Actualités
  • Inscrivez-vous en cliquant sur l'image ci-dessus

  • Cliquez sur l'image ci-dessus pour signer la pétition

Actus

Rapport édifiant des médecins d’Orange

Le rapport annuel des médecins du travail d’Orange pour l’année 2018 nous éclaire, comme chaque année, par ses très pertinentes analyses et préconisations. Elles corroborent pour la plupart les constatations faites par FOCom. C’est tout l’intérêt de la proximité avec les réalités du terrain des médecins comme de nos militants. A ce sujet, nous craignons les conséquences du très mal nommé « ancrage territorial » qui éloigne les directions des salariés et complique grandement le fonctionnement du collectif et des relations sociales. A cela s’ajoute la prochaine disparition des DP et des CHSCT, instances proches des personnels et porteuses de leurs problèmes – ce qui était sans doute leur principal défaut aux yeux du patronat. Les médecins entendent : « mettre à profit le contexte des CSE et de l’ancrage territorial pour optimiser notre participation aux différentes instances et systématiser le dialogue du service de santé au travail avec les directions métiers, dans un souci de préservation de la santé physique et mentale des salariés ». Ils en profitent pour reposer la question fondamentale de la prévention primaire et en particulier de l’analyse d’impacts des projets de transformations qui se multiplient à un rythme effréné. Ils soulignent les limites des groupes pluridisciplinaires de prévention (GPP) très chronophages dont nous contestons également l’efficacité. Une réflexion doit rapidement déboucher sur du concret.
Concernant les difficultés spécifiques aux boutiques qu’ils ont mises en évidence dans leur précédent rapport, ils constatent que la situation de plusieurs d’entre elles a été prise en compte, réglée ou améliorée sans pour autant que tous les problèmes structurels soient résolus. Ils espèrent (comme nous !) qu’au-delà des situations locales qui doivent être prises en compte, les dysfonctionnements structurels bénéficieront d’une réflexion approfondie et seront identifiés et travaillés. Ils relèvent une dégradation de la situation des managers et de grandes difficultés persistant dans les Agences Entreprises « largement documentées dans les conclusions individuelles des médecins les ayant en charge ». Pour 2019, année charnière à maints égards pour Orange, la direction devra être beaucoup plus attentive aux alertes qui lui sont remontées, favoriser la proximité des divers acteurs des relations sociales et… satisfaire les revendications des personnels portées par FOCom.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

FOCom soutient les personnels d’Orange Niger en cours de rachat

Le groupe Telecel, filiale de Niel Telecom, serait le repreneur des actifs de l’opérateur français Orange Niger, qui a décidé de quitter le marché nigérien, à la suite de son contentieux avec les autorités fiscales. La filiale nigérienne d’Orange a vu ses locaux professionnels fermés après avoir refusé de s’acquitter d’un redressement fiscal d’un montant de 22 milliards de FCFA (33 millions €), soit près de la moitié de son chiffre d’affaires annuel. La conclusion de l’opération devrait intervenir dans les prochaines semaines. Restent quelques détails à régler et l’obtention de l’approbation des autorités nigériennes. Quoi qu’il en soit, FOCom soutient les personnels d’Orange Niger qui exigent des primes, ainsi que le maintien de tous les emplois, comme s’y était engagée la direction d’Orange Niger. Ils ont menacé de faire grève s’ils n’obtenaient pas des garanties.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

L’investissement et l’innovation doivent redevenir la priorité

Une étude réalisée sur les entreprises du CAC40 (Profil financier du CAC40, 12ème édition, EY § Ricol Lasteyre) montre une amélioration de leur chiffre d’affaires. Elles dégagent des résultats nets supérieurs à ceux d’avant crise 2008. On ne peut que s’en réjouir d’autant que cette forte croissance (+5%) est organique et non plus liée aux seules fusions et acquisitions. Cependant, outre des dividendes trop élevés, nous relevons avec regret que les entreprises du CAC 40 ne se saisissent pas de l’opportunité des taux d’intérêt très bas pour investir y compris en contractant des dettes à long terme. A l’inverse, ces entreprises ont renforcé leurs capitaux propres, se sont désendettées et ont réduit de manière significative leurs investissements.
Orange, malgré sa seconde place parmi les entreprises du CAC40 qui investissent le plus, n’échappe pas à ce constat. Or, le secteur du numérique nécessite de changer d’échelle si l’on veut  jouer dans la cour des grands au niveau international. Il faut en particulier, au-delà des défis sur les réseaux, prendre toute notre place dans les innovations liées à l’IA, ce qui est très consommateur de capital. FOCom réitère sa détermination à défendre l’investissement et l’innovation, gages de la pérennité de notre entreprise, de sa capacité à gagner des parts de marché dans un contexte particulièrement tendu. C’est la raison pour laquelle nous contestons l’énorme pression sur les coûts, la masse salariale et les emplois exercée depuis des années par la direction. C’est également la raison pour laquelle nous nous élevons contre les injonctions contradictoires auxquelles les pouvoirs publics et les instances européennes soumettent l’opérateur historique au nom du dogme ultra-libéral de la concurrence. Comment déployer les réseaux, assurer la couverture du territoire, préserver les services de proximité d’un côté et ne pas « trop » investir, être « trop » performants de l’autre ?
Au-delà de ses conséquences sociales, cette politique représente à notre sens un véritable danger pour l’avenir d’Orange et de ses personnels.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page