Actualités

Actus

Télétravail : Orange précurseur ou rétrograde ?

breve_Orange_teletravail_couvrefeuA ce jour, 56 départements en alerte renforcée ou maximale sont concernés par le dispositif entreprise de 3 jours de télétravail élargi. Ce dispositif est reconduit jusqu’au 30 novembre 2020. Le 22 octobre 2020, FOCom a interpellé le DRH groupe pour que les 3 jours à minima soient applicables de manière homogène dans tous les services de ces départements, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Nous avons également formulé des exigences sur 3 problématiques majeures :

Le délai de réponse aux demandes de télétravail régulier : de nombreuses demandes formalisées de plus d’un mois n’ont reçu aujourd’hui aucune réponse, nous avons donc exigé la stricte application de l’accord (article 5.1.1).

L’attribution de matériel ergonomique pour l’ensemble des télétravailleurs (article 7.5) : Face aux manquements de certains établissements, des salariés souffrent actuellement de pathologies liées à leur posture, et certains d’entre eux ont dû se mettre en arrêt de travail.

Le défraiement des salariés en télétravail occasionnel et avec effet rétroactif depuis la fin du confinement. Bizarrement, Orange, précurseur pour le télétravail, semble aujourd’hui effectuer un retour en arrière sur ce mode d’organisation, qui pourtant va être amené à évoluer encore pendant la crise sanitaire. Les conséquences seraient alors préjudiciables pour les salariés et dommageables dans le contexte d’ouverture d’une renégociation sur ce sujet.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Etat d’urgence : réaction FO

breve_Orange_etatdurgenceSans mésestimer la gravité de la situation sanitaire et l’urgence à y faire face, FO s’inquiète que le recours à l’état d’urgence devienne récurrent et que la CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme) ne soit pas systématiquement saisie à priori.

FO conteste plus particulièrement que la prorogation de l’État d’urgence sanitaire, jusqu’au 16 février 2021, reprenne les dispositions autorisant le gouvernement à prendre par ordonnances toute mesure permettant de rétablir la possibilité de déroger, de façon unilatérale de la part des employeurs, en matière de jours de repos, de durée du travail, de repos hebdomadaire, de travail dominical.

FO rappelle qu’elle s’était déjà exprimée contre ces mesures figurant dans la loi du 23 mars dernier et dont on ne voit pas en quoi elles répondent à des impératifs sanitaires !

FO conteste en outre, comme elle l’avait déjà fait, que ces dispositions prévoient de s’affranchir de toute consultation obligatoire prévue légalement ou réglementairement, autrement dit en s’exonérant du respect de l’article L1 du code du travail…

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Personnes vulnérables : retour aux critéres du 5 mai

infocoronavirusLes critères de vulnérabilité permettant d’identifier les salariés présentant un risque de développer une forme grave d’infection au virus de Covid-19 sont à nouveau ceux précisés dans le décret du 5 mai 2020. Le Conseil d’État a suspendu les dispositions du décret du 29 août 2020 qui avait restreint ces critères permettant aux salariés de bénéficier du chômage partiel ou du télétravail. Une décision a été rendue le 15 octobre 2020 par le juge des référés.

Ces critères sont :

  • Être âgé de 65 ans et plus ;
  • Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications;
  • Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment;
  • Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie);
  • Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2);
  • Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins;
  • Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie;
  • Être au troisième trimestre de la grossesse.
  • Être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
    • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement.

    Pour les salariés vivant avec une personne considérée comme vulnérable, l’employeur doit favoriser le télétravail.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

FOCom revendique 4 000 recrutements en CDI… de suite

courbe ascendanteSelon les chiffres de la direction elle-même, c’est-à-dire incluant une politique de sous-traitance que nous contestons, à l’horizon 2022 le déficit entre les besoins et ressources prévus est compris entre 2. 155 et 3.850 ETPCDI sur l’UES.  Et les besoins sont supérieurs aux ressources quels que soient le domaine métier et le bassin d’emploi.
L’hémorragie continue :
Sur la période 2020/2022, le nombre des départs estimé sur l’ensemble de l’UES se situe entre 10.580 et 11.135. Le plus fort impact est pour Orange France avec une baisse en moyenne de 8.420 ETPCDI à l’horizon 2022, soit 79,6 % des départs de l’UES.
Que ce soit pour les conditions de travail, la qualité du service rendu ou la transmission des savoirs on ne peut se satisfaire d’un déficit permanent des effectifs. Pour FOCom il est urgent de recruter a minima 4.000 CDI.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page