les discriminations à l’encontre des travailleurs handicapés sont encore trop nombreuses : le handicap restait, en 2020, pour la quatrième année consécutive, la principale cause de saisine du Défenseur des Droits. […]

Lire l’intégralité de notre communiqué

InFOhandicap de novembre 2021

Une personne sur deux connaîtra dans sa vie une situation de handicap,
durable ou réversible.
Personnes en situation de handicap ou aidants, nous sommes tous concernés !

Pour plus de liberté et d’égalité dans le parcours professionnel

À l’occasion de la rencontre avec le CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées) en décembre 2020, la Défenseure des droits a réaffirmé son engagement et sa volonté d’oeuvrer pour garantir l’effectivité des droits des personnes en situation de handicap, que ce soit en matière d’éducation, d’emploi, de logement, de santé, et de niveau de vie. En France, le handicap reste, pour la 4ème année consécutive, le premier motif de discrimination et totalise 21,2 % des saisines. En 2020, la crise sanitaire a davantage fragilisé l’accès aux droits puisqu’une hausse de 10 % des sollicitations a été enregistrée.
Selon l’AGEFIPH, à fin décembre 2020, 64 % des DEBOE (Demandeurs d’Emploi Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi) sont en chômage de longue durée (+5 points en un an) contre 50 % pour l’ensemble des publics. 129 000, soit plus d’1 DEBOE sur 4, sont inscrits depuis plus de 3 ans et leur nombre continue d’augmenter.
À l’occasion de la semaine européenne pour l’Emploi des Personnes en Situation de Handicap du 15 au 21 novembre, FO rappelle que tout salarié doit avoir le choix d’évoluer dans son activité professionnelle, se réorienter, se former, changer de lieu de travail… Un choix pour TOUS, que l’on ait une RQTH (Reconnaissance de Qualité Travailleur Handicapé) ou non.

À Orange : où en sommes-nous ?

InFOhandicap novembre 2021La politique d’insertion des personnes en situation de handicap constitue un enjeu de société et doit s’inscrire pleinement dans la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) à Orange. Les militants FOCom se mobilisent au quotidien pour soutenir l’emploi, améliorer l’accueil et les conditions de travail des salariés en situation de handicap. Pour rappel, le plan d’embauche de l’accord Handicap 2021-2023, dont FOCom est signataire, prévoit :

  • 3,6 % des personnes recrutées en CDI seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 125 CDI
  • 2,6 % des alternants accueillis seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 230 alternants

Pour FOCom, Orange qui se veut « socialement responsable », doit avoir une politique Handicap volontariste et ambitieuse en embauchant.

Télétravail et handicap

Le télétravail des personnes en situation de handicap exige des aménagements de postes spécifiques (interface numérique pour le sous-titrage des visioconférences par exemple) et un accompagnement renforcé afin de ne pas accroître le sentiment d’exclusion et d’isolement.
Au-delà de l’aménagement de poste (grands écrans pour les personnes malvoyantes, logiciels pour les personnes dyslexiques ou dyspraxiques, sièges de bureau adaptés…), un travailleur handicapé peut tout simplement avoir besoin de temps de pause plus réguliers que ses collègues et il est essentiel que tous ces aspects soient identifiés et pris en compte par l’entreprise.
Face aux difficultés pour se rendre sur son lieu de travail, à l’accessibilité limitée des transports en commun et de certains sites, le télétravail représente également un levier pour l’égalité. Toutes ces pratiques quotidiennes de la vie professionnelle peuvent parfois s’apparenter à un parcours du combattant pour une personne en situation de handicap.
Pour FOCom, le télétravail permet ainsi de limiter les contraintes liées aux déplacements, de réduire la fatigue, d’être dans un environnement connu et adapté, et permet aux personnes en situation de handicap de travailler davantage d’égal à égal.

Reconduction du TPSH – 1er février 2021 au 1er janvier 2024

Initialement, l’entreprise avait annoncé un TPSH portant uniquement sur la 1ère année de l’accord. FOCom a réitéré ses revendications et a obtenu la reconduction d’un TPSH identique au précédent accord.

Entrée Formules de TPSH accessibles Durée Temps de travail Rémunération Temps libéré Complément cotisation retraite
jusqu’au 1er janvier 2024 inclus TPSH 65 % 18 à 36 mois 50 % 65 % 28 mois Sur une base 100 %
TPSH 75 % 18 à 36 mois 50 % 75 % 16 mois
TPSH 80 % 18 à 36 (ou 24(1) mois) 50 % 80 % Néant

(1) Toutes les formules de TPSH sont ouvertes à la possibilité d’un mécénat de compétences (24 mois maximum).

Allons plus loin !

InFOhandicap novembre 2021 flèche

  • Chez Orange, des initiatives ont été prises pour favoriser l’insertion des personnes en situation de handicap et faire évoluer le regard face au handicap (management inclusif, mise en place d’actions de sensibilisation aux stéréotypes…). Néanmoins, le combat est loin d’être terminé et nous attendons une politique handicap exemplaire. FOCom revendique, entre autres :
  • Le respect de l’accord et des engagements de recrutements prévus sur l’ensemble du territoire,
  • Une réelle parité femmes/hommes en matière de recrutement de salariés en situation de handicap,
  • Une accessibilité des lieux et des environnements de travail sur l’ensemble des territoires,
  • Davantage de moyens afin de permettre aux corresponds Handicap de réaliser pleinement leur mission,
  • Un engagement fort pour l’égalité des chances et dans la lutte contre les discriminations.

Lire l’inFOhandicap de novembre

inFOhandicap de juin

Pour une politique handicap ambitieuse !

La France compte près de 12 millions de personnes en situation de handicap et, parmi elles, 18 % sont au chômage, ce qui représente près du double de la moyenne nationale. La politique d’insertion des personnes en situation de handicap constitue un enjeu de société et doit s’inscrire pleinement dans la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE) à Orange.
Les militants FOCom se mobilisent au quotidien pour soutenir l’emploi, améliorer l’accueil et les conditions de travail des salariés en situation de handicap. la politique d’insertion des personnes en situation de handicap constitue un enjeu de société et doit s’inscrire pleinement dans la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). Lors de la négociation de l’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations 2021-2023, l’entreprise s’est de nouveau retranchée derrière la crise sanitaire et les conséquences économiques à venir pour tenter de négocier un accord à la baisse. Dans un contexte on ne peut plus difficile, FOCom a défendu ses revendications sans relâche afin de conserver les acquis durement obtenus et obtenir de nouvelles avancées. FOCom a donc pris la décision de signer l’accord 2021-2023.

L’emploi à Orange pour les salariés en situation de handicap 

Le bilan annuel emploi 2020 présenté au CSEC en mai affiche seulement 23 recrutements de salariés en situation de handicap (versus 41 en 2019) pour un engagement de 150 dans l’accord handicap du 28 juin 2017.

Or, le plan d’embauche de l’accord handicap 2021-2023 prévoit :

  • 3,6 % des personnes recrutées en CDI seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 125 CDI
  • 2,6 % des alternants accueillis seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 230 alternants

Au regard des chiffres communiqués lors de la commission de suivi en mai, FOCom constate avec regret que la tendance à ne pas atteindre les objectifs se poursuit puisque seulement 6 personnes en situation de handicap ont été recrutées en CDI (2 CDI et 4 alternants) sur un total de 178 recrutements entre le 1er janvier et le 31 mars 2021. Dans un contexte aggravé par la crise sanitaire, l’entreprise, qui se veut « socialement responsable », doit rester exemplaire en embauchant.


FOCom revendique, entre autres :

                • Le respect des engagements de recrutements prévus dans l’accord,
                • Une réelle parité femmes/hommes en matière de recrutement de salariés en situation de handicap,
                • Des moyens suffisants pour permettre aux correspondants Handicap d’exécuter leurs missions,
                • Une politique incitative afin que l’accord soit appliqué sur l’ensemble du territoire, ce qui n’est pas le cas actuellement.

 

Télétravail et handicap

Selon l’Agefiph (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées), la limitation des interactions sociales, dans le cadre de la pandémie Covid-19, a lourdement pénalisé les travailleurs en situation de handicap.

Dans une enquête menée par l’Agefiph et l’IFOP, près de 45 % des travailleurs en situation de handicap se sont « sentis à l’écart » alors que ce taux n’est que de 33 % dans la population générale. L’isolement des personnes handicapées dans le monde du travail pourrait encore accentuer les clivages et accroître le sentiment d’exclusion. Plus que jamais, l’entreprise doit être vigilante et renforcer les actions de prévention afin de lutter contre l’isolement et les risques psychosociaux.

Lire l’inFOhandicap de juin 2021

Accord handicap et lutte contre les discriminations signé

FOCom a signé l’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations. Comme pour les accords précédents les négociateurs FOCom ont été moteurs dans cette négociation. Seule la CGC ne l’a pas signé. Dans un contexte difficile FOCom a défendu ses revendications sans relâche afin de conserver les acquis et obtenir de nouvelles avancées. Ainsi, la Direction accepte un chiffre minimum d’embauches identique à l’accord précédent ; soit 125 emplois en CDI avec un taux minimum de 3,6% et 230 alternants avec un taux minimum de 2,6%. Pour l’aménagement des fins de carrières, l’entreprise souhaitait au départ un TPSH uniquement sur la première année de l’accord, nous avons finalement obtenu une pérennité de 3 ans (le TPSH sera valide sur toute la durée de l’accord 2021-2023). Les principales mesures de l’accord précédent comme la formation, l’évolution professionnelle, le maintien dans l’emploi, la  valorisation des acteurs du handicap ont été maintenues voire même améliorées. FOCom a revendiqué et obtenu la création d’une commission de suivi spécifique sur la discrimination, en plus de la commission de suivi sur le handicap. FOCom veillera maintenant à ce que cet accord soit respecté sur l’ensemble du territoire.

inFOhandicap de janvier

FOCom signe l’accord 2021-2023

Pour FOCom, la politique d’insertion des personnes en situation de handicap constitue un enjeu de société et doit s’inscrire pleinement dans la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). Lors de la négociation de l’accord pour l’emploi et l’insertion des personnes en situation de handicap et la lutte contre les discriminations 2021-2023, l’entreprise s’est de nouveau retranchée derrière la crise sanitaire et les conséquences économiques à venir pour tenter de négocier un accord à la baisse. Dans un contexte on ne peut plus difficile, FOCom a défendu ses revendications sans relâche afin de conserver les acquis durement obtenus et obtenir de nouvelles avancées. FOCom a donc pris la décision de signer l’accord 2021-2023.

Le plan d’embauche

  • 3,6 % des personnes recrutées en CDI seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 125 CDI versus une proposition de l’entreprise, au début de la négociation, de 2,6 % et 0 emploi minimum.
  • 2,6 % des alternants accueillis seront des personnes en situation de handicap avec un minimum de 230 alternants (versus une proposition initiale de l’entreprise sans minimum). Orange s’engage à les recruter prioritairement en CDI.

Le TPSH

Initialement, l’entreprise avait annoncé un TPSH portant uniquement sur la première année de l’accord. FOCom a réitéré ses revendications afin d’obtenir un TPSH identique au précédent accord.

Entrée TPSH accessibles Durée Temps de travail Rémunération Temps libéré Complément cotisation retraite
jusqu’au 1er janvier 2024 inclus TPSH
– 65 %
18 à 36 mois 50 % 65 % 28 mois Sur une base 100 %
TPSH
– 75 %
18 à 36 mois 50 % 75 % 16 mois
TPSH
– 80 %
18 à 36 (ou 24(1) mois) 50 % 80 % Néant

(1) Toutes les formules de TPSH sont ouvertes à la possibilité d’un mécénat de compétences (24 mois maximum).

Autres dispositions de l’accord

  • 6 ASA handicap par an avec la possibilité de les prendre en demi-journées.
  • Maintien des dispositions relatives aux proches aidants via la plateforme « Mes proches et moi ».
  • Directions et CODIRS apparaissent dorénavant comme des acteurs principaux dans cet accord.
  • Correspondants handicap pour les établissements distincts : 1 ETP pour les établissements de plus de 6 000 salariés, 2 ETP pour les plus de 12000 et 0,7 ETP pour les moins de 6 000.
  • Création d’une commission nationale de suivi annuelle dédiée à la lutte contre les discriminations.
  • Maintien du budget annuel de 9,2 millions d’euros.

Dans cet accord, Orange s’est engagée à une meilleure prise en compte des particularités liées à la situation de handicap et à une sensibilisation auprès des services en charge de l’immobilier. FOCom a rappelé à la Direction que l’application de l’accord et l’implication de l’entreprise sur l’ensemble du territoire n’est pas une formule à la carte et nous serons attentifs au respect de l’accord. La lutte contre les discriminations et l’insertion des personnes en situation de handicap doivent être la priorité de tous.

Bilan handicap 2019, présenté en novembre au CSEC : où en sommes-nous ?

Emploi

  • Taux d’emploi direct UES : 6,40 % en 2019 (6,44 % en 2018). Taux minimum légal de 6 %.
  • Taux d’emploi lié au secteur protégé : 0,99 % en 2019 (0,92 % en 2018).
  • Taux d’emploi global périmètre UES : 7,38 % en 2019 (7,36 % en 2018).
  • Effectifs des travailleurs handicapés DOETH + IRILES (C3R) : 5 485 (-213 soit -3,7 %).
  • 36,6 % des salariés en situation de handicap travaillent dans le domaine Clients, 35,9 % en Innovation & Technologie, 16,5 % en fonctions support, 10,8 % en Accompagnement.
  • 82,7 % (+0.5) des travailleurs handicapés sont âgés de 46 ans et plus.
  • 44,1 % (+0.8) sont des femmes (taux de féminisation de l’UES : 37,8 %) et 55,9 % (-0.8) sont des hommes.
  • 24,7 % (-3.9) des salariés en situation de handicap sont en Bande C et 41,7 % (+1.4) sont en Bande D.

Programme d’embauche et d’accueil pour l’année 2019

  • 41 CDI recrutés externes (45 en 2018) pour 1 470 sur le périmètre UES (-267).
  • 29 CDD recrutés (53 en 2018).
  • 62 contrats d’alternance et stages (77 en 2018).

Développement professionnel au 31 décembre 2019

  • Taux d’accès moyen à la formation : 61,04 % (60,85 % en 2018) versus 83,5 % sur l’UES.
  • 368 promus (391 en 2018) soit un taux de promotion de 8,54 % versus 9,73 % sur l’UES.

Aménagement des fins de carrière

  • 95 salariés en situation de handicap sont entrés dans le dispositif TPSH en 2019 (78 en 2018).

Avec les multiples transformations des métiers et des organisations, les exigences en termes de compétences ne cessent d’évoluer, complexifiant davantage le quotidien des salariés en situation de handicap. Les projets actuels doivent garantir une bonne intégration en matière d’inclusion avec plus de moyens alloués aux formations/sensibilisations afin de lutter contre les stéréotypes. Enfin, FOCom demande à Orange d’assurer une réelle parité Femme/Homme en matière de recrutement de salariés en situation de handicap.

Lire l’inFOhandicap de janvier 2021