Seniors

Retraites : des écarts inadmissibles (presque du simple au double) entre les hommes et les femmes

Selon la dernière enquête du service de statistiques du ministère de la Santé (Drees) publiée le 16 juillet, les trois quarts des retraités résidant en France devaient se contenter fin 2016 d’une pension totale inférieure à 2.000€ par mois, les femmes touchant en moyenne 1.099€ bruts contre 1.908€ pour les hommes.
Parmi les facteurs évoqués pour expliquer de telles disparités figure la durée des carrières. Ainsi, les femmes retraitées valident en moyenne 35 années contre 40,5 pour les hommes. La durée moyenne est de 37,6 et la durée médiane est de 41 années. Au total, seule la moitié des femmes bénéficient d’une carrière complète contre 80% des hommes.
L’autre raison est que les salaires féminins restent bien en deçà de ceux des hommes. Les postes de cadre sont moins occupés par des femmes et elles travaillent plus souvent dans des secteurs comme le commerce de détail ou les services, où les salaires demeurent relativement bas. Donc, même si les femmes avaient eu une carrière complète, l’écart avec les hommes serait tout de même de 29%, contre 42% actuellement.
Les reversions de pensions réduisent les disparités
La réversion des pensions de retraites aux femmes veuves a tendance à réduire les disparités, celles-ci étant surreprésentées dans la population veuve en raison notamment d’une plus grande espérance de vie. Les conditions de ressources nécessaires pour toucher cette réversion excluent plus souvent les hommes que les femmes. D’après les calculs de l’organisme de statistiques, l’écart entre les pensions versées par les hommes et celles des femmes seraient de 29% en prenant en compte ce paramètre.

Ces données justifient notre attachement au système actuel de réversion des pensions qui corrige partiellement les inégalités… Sans toutefois régler le problème de fond dont nous attendons qu’il soit enfin traité – ce que ne prévoit pas la « réforme des retraites » préparée par le gouvernement.

Le gouvernement veut imposer un « âge pivot » de la retraite à 64 ans

Le gouvernement a décidé début mai, dans le plus grand secret, d’inscrire un nouvel « âge pivot » de 64 ans dans la future réforme des retraites à points annoncée pour l’automne. Sans toucher à l’âge légal de 62 ans, serait instauré un système de bonus-malus sur les pensions, avant et après 64 ans, pour inciter les actifs à travailler plus longtemps.
Une décision scandaleuse aussi bien sur la méthode (en catimini et dans le dos des syndicats) que sur le contenu (le recul de facto de l’âge de la retraite).

Retraites : FO dit STOP !

Pour FO, la retraite n’est pas une prestation d’assistance mais un droit que se sont constitué les travailleurs tout au long de leur carrière…

Lire notre 4 pages Retraites

FO signe pour l’indexation des retraites sur l’inflation

Avec la signature ce jeudi 16 mai de FO, l’accord qui entérine le principe de la revalorisation sur l’inflation des pensions complémentaires du secteur privé est validé. Cette indexation des retraites complémentaires Agirc-Arrco à compter du 1er novembre prochain permettra de maintenir le pouvoir d’achat des retraités pour les quatre années à venir. Une bonne nouvelle pour les retraités après plusieurs années de gel ou de quasi-gel. Par aileutrs FO continue de refuser les décotes, comme le malus appliqué aux actifs qui décident de liquider leurs droits à 62 ans, et continuera de tout faire pour qu’elles disparaissent. Et reste mobilisée contre la réforme des retraites voulue par le gouvernement.

En défense des retraites

Plusieurs membres du gouvernement, dont le premier ministre, évoquent publiquement l’âge légal et la durée d’activité comme paramètres de la réforme des retraites, en dehors de la concertation en cours ce qui met en cause le sens et l’objectif de celle-ci. Ceci conduit FO à suspendre sa participation à la négociation afin de ne pas  cautionner  une réforme décidée sans réelle prise en considération des analyses, positions et revendications que nous portons.  Attachée à la solidarité fondée sur la cotisation et le paritarisme de gestion, FO est déterminée à continuer d’agir pour porter et défendre les intérêts des salariés actifs et retraités, et en particulier la retraite par répartition.