Jeunes

Syndicat : pas de désamour chez les jeunes

Selon la Direction de la recherche du ministère du Travail (Dares), seuls 5 % des moins de 35 ans adhèrent à une organisation syndicale, contre 11,2 % pour l’ensemble des salariés. Pourtant, une étude menée par quatre chercheurs (Agora débats/jeunesses 2019/2 N° 82montre que, malgré un faible taux de syndicalisation, les jeunes croient encore à l’action collective au travail. Ils sont même plus nombreux que leurs aînés à déclarer faire confiance aux syndicats (49 % contre 39 % pour les plus de 30 ans). Le principal frein à leur syndicalisation se trouve, on s’en doutait, dans leur plus grande exposition à la précarité.
Conscients de leurs difficultés et de leur histoire particulière, à FOCom nous avons constitué une comission « jeunes » qui accueille et accompagne les jeunes collègues d’Orange dans leur engagement syndical. Alors, n’hésitez plus, rejoignez FOCom !

Et les jeunes dans tout ça ?

triptyque-jeunes-2019Le savais-tu ?
FOCom a négocié et signé les accords « insertion des jeunes » en 2011, « alternance et stages » en 2012 et l’accord « intergénérationnel » en 2015 , puis en 2018.
Ces accords ont notamment permis ton embauche car ils intègrent des engagements de recrutements. Ainsi, dans le dernier accord, nous avons obtenu l’engagement qu’Orange :

  • réalise a minima 8000 recrutements externes en CDI sur la période 2018-2020 et au moins 2000 sur 2021;
  • accueille au moins 2 400 stagiaires chaque année et 4000 alternants en moyenne sur la période dont 2150 seront embauchés ;
  • recrute en CDI au moins 2000 stagiaires en recherche d’emploi à l’issue de leur formation au sein du groupe sur 2019-2021.

Télécharger le triptyque : Et les jeunes dans tout ça ?

Les vacances, pas un luxe !

Le staycation, contraction de stay et de vacation, décrit le fait de passer ses vacances chez soi. Un nouvel anglicisme pour masquer une triste réalité. Car, s’il existe quelques adeptes qui font le choix délibéré de passer leurs vacances à la maison, une majeure partie des staycationers le font faute de moyens. En effet un Français sur trois ne peut pas se permettre de partir en vacances : 22 millions dont 3 millions d’enfants ! Un scandale qui s’accentue avec la crise et la diminution des offres de vacances adaptées. Ainsi Jeunesse au plein air rappelle qu’en 2016, près de 900.000 enfants et jeunes sont partis « en colo » contre 2 millions au début des années 1980, et 4 millions au début des années 1960. D’où l’importance d’avoir de bons CE et, à l’instar d’Orange, un CCUES qui propose des prestations de qualité.