Actualités

Actus

Priorité à la santé et à la sécurité des salariés

Après avoir imposé le télétravail de manière massive à Orange, la direction avait annoncé il y a encore peu de temps que le télétravail resterait la norme jusqu’au 31 août, pour « protéger les salariés » et permettre un retour progressif sur site.

Aujourd’hui, la direction Orange France dit vouloir «accélérer» le retour sur sites et déclare que «le télétravail n’est plus la norme». 

Si certains salariés souhaitent effectivement revenir sur leur lieu de travail (que ce soit pour renouer le lien social ou pour échapper à des conditions de travail dégradées), beaucoup de télétravailleurs préfèrent éviter de prendre des risques sanitaires, notamment dans les transports en commun.

Pour FOCom, le télétravail doit toujours rester la norme pour les salariés qui le souhaitent, au moins jusqu’au 31 août. Le choix final doit leur appartenir. Il faut laisser la possibilité aux salariés qui le veulent de faire une demande de télétravail régulier. Santé et sécurité doivent rester la priorité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Réclamez votre prime Covid 19

8000 salariés seulement ont finalement eu « droit » à la prime COVID 19 de 1000 € nets. Comme FOCom l’a souligné dès le départ, la décision unilatérale de la direction de l’attribuer sur des critères extrêmement restrictifs et peu clairs a engendré un profond sentiment d’injustice. Pendant le confinement, l’immense majorité des salariés a en effet travaillé encore plus que d’habitude, et ce dans des conditions très dégradées. Que ce soit en télétravail ou sur site, la charge de travail a été alourdie et la pression mentale ressentie a été accentuée. De plus, bien souvent l’environnement de travail n’a pas été adapté aux besoins ni conforme aux droits.
C’est pourquoi, FOCom vous accompagne dans votre légitime exigence de bénéficier de cette prime. Nous vous proposons ci-joint un modèle de réclamation à adresser par mail à votre directeur d’unité et avec copie FOCom pour le suivi de votre dossier : dsc.ft@fo-com.com.

Lire le tract et faites votre réclamation : reclamation-prime-covid-19

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Rétablissement de la prime naissance au 7ème mois de la grossesse

naissanceBonne nouvelle pour les futurs parents !

Le 25 juin 2020, l’assemblée nationale a voté à l’unanimité une proposition de loi du député Gilles Lurton consistant à rétablir le versement de la prime à la naissance au 7e mois de la grossesse.
Depuis 2015, cette aide d’un montant de 947 €, est versée après la naissance de l’enfant. Elle est une aide importante et nécessaire pour les familles, au moment où elles doivent s’équiper pour accueillir dans de bonnes conditions leur enfant. Le versement après la naissance mettait en difficulté les familles modestes qui se voyaient dans l’obligation de solliciter un soutien sous forme de prêt auprès de la CAF pour combler le décalage de cette prestation.
Depuis cette date, FO n’a cessé de réclamer le retour de cette prime avant la naissance de l’enfant et salue ce rétablissement.
Cette prime de naissance au 7e mois de grossesse pourrait être versée à partir de mars 2021.
Pour rappel, ladite prime est versée sous condition de ressources, en une seule fois, pour chaque enfant à naître. En 2019, environ 547.000 familles en ont bénéficié représentant un montant de 537 millions d’euros.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Clim et ventilations : les recommandations du ministère

Dans le contexte du Covid-19, le Ministère de la Santé et du travail déconseillent l’utilisation des climatiseurs mobiles mais autorisent les ventilateurs dès lors que le bureau est occupé par une seule personne.

Selon le ministère de la Santé, en cas d’utilisation d’un dispositif d’appoint individuel (ventilateur, climatiseur…) en usage intérieur, les recommandations sont les suivantes :

  • veiller à ce que le renouvellement de l’air soir assuré régulièrement ;
  • stopper le ventilateur avant qu’une autre personne n’entre dans la pièce ;
  • dans les espaces collectifs de petit volume, clos ou incomplètement ouverts, l’utilisation de ventilateur à visée de brassage/rafraîchissement de l’air en cas d’absence de climatisation est contre-indiquée dès lors que plusieurs personnes sont présentes dans cet espace, même porteuses de masques.

Ces recommandations s’appliquent en cas de survenue d’une vague de chaleur.

D’autre part, FO rappelle que l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de leurs établissements en y intégrant les conditions de température. Il peut prévoir un aménagement des horaires ou des cadences de travail, une surveillance des températures, l’organisation de pauses supplémentaires, la mise à disposition de ventilateurs, de boissons non alcoolisées…
Il doit, dans le document unique d’évaluation des risques, évaluer ceux liés aux ambiances thermiques et veiller à ce que la ventilation des locaux soit correcte afin d’éviter les élévations exagérées de température.

A noter aussi que si l’employeur ne prend pas de mesures contre les risques liés au froid ou à la chaleur ou prend des mesures insuffisantes, les salariés peuvent saisir l’inspecteur du travail ou le CSE, qui évalueront si les situations justifient ou non l’adoption de mesures.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page