Actualités

Election CCP - CAP 2018 du Groupe Orange France

Actus

Retard sur la 5G : à qui la faute ?

FOCom s’est déjà inquiétée du retard pris au niveau européen et français sur la 5G. Comme de nombreux experts du domaine, l’Idate, think tank européen spécialisé dans l’économie numérique, tire la sonnette d’alarme. Relevant que l’investissement par habitant dans les télécoms s’élève à 194 € aux États-Unis, contre 92 € en Europe, il calcule qu’il manquerait “50 milliards d’euros d’investissement par an dans l’Union européenne” pour que le Vieux Continent fasse jeu égal avec le pays de l’Oncle Sam.
Nous en avons maintes fois dénoncé la cause : contrairement à leurs homologues américains, les opérateurs européens soumis au dogme concurrentiel et à la politique consumériste des institutions en place, ont vu leurs revenus et donc leur capacité à investir diminuer fortement après des années de guerre des prix. En France, 6 ans après l’arrivée de Free Mobile et de ses offres à prix cassés, cet affrontement néfaste se poursuit entre Orange, SFR, Bouygues Telecom et Iliad… Avec l’aval d’une majorité parlementaire qui a rejeté, lors de la discussion de la loi PACTE le 28 septembre, deux amendements visant à interdire la vente à perte dans le domaine des services, et donc à stopper la pratique destructrice de certains opérateurs télécom qui bradent de l’ADSL à 5 ou même à 2€ par mois alors qu’ils louent la ligne support à plus de 9€.
Des pratiques et des décisions qui empêchent, mécaniquement, les opérateurs, déjà fortement engagés par leurs obligations dans la fibre et la 4G, d’investir comme il conviendrait dans les réseaux de demain.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Le secrétariat du Père Noël est ouvert jusqu’au 17 décembre

04dfbd29142ddd18580eee001ab00bd756644751_site_1130x500 (1)

Les enfants qui souhaitent écrire au Père Noël peuvent enfin le faire. Aidé de ses soixante lutins il se rend disponible pour leur répondre. Pour cela, il faut adresser votre courrier (timbré) avant le 17 décembre en mentionnant le nom, le prénom et l’adresse de votre/vos enfant(s) à :
Père Noël
33500 Libourne
Et comme le Père Noël se modernise, vous pouvez plutôt lui envoyer un mail en allant sur groupelaposte.com puis en cliquant sur l’onglet « Écrire au Père Noël ».
Il s’est engagé à répondre à tous les enfants.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Les cadres en attente d’un statut protecteur

Au point mort depuis mars, la négociation entre patronat et syndicats sur le statut de cadre revêt pour nous un caractère urgent dans la mesure où la notion d’encadrement n’est pas définie dans le code du travail. Le statut reposait jusqu’alors essentiellement sur la convention fondatrice du régime de retraites des cadres (Agirc) de 1947. Or la fusion au 1er janvier prochain des régimes de retraite Agirc et Arrco (non cadres) fait sauter de facto ce socle. Dans l’accord du 30 octobre 2015 qui a entériné cette fusion, il est prévu de redéfinir le statut de cadre d’ici fin 2018. Tout à fait logiquement, le patronat ne voit pas avec enthousiasme une définition nationale interprofessionnelle à laquelle seraient associés des droits particuliers telle qu’une rémunération minimale. Il préfère laisser toute latitude aux accords de branche. Plus étonnant est en revanche le positionnement de la CFDT et de la CFTC qui se sont désolidarisées de la conférence de presse commune de l’ensemble des organisations syndicales organisée ce 5 novembre sous prétexte, semble-t-il, qu’il faut d’abord s’accorder sur un calendrier. Quelque 4,7 millions de cadres sont concernés…

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page