Actualités

Actus

Jour de carence pris en charge

En direct de la négo salariale : La direction répond favorablement à la demande de FOCom concernant la prise en charge du jour de carence des fonctionnaires par l’entreprise. Rappelons que pour les salariés de droit privé, ce droit n’a pas été remis en cause.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Sans Bureau Fixe

Effet de mode et/ou levier substantiel d’économies, les grands projets immobiliers d’Orange (Bridge, Lyon 2020, etc.) ont tous pour socle commun les SBF. Avec des bureaux fixes, compte tenu des TPS, des temps partiels, des formations, des congés, du télétravail… de nombreux postes de travail sont sous-occupés. L’espace est donc repensé en fonction des besoins et temps de passage de chacun. Le salarié nomadisé sort chaque matin son ordinateur et ses dossiers de son casier, se branche sur la première position libre et fait « clean desk » à la fin de sa vacation.  Cela signifie bien plus que la perte d’un bureau fixe. C’est la perte de voisins stables, de communication, de sociabilité, de sécurité et de sérénité. La systématisation du desk sharing accentue le sentiment d’isolement, l’impression d’être interchangeable. Pour FOCom, il n’est pas admissible de toujours sacrifier les conditions de travail à la réduction des coûts. Ici, en l’occurrence, des coûts immobiliers.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Télétravail entre accord et ordonnances

En 2018, 24% de la population active Orange en France pratiquent le télétravail de manière régulière ou occasionnelle.  Le travail à domicile reste le modèle privilégié.
Les disparités sont importantes selon les services : 10 à 27% dans les divisions mais  ils ne sont que 2,5% en moyenne dans les services dépendants de DO (hors cas de la DO IDF avec 11,7%).
Les femmes représentent 36,7% de l’effectif total des salariés mais dépasse les 50% du volume des télétravailleurs. Ce qui pose la question des modes de travail sur site, proposés par l’entreprise aux femmes.
Les ordonnances  Macron, quant à elles,  affirment le droit au télétravail mais en parallèle suppriment l’obligation de prise en charge des frais par l’employeur. L’avenant 2017 à l’accord d’entreprise signé par FOCom a au contraire élargi le versement de la prime compensatrice aux télétravailleurs en volume jours. Il permet également de protéger les salariés contre certaines dérives telles que la non réponse aux demandes de télétravail ou bien le chantage aux changements d’horaires.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page