Clients

Délai pour la réorganisation de l’adressage commercial

Icone 1er avrilFOCom a écrit à la Direction le 13 novembre pour lui demander de reporter la mise en œuvre de son projet de réorganisation de l’adressage commercial du marché entreprise. Le temps imparti dans le contexte sanitaire anxiogène que nous traversons nous semblait insuffisant pour  permettre aux 650 à 1000 commerciaux concernés de se positionner sereinement et pour optimiser les chances de réussite de cette opération. La direction vient d’annoncer lors du CSEC son report au 1er avril.  Un délai bienvenu même si on regrette que la mise en place du nouveau du pay plan demeure fixée au 1er janvier. Nous maintenons toujours notre  exigence que ce projet soit porté à l’ordre du jour de tous les CSEE concernés afin de tenir compte des spécificités locales et de limiter au maximum les impacts humains négatifs.

Fusion des SCO et des UAT

sco_uat_fusionUn projet d’évolution du modèle de Service Clients Grand Public a été présenté au CSEC le 14 octobre. La direction a donné le top départ d’une modification des organisations des Unités SCO et UAT. L’objectif affiché est d’aboutir à « un fonctionnement homogène sur tout le territoire, à échéance du S1 2021 ». La mise en œuvre opérationnelle est prévue dès janvier 2021. Concrètement, c’est la disparition programmée des 9 SCO et 5 UAT actuels pour fusionner en 5 USC (création des Unités Service Client) : USC IDF, USC Nord Est, USC Sud Est, USC Grand Sud-Ouest et USC Ouest. 5.500 salariés répartis sur 139 sites sont concernés…
FOCom revendique l’ouverture d’une négociation dans chaque DO pour l’accompagnement de tous les salariés avec notamment :

  • Le maintien de la PVC pour les conseillers et les managers pendant toute la durée de mise en œuvre
  • Des moyens nécessaires et des outils adaptés en termes de formation et apprentissage
  • Une reconnaissance financière pour les salariés qui évolueront vers un changement métier et/ou de périmètre d’activité avec une équité pour l’ensemble des salariés en bande D
  • Le recrutement en nombre suffisant de CDI prenant en compte les effets de la pyramide des âges
  • L’arrêt de l’appel à la sous traitance et la réinternalisation des activités de la relation clients, cœur du réacteur d’Orange France.

Lire le tract fusion SCO / UAT

PVC inégalitaires : c’est non aussi !

La commission de suivi de l’accord égalité réunie le 26 juin a mis en évidence des inégalités importantes concernant la part variable commerciale.

En boutique, les femmes ont touché en 2019 une PVC moyenne mensuelle inférieure de 13% par rapport à leurs collègues masculins. Essentiellement parce que les PVC les plus élevées sont le fait des hommes. Rien n’explique cet écart hors un temps de présence en boutique des hommes sensiblement plus élevé. Ils font plus d’heures supplémentaires et travaillent davantage pendant les périodes où l’activité commerciale est plus soutenue comme en novembre et décembre.

Sur le marché pro-pme l’écart est d’au moins 11%. Toujours parce que les PVC les plus élevées sont réalisées très majoritairement par des hommes (à 75%). La PVC des vendeuses et vendeurs du marché pro-pme étant corrélée à la composante individuelle du chiffre d’affaires contractualisé avec les clients sur les offres dédiées B2B, si les femmes sont moins sur ce segment, leurs résultats s’en ressentent. Plus qu’un problème de compétences (liée au genre ?!) n’y aurait-il pas un mécanisme auto-entretenu dont il faudrait s’émanciper ?

Que ce soit en boutique, sur pro-pme ou ailleurs, et quelles qu’en soient les causes, FOCom exige que les mesures adéquates soient prises pour établir l’égalité.

Des moyens sur les marchés entreprise, pro-pme et grand public !

Le CSEC des 23 et 24 juin a examiné les orientations présentées par la Direction sur les marchés entreprise, pro-pme et grand public. Les ambitions affichées sur ces marchés sont cohérentes avec le plan stratégique « engage 2025 » et donnent une ouverture indispensable sur les relais de croissance comme sur les évolutions sociétales et la RSE.

Toutefois, FOCom a dénoncé en séance des choix d’organisation contradictoires avec notre vision d’une entreprise intégrée autour de ses réseaux. De plus, si nous partageons les ambitions affichées de qualité de la relation client, on ne peut que déplorer la poursuite des baisses d’effectifs (3 à 4 % par an depuis des années) et la place de la sous-traitance pour pallier les carences croissantes de personnels sur tous ces marchés.

Le CSEC a mandaté ses commissions « Entreprises » et « Orange France » pour étudier de manière plus approfondie ces orientations, en particulier sur le plan des ressources humaines, et formuler des recommandations.

AGPRO/PME : Le retour à l’Anormal

retour-a-l-anormal

La crise du COVID-19 que nous subissons tous, impacte lourdement nos conditions de travail depuis le 17 mars der-nier. Malgré tout, les personnels, dans cette situation exceptionnelle, ont fourni des efforts considérables pour s’adapter et répondre à cette situation qui, à ce jour, n’a pas eu d’impact négatif sur les bons résultats du groupe.
Pour autant, les salariés ont subi successivement de multiples décisions unilatérales imposant la prise de congés, la modification des conditions de travail et des activités, la poursuite du déploiement de MAPS (traitement au Front en « Once and Done » de certaines offres en portefeuille, la prise d’appels Pro et Pme sans distinction de flux dès le 11 mai) ainsi que de nombreuses iniquités (prime PCA, chômage partiel ou prise de congés pour les gardes d’enfants).
FOCom est consciente que la situation oblige l’entreprise à s’adapter à un environnement inédit avec la nécessité de faire fonctionner les réseaux et les services indispensables à l’activité du pays mais cela ne doit pas se faire au détriment des droits sociaux des personnels, sans en justifier les raisons et la nécessité auprès des instances les représentant.

Lire le tract : Le retour à l’Anormal