Actualités

Actus

Dispositif « Respiration pour le milieu de carrière »

Milieu de carrièreCe dispositif est proposé aux salariés en milieu de carrière afin de leur permettre de vivre une nouvelle expérience professionnelle ou associative en dehors de l’entreprise pour une durée de 3 à 12 mois et prendre un temps de respiration dans leur activité avant de reprendre le cours de leur carrière chez Orange.

Basée sur le volontariat, cette expérimentation porte sur une période de deux ans et prendra fin au 31 décembre 2023. Un volume annuel maximum de 250 places sera accordé et réparti entre cadres et non cadres à parts égales.

[Lire notre tract : Accord Intergénérationnel : nouveau dispositif milieu de carrière]

Les environnements dynamiques à la loupe

Dans le cadre de sa politique immobilière, le groupe Orange intègre depuis plusieurs années le principe des environnements dynamiques, également connu sous le terme de Flex office, dans ses projets immobiliers (réaménagement, déménagement…). La direction a adressé un questionnaire, réalisé par le cabinet Technologia et relatif aux environnements dynamiques au sein du groupe Orange, à environ 20 805 salariés déjà installés en «environnement dynamique» ou amenés à l’être dans les années à venir. Les résultats seront ensuite présentés et analysés au CSEC. FOCom a maintes fois alerté sur les impacts en termes de conditions de travail de ces nouveaux modes et environnements. Quels que soient les résultats, nous rappelons l’importance de consulter le personnel sur ses attentes et de lui laisser une liberté de choix, afin de préserver le collectif de travail et de garantir la Qualité de Vie au Travail dans un environnement serein et sécurisé.

[Lire notre questions de fond de janvier 2022 sur le sujet].

Nous méritons une vraie reconnaissance !

Orange a atteint les 6 millions de clients fibre en France avec près de 10 000 clients raccordés chaque jour. Avec une hausse de 20 % de locaux éligibles en un an, la France est aujourd’hui le pays le plus fibré d’Europe. En Zone AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement), avec plus de 11 millions de logements raccordables fin 2021, Orange a dépassé l’objectif initial, fondé sur la base INSEE. Comme le souligne Stéphane Richard « Orange et la France ont fait le pari de fibre optique il y a maintenant plus de 10 ans. Un pari qui s’avère être payant puisque la France est aujourd’hui le pays le plus fibré d’Europe avec 70 % du territoire français désormais couvert, en grande partie grâce aux femmes et aux hommes d’Orange qui ont déjà déployé 63 % des lignes FTTH existantes. Chaque jour, nos salariés et partenaires contribuent à la construction du réseau de ces 50 prochaines années ». Pour FOCom, après deux années de politique salariale austère, cette reconnaissance symbolique des efforts consentis par le personnel doit désormais se traduire par des mesures salariales fortes, d’autant plus dans un contexte inflationniste sans précédent. A l’aube de l’ouverture de la Négociation Annuelle Obligatoire 2022, les militants FOCom n’ont de cesse de défendre la reconnaissance et le pouvoir d’achat. Cette question fait partie des priorités que la direction doit traiter.

Des défis sociaux à relever pour Christel Heydemann à la tête d’Orange

FOCom prend acte de la nomination de Christel Heydemann à la direction générale d’Orange. Le choix d’une femme à la tête de l’opérateur se veut un signal fort, FOCom espère que ce ne sera pas un effet d’affichage mais un vrai tournant dans la gouvernance de l’entreprise notamment sur les inégalités professionnelles persistantes. Sur cette question, comme sur celles de la rémunération et de la reconnaissance, à plus forte raison dans un contexte inflationniste, FOCom attend un déblocage de la situation. Cela passe par un dialogue social de qualité visant à l’amélioration des conditions sociales et de travail dans un environnement particulièrement exigeant pour les salariés. Nous attendons une vraie écoute des personnels et la satisfaction de leurs attentes, en particulier l’arrêt des réorganisations à marche forcée et de l’imposition de nouveaux modes de travail sans réelle concertation.

Dans un secteur particulièrement secoué par la concurrence, FOCom entend que l’entreprise puisse dégager les leviers de croissance et développer l’innovation, et donc disposer des marges nécessaires pour investir et créer des emplois. Ce qui implique de résister aux orientations délétères des autorités tant nationales qu’européennes.

Les personnels sont inquiets pour l’avenir. FOCom souhaite une transition la plus sereine possible, respectueuse, de la transparence et du dialogue.

Lire notre communiqué de presse