Rémunération – carrières

Intéressement en ligne avec les objectifs

Une commission de suivi de l’accord intéressement a eu lieu cette semaine. Malgré la crise sanitaire qui impacte indéniablement les résultats d’Orange, les résultats intermédiaires sont en ligne avec les objectifs heureusement réajustés. En effet, FOCom avait réussi  à infléchir la position de la Direction afin que celle-ci prenne toute la mesure de l’impact de la crise sur les indicateurs d’intéressement. Sous réserve d’une fin d’année en ligne avec les attendus, nous devrions donc atteindre les objectifs qui avaient été fixés lors de la négociation.

Ne perdez pas votre crédit formation !

cpfVous avez jusqu’au 31 décembre 2020 pour transférer vos heures DIF (Droit Individuel de Formation) non utilisées (jusqu’à 120h) sur votre Compte Personnel de Formation (CPF).
A noter que les heures acquises jusqu’en 2015 sont monétisables (à raison de 15€/h) dans le CPF, et ce jusqu’à 1.800€, que les droits acquis depuis le 1er janvier 2015 sont automatiquement crédités sur votre compte personnel de formation et, qu’en principe, le compte des fonctionnaires est déjà majoré des heures DIF non utilisées au 31/12/2017.
Pour réaliser ce transfert de vos droits à formation inutilisés, saisissez le montant de vos heures DIF non utilisées et téléchargez l’attestation récapitulative de vos droits sur votre compte CPF. Il faut aller sur le site moncompteactivité.gouv.fr ou l’application mobile « mon Compte CPF ». Si vous n’avez pas encore ouvert votre compte CPF, votre numéro de sécurité sociale (ou votre identifiant « France Connect ») vous seront demandés pour le créer.
Si vous ne retrouvez pas votre reliquat d’heures de DIF et l’attestation récapitulative de vos droits qui vous ont été envoyés au premier trimestre 2015 avec votre bulletin de paie, demandez à votre CSRH via Anoo clicRH une attestation du montant de vos d’heures DIF non utilisées.

Révision des grilles indiciaires : PPCR2

FOCom vient d’apprendre que  la mission des politiques des personnels d’Orange a déposé le dossier de saisine au Conseil d’État, après validation par la fonction publique (enfin !). Personne ne maîtrise les délais d’examen et de validation par le Conseil d’État, puis de signature par les Ministres et de publication au JO, sachant que la crise sanitaire pourrait avoir un impact sur le déroulement de ces processus. En tout état de cause, FOCom continue à faire tout son possible et à intervenir à tous les niveaux nécessaires afin que la mise en place se fasse avant la fin de l’année.

La reconnaissance, un impératif

Le manque de reconnaissance semble être une caractéristique récurrente dans les entreprises françaises. D’après le baromètre Odoxa-Dentsu Aegis Network de 2018, si près de 80 % des collaborateurs pensent accomplir un travail « utile », seuls 50 % d’entre eux estiment que leur travail est reconnu à sa juste valeur et 11 % seulement estiment recevoir les feed-back positifs et la reconnaissance qu’ils méritent «lorsqu’ils font du bon travail».
La reconnaissance est pourtant un facteur clé de la motivation des salariés. Elle doit se traduire très concrètement en particulier lorsqu’il est demandé beaucoup aux personnels comme en ce moment. Et le travail à distance, qu’il soit volontaire ou contraint, nécessite une reconnaissance d’autant plus tangible que les relations managériales sont largement virtualisées. C’est aussi pourquoi il nous a paru, à FOCom, particulièrement malvenu que la direction d’Orange ne fasse pas les efforts nécessaires pour que la négociation salariale puisse déboucher, en pleine crise sanitaire, sur un accord. De même, nous déplorons l’accompagnement insuffisant des télétravailleurs que ce soit pour le défraiement des dépenses liées au travail à domicile, la prise en charge de la restauration ou l’équipement. Sans parler du racket des congés/JTL. Ni des conditions de la sortie du déconfinement et, aujourd’hui, du retour sur site, imposé au moins 3 jours par semaine alors que le virus circule toujours activement.

Intéressement : les dernières avancées

La dernière réunion de négociation sur l’intéressement 2020 a eu lieu ce lundi 19 juin. Nous avons obtenu une baisse des objectifs de qualité services clients, grand public, entreprise et grands comptes ce qui permettra d’atteindre le déclenchement des 3 indicateurs concernés plus facilement.

Par contre, malgré la situation économique difficile dans laquelle la France risque de se trouver au 2ème semestre, la direction n’a pas voulu réduire le poids de l’indicateur financier lié aux résultats de l’année 2020.

Enfin l’objectif RSE lié à la consommation électrique est dans la continuité du réalisé de l’année précédente.

L’avenant à l’accord 2018-2020 contenant ces propositions est en cours d’écriture et sera mis en signature prochainement. Il faut savoir que si cet avenant n’était pas valablement signé par les organisations syndicales, il n’y aurait pas d’intéressement l’année prochaine.