Actualités

Actus

Intéressement : les dernières avancées

La dernière réunion de négociation sur l’intéressement 2020 a eu lieu ce lundi 19 juin. Nous avons obtenu une baisse des objectifs de qualité services clients, grand public, entreprise et grands comptes ce qui permettra d’atteindre le déclenchement des 3 indicateurs concernés plus facilement.

Par contre, malgré la situation économique difficile dans laquelle la France risque de se trouver au 2ème semestre, la direction n’a pas voulu réduire le poids de l’indicateur financier lié aux résultats de l’année 2020.

Enfin l’objectif RSE lié à la consommation électrique est dans la continuité du réalisé de l’année précédente.

L’avenant à l’accord 2018-2020 contenant ces propositions est en cours d’écriture et sera mis en signature prochainement. Il faut savoir que si cet avenant n’était pas valablement signé par les organisations syndicales, il n’y aurait pas d’intéressement l’année prochaine.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

PVC inégalitaires : c’est non aussi !

La commission de suivi de l’accord égalité réunie le 26 juin a mis en évidence des inégalités importantes concernant la part variable commerciale.

En boutique, les femmes ont touché en 2019 une PVC moyenne mensuelle inférieure de 13% par rapport à leurs collègues masculins. Essentiellement parce que les PVC les plus élevées sont le fait des hommes. Rien n’explique cet écart hors un temps de présence en boutique des hommes sensiblement plus élevé. Ils font plus d’heures supplémentaires et travaillent davantage pendant les périodes où l’activité commerciale est plus soutenue comme en novembre et décembre.

Sur le marché pro-pme l’écart est d’au moins 11%. Toujours parce que les PVC les plus élevées sont réalisées très majoritairement par des hommes (à 75%). La PVC des vendeuses et vendeurs du marché pro-pme étant corrélée à la composante individuelle du chiffre d’affaires contractualisé avec les clients sur les offres dédiées B2B, si les femmes sont moins sur ce segment, leurs résultats s’en ressentent. Plus qu’un problème de compétences (liée au genre ?!) n’y aurait-il pas un mécanisme auto-entretenu dont il faudrait s’émanciper ?

Que ce soit en boutique, sur pro-pme ou ailleurs, et quelles qu’en soient les causes, FOCom exige que les mesures adéquates soient prises pour établir l’égalité.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Des moyens sur les marchés entreprise, pro-pme et grand public !

Le CSEC des 23 et 24 juin a examiné les orientations présentées par la Direction sur les marchés entreprise, pro-pme et grand public. Les ambitions affichées sur ces marchés sont cohérentes avec le plan stratégique « engage 2025 » et donnent une ouverture indispensable sur les relais de croissance comme sur les évolutions sociétales et la RSE.

Toutefois, FOCom a dénoncé en séance des choix d’organisation contradictoires avec notre vision d’une entreprise intégrée autour de ses réseaux. De plus, si nous partageons les ambitions affichées de qualité de la relation client, on ne peut que déplorer la poursuite des baisses d’effectifs (3 à 4 % par an depuis des années) et la place de la sous-traitance pour pallier les carences croissantes de personnels sur tous ces marchés.

Le CSEC a mandaté ses commissions « Entreprises » et « Orange France » pour étudier de manière plus approfondie ces orientations, en particulier sur le plan des ressources humaines, et formuler des recommandations.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Période de soldes à Orange sur la négociation salariale !

-50 à -70% de réduction sur le collectif d’augmentations garanties, -40% pour le budget reconnaissance mesures et promotion. Budget à 0 pour les situations particulières. 0 euro pour la prime collective de performance. 0 euro pour la prime de frais professionnels des télétravailleurs.

C’est de cette manière que la direction d’Orange propose en 2020 de féliciter ses salariés pour le formidable travail accompli en 2019 et leur exceptionnel investissement depuis  le début de la crise Covid-19.

Pendant cette négociation, Orange n’a jamais pu justifier la « prudence » qui la conduirait cette année à sacrifier la reconnaissance de ses salariés puisque le carnet de commandes est plein, les résultats économiques sont bons et la situation financière est solide : CA de 43 Mds en croissance, une trésorerie sans tension avec un cash-flow en amélioration de 2,3 Mds d’euros, pas de prêt de l’Etat.  Nous avons exigé que la direction nous présente enfin un budget décent à la prochaine séance de négociation le 2 juillet.

Nous refusons de brader le principe de rémunération collective des salariés à Orange. « Aujourd’hui » s’écrit « aujourd’hui ».

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page