Rémunération – carrières

Abondements du PERCO et du PEG

A l’issue de la négociation annuelle de l’abondement de l’accord sur le PERCO, l’avenant signé par la Direction et les
organisations syndicales dont FOCom a permis un abondement de 500€  pour 500 placés dans le PERCO des montants issus de la participation.
Cet abondement sera distribué ainsi dans le PERCO :
– de 0 à 150€ épargnés : 200 % d’abondement ce qui donne un maximum de 300€ brut
– de 151 à 300€ : 100 % d’abondement ce qui donne 150€ maximum
– de 301 à 500€ : 25 % d’abondement ce qui donne 50€ maximum.

Par ailleurs la Direction a décidé de porte de 550 euros en 2019 à 600 euros en 2020 l’abondement des sommes issues de l’intéressement et des versements volontaires lorsqu’elles sont investies dans le fonds Orange actions du PEG en 2020.
Cet abondement sera distribué ainsi dans le PEG :
– de 0 à 150€ épargnés : 200 % d’abondement ce qui donne 300€ maximum
– de 151 à 300€ : 100 % d’abondement ce qui donne 150€ maximum
– de 301 à 500€ : 75 % d’abondement ce qui donne 150€ maximum.

Au global cela donnera 1.100€ d’abondement pour 1.000€ placés, soit 100€ supplémentaires par rapport à 2019.

Négociation salariale 2020

La négociation salariale démarrera cette année le 6 mars. Ce sera le moment de faire le bilan de l’accord 2019, et pour FOCom, comme chaque année, de négocier des augmentations salariales à la hauteur de l’investissement dans le travail de tous les salariés. C’est aussi l’occasion de demander réparation et équité pour toutes les catégories de personnel, qui sont défavorisées dans leur carrière.

Nous avons obtenu d’ouvrir aussi la discussion sur les modalités d’une prime 2020. Si l’entreprise veut motiver ses troupes, elle doit marquer de façon très significative le démarrage du programme Engage2025.

Bien sûr, les résultats 2019 de l’entreprise sont très attendus. Ils seront communiqués le 13 février ainsi que les montants de l’intéressement et de la participation qui seront attribués cette année.

A noter que Orange est seulement en 25ème position sur le top 50 des employeurs de France les mieux notées par les salariés (Institut Statista avec le magazine Capital). C’est donc aussi le moment pour la direction de faire preuve de reconnaissance pour ses salariés et d’améliorer une attractivité qui, pour l’instant, comme le reconnaît notre PDG, est un peu en berne.

Des nouvelles de la prime « exceptionnelle »…

Vous avez été des milliers à signer la pétition FOCom revendiquant une prime exceptionnelle pour tous. A l’occasion de la reconduction de la « prime Macron » votée par l’Assemblée, nous avions réitéré lors de la multilatérale, en décembre, notre demande d’une négociation pour la mise en œuvre à Orange d’une prime exceptionnelle. La direction en avait accepté le principe. Lors de notre rencontre avec la DRH mardi 21 janvier,  la direction nous a précisé que ce sujet sera discuté lors de la NAO (négociation salariale) qui va s’ouvrir en février. Nous continuerons à revendiquer une prime pour tous les salariés avec un montant allant bien au-delà de la prime exceptionnelle dite « prime Macron ». Le personnel d’Orange dans son ensemble mérite une telle reconnaissance de son implication.

Plan d’attribution gratuite d’actions (AGA) « Orange Vision 2020 »

A l’heure de la désignation d’un candidat au poste d’administrateur représentant les salariés actionnaires (vote des salariés actionnaires du 20 au 24 janvier), FOCom rappelle que la direction doit acter au 30 mars 2020 l’attribution de 10,640 millions d’actions gratuites (0,4% du capital) à l’ensemble du personnel du Groupe dans le cadre du plan stratégique « Essentiel2020 ».
Intitulé « Orange Vision 2020 », ce programme affiche une volonté de la direction de partager avec ses salariés la valeur créée par l’entreprise durant la période  2017-2019 en leur attribuant entre 40 et 80 actions selon l’atteinte d’objectifs financiers (EBITDA + Cash Flow Organique) sur cette période.
Les résultats 2017 et 2018 et dans l’attente de la communication des résultats de l’exercice 2019 mi-février, nous pouvons préciser que chaque salarié devrait bénéficier en définitive de 40 à 65 actions.
A titre de comparaison, le dispositif LTIP (Long Terme Incentive Plan 2017-2019) appliqué aux cadres exécutifs et leaders leur permettra respectivement, à objectifs atteints, d’acquérir un maximum de 1000 et 2000 actions.
Les actions attribuées seront par défaut placées au nominatif auprès d’un gestionnaire mandaté ou pourront sur décision individuelle être affectées au Plan d’Épargne Groupe. Ce dernier est à privilégier car il permet une meilleure fiscalité (application des seules contributions sociales) et surtout de renforcer le poids des salariés dans le contrôle capitalistique et les décisions stratégiques de notre groupe. Ceci pourrait être salvateur dans l’éventualité d’un futur désengagement de l’État en lieu et place d’actionnaire(s) prédateur(s).
FOCom syndicat de la fiche de paie, réclame avant tout des augmentations de salaires conséquentes seules capables de répondre aux besoins de l’existence et de reconnaitre, comme il se doit, que ce sont bien les salariés qui font l’entreprise et ses résultats.
Cependant, faute d’être entendu, FOCom demande à la direction d’accélérer, de renforcer et d’amplifier les mesures et dispositifs permettant l’’attribution d’actions gratuites aux salariés. Cela lui permettra d’être cohérente avec son ambition, fixée en 2016, de porter l’actionnariat salariés à hauteur de 10% du capital.

Gel du point d’indice jusqu’en 2022, une nouvelle provocation

Selon un rapport du Conseil d’orientation des retraites, le gouvernement tablerait sur un gel du point d’indice jusqu’en 2022. Ce point, qui sert de base au calcul des traitements des fonctionnaires, est gelé depuis 2018 après deux revalorisations successives de 0,6 % chacune en juillet 2016 et en janvier 2017. “Ce sont des hypothèses, mais ce ne sont pas des annonces, il n’y a pas de décision”, a déclaré vendredi le secrétaire d’État en charge de la Fonction publique, Olivier Dussopt. Si la décision était prise ce serait un nouveau coup au pouvoir d’achat, déjà bien entamé, des fonctionnaires. Et un très mauvais signal envoyé au moment où vont s’ouvrir les négociations salariales.