Actualités

Actus

Allongement du congé de paternité

conge parentalCela fait de nombreuses années que FO revendique l’allongement significatif du congé de paternité et d’accueil de l’enfant pour le porter à un mois au minimum.
Sous réserve du débat parlementaire dans le cadre du PLF (Projet de Loi de Finances) à venir, le gouvernement a décidé de l’allongement du congé paternité à 25 jours au lieu de 11 jours actuellement et du doublement du congé de naissance qui passera de 3 à 6 jours, soit un total de 28 jours à compter de juillet prochain.
Pour FO, l’allongement de la durée du congé paternité qui permet aux pères ou au second parent de mieux appréhender la venue d’un enfant et d’assister la mère est essentiel pour le bien-être et le développement de l’enfant. C’est pourquoi il est indispensable que ce congé soit pris dans les quatre mois qui suivent la naissance. L’allongement du congé paternité obligatoire est aussi un moyen d’aller vers plus d’égalité professionnelle, la maternité étant identifiée comme un frein à la carrière des femmes.
FO considère que la totalité de ce congé doit être un congé obligatoire indemnisé à 100 %.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Plan stratégique… et les salariés dans tout cela ?

Stéphane Richard est venu présenter au CSEC le plan stratégique ce mercredi 23 septembre. Il était accompagné de Gervais Pellissier. Comme nous l’avons souligné, nous espérons que l’adjonction de la dimension Ressources Humaines à celle de la transformation dans les attributions de ce dernier se traduira dans les faits par l’amélioration des conditions de travail, et plus généralement de la situation sociale des personnels au sein d’Orange. Après avoir dénoncé la dégradation de la qualité des relations sociales, FOCom a une nouvelle fois dénoncé le plan d’économies nettes de 1 milliard d’euros qui aggravera encore la situation de l’emploi de l’entreprise et les conditions de travail. Les personnels sont très mobilisés par la transformation des métiers et la mise à niveau des compétences pour laquelle 1,5 milliard d’euros sont prévus. C’est déjà un énorme défi qui nécessite sérénité, écoute et reconnaissance. Ce qui nous amène à rappeler qu’un plan stratégique ne peut réussir qu’à la condition que l’équilibre entre performance économique et performance sociale soit réellement effectif, notamment en prenant en compte le fait que les rythmes humains ne sont pas les mêmes que les rythmes économiques et qu’il faut éviter que les salariés se retrouvent dans un tourbillon permanent de transformations tous azimuts.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Indemnisation des victimes de la crise sociale à France Télécom

Le volume des demandes, depuis le 1er octobre 2019, est plus important que prévu par la direction. Davantage de dossiers, période toujours difficile, temps d’accompagnement et de constitution des dossiers long (3 à 4 mois en moyenne), cela justifie notre exigence de reporter au 31 décembre 2020 la date limite de dépôt des dossiers de demande d’indemnisation. Refusée en juillet, cette demande a été partiellement entendue puisque la direction accepte de prolonger la date butoir de dépôt au 31 octobre.
Nous rappelons que FOCom accompagne dans leur démarche les personnes qui le souhaitent.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Travail : nouveaux dispositifs

Lors du CSEC exceptionnel de ce jour, afin de « contribuer à la limitation de la propagation du virus », la direction a retenu la possibilité d’accorder un 3ème jour de « télétravail occasionnel élargi », à titre provisoire jusqu’à fin septembre, dans les zones très localisées suite à des décisions préfectorales (Gironde et Bouche du Rhône actuellement). Elle verra ensuite comment la situation sanitaire va évoluer.

La direction a rappelé que les 2 jours de télétravail occasionnel élargi sont de droit, la validation managériale ne concernant que la définition de ces jours. 

Pour FOCom pas de demi-mesures pour lutter contre la pandémie ! FOCom continue à exiger le libre choix pour chaque salarié dont le métier le permet de télétravailler. 

Concernant les parents qui n’ont pas d’autre choix que d’assurer la garde de leur(s) enfant(s) de moins de 16 ans à défaut de crèche ou d’école ouverte, il ne sera pas au chômage partiel. Du 1er jour d’isolement à la fin de celui-ci ce sera :

  • soit du télétravail si le salarié en a la possibilité,
  • soit des ASA rémunérés (formulaire ASA coronavirus) avec attestation de l’école, valable pour 1 parent par foyer.
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page