Actualités

Actus

Congé parental : lettre ouverte à E. Macron

Les cinq leaders des syndicats français membres de la Confédération européenne des syndicats, dont FO fait partie, ont écrit à E. Macron pour lui demander de soutenir un projet de directive européenne actuellement en discussion au Conseil de l’Union européenne. Cette directive propose notamment un congé parental de quatre mois non transférable et payé au niveau des indemnités journalières de maladie, soit 50 % du salaire en France, alors qu’il est actuellement plafonné à 396 euros par mois. Le 17 avril le chef de l’Etat s’est opposé à ce projet argant : « Les congés parentaux payés au niveau de l’indemnité maladie journalière, c’est une belle idée mais qui peut coûter très cher et finir par être insoutenable ». Pour les syndicats il s’agit de mettre les paroles en adéquation avec les actes. L’égalité femmes/hommes érigée en “grande cause nationale” nécessite des mesures concrètes s’attaquant aux causes des inégalités salariales… dont fait partie la parentalité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Déclaration d’impôt sur le revenu

Les départements 01 à 19 ont jusqu’au 22 mai minuit pour remplir leur déclaration d’impôt sur le revenu en ligne. Les départements 20 à 49 ont jusqu’au 29 mai. La date limite est fixée au 5 juin pour les départements numérotés de 50 à 976. La déclaration papier doit, quant à elle, être déposée au plus tard le jeudi 17 mai 2018 y compris pour les résidents français à l’étranger.
FO met à votre disposition un mode d’emploi et une hot line : 01 40 52 84 00.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Les robots ont-ils une âme ?

A défaut d’âme, la Commission européenne n’a pas retenu l’idée du Parlement (européen) de donner un statut juridique aux robots (voitures autonomes, drones, et autres robots industriels ou de loisirs). C’est-à-dire des droits et des obligations, notamment en cas d’accidents impliquant ces machines. Certains pays y étaient favorables, tels l’Estonie, qui souhaite donner aux robots et à l’intelligence artificielle un statut légal, à mi-chemin entre celui de l’homme et celui de l’objet. Mi personnalité juridique, mi objet.  À titre d’exemple, en Estonie toujours, l’intelligence artificielle pourra être dotée d’un droit de représentation de son propriétaire : elle sera juridiquement capable de conclure des contrats en son nom et pour son compte. Mais la Commission européenne n’est pas allée dans le sens qui aurait laissé un Georges Orwell rêveur : dans l’immédiat elle a décidé de ne pas créer de statut légal pour les robots.
Ouf !!! déjà que les statuts des travailleurs sont de plus en plus mis à mal (voir le projet de réforme de la SNCF), on peut toujours craindre que nos « amis » les robots aient un jour un statut bien plus protecteur que celui des salariés. Il faut dire qu’ils ont l’avantage de ne jamais faire grève….

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page