Réseau

Réseau cuivre oui, sanction non !

Les médias se sont fait l’écho de la mise en demeure d’Orange par l’Arcep de respecter son obligation de qualité de service sous peine d’une sanction pouvant atteindre jusqu’à 5 % de son chiffre d’affaires national (1 Md € est évoqué), voire 10 % en cas de récidive. En cause la dégradation progressive et significative en matière de téléphonie fixe. L’autorité impose des « paliers » à respecter trimestriellement. Sébastien Soriano, son président, a prévenu « Si l’injonction n’est pas traitée sérieusement, Orange est sanctionnable dès le début de 2019 ».
Il est exact que le réseau cuivre est difficile à entretenir avec 30 millions de paires de cuivre, 21.000 nœuds de raccordement, 1 million de kilomètres d’artères, pour moitié en souterrain et pour moitié en aérien, et 15 millions de poteaux.  Régulièrement victime de vols de câbles, ce réseau est vétuste (l’essentiel a été construit entre 1976 et 1978) et sensible aux intempéries. Pour autant, nous le réaffirmons, pour FOCom il n’y a pas de fatalité. Délégataire du service universel, Orange doit permettre un accès de qualité au téléphone y compris aux 20,1 millions de Français qui ont encore l’ADSL. L’entreprise doit y mettre les moyens en renforçant l’emploi dans les UI au lieu de les vider et en réinternalisant ce qui a toujours été notre cœur de métier. Et les autorités doivent l’y aider au lieu de l’affaiblir par une régulation imbécile et des sanctions inappropriées puisqu’elles affaibliraient la capacité d’Orange à investir.

Le réseau cuivre en perdition ? Pas une fatalité !

Lors de son intervention devant la Commission des affaires économiques mi septembre, Stéphane Richard avait reconnu une dégradation du réseau cuivre (affectant 600 000 clients !) suite à une série d’orages durant l’été et au fléau récurrent des vols de câbles. Plus grave, il a déclaré qu’il serait presque impossible d’entretenir ce réseau vétuste dont l’essentiel a été construit entre 1976 et 1978 et qui représente 30 millions de paires de cuivre, 21 000 nœuds de raccordement, 1 million de kilomètres d’artères, pour moitié en souterrain et pour moitié en aérien, et 15 millions de poteaux. Pour lui « les problèmes de qualité seront de plus en plus importants. Et ce sera un vrai défi de gérer en parallèle la montée en puissance de la fibre et ses investissements, et en même temps le maintien de la qualité du cuivre ». Pour FOCom il n’y a pas de fatalité. Délégataire du service universel, Orange doit permettre un accès de qualité au téléphone et à l’ADSL encore utilisé par 20,1 millions de Français. L’entreprise doit y mettre les moyens en renforçant l’emploi dans les UI au lieu de les vider. Et les autorités l’y aider au lieu de l’affaiblir par une régulation imbécile et des sanctions inappropriées.

A la traîne pour la 5G

A force de couper dans ses budgets R & D, les opérateurs européens (ou les équipementiers, sauf peut-être Nokia)  sont à la traine s’agissant de la 5G, les États-Unis et l’Asie faisant la course en tête. Cette 5G, commercialisée cette semaine pour la prochaine fois par Verizon, autorisera des débits multipliés par 100, et permettra de réduire à zéro le temps de latence (réponse du réseau). D’après une prévision européenne, la 5 G pourrait rapporter en Europe 113 Mds€ de bénéfices, en 2025, dont plus de la moitié (42,2 Mds€) dans l’automobile (voiture autonome).

Côté français, la feuille de route de Sébastien Sorriano reste dans le tempo européen : “une consultation au mois d’octobre pour définir les modalités d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs et un appel d’offres qui pourrait avoir lieu dans environ un an, à la mi-2019… on se situe dans un calendrier proche de celui de nos voisins européens”. Tout va pour le mieux madame la marquise, le Grand Régulateur veille !

Fermeture de Vaux Justice

Les dés sont jetés : A quand la fermeture du prochain site ?

La Direction de l’Unité d’Intervention Portes de Paris a consulté les élus du Comité d’Etablissement de la Direction Orange Ile De France le 19 juillet concernant la fermeture du site Justice à Vaux le Pénil.
Le bail arrive à échéance fin 2018. Ce projet concerne 72 occupants, dont 59 salariés de l’UI PP.
Ces derniers déménageront sur le site de Vaux Poincaré au cours du 4ème trimestre 2018.

Lire le tract : Fermeture de Vaux Justice

Delivery : enfin du concret !

La mobilisation des salariés dans les AE et les UI allant jusqu’à la grève, la signature par près de 800 salariés concernés par Delivery de la pétition initiée par FOCom, les multiples interventions auprès de la direction et alertes posées dans les instances (dont au CNHSCT de cette semaine)… ont fini par aboutir : nous venons d’apprendre le  recrutement supplémentaire de 200 CAF en UI dont 100 dédiés au marché entreprises. C’est un premier pas. Nous en attendons d’autres, notamment des recrutements de RAC dans les AE.