Orange

Réponse du DRH à FOCom : les fonctionnaires sécurisés

FOCom a interpellé la Direction d’Orange concernant l’article 9 alinéa VI de la loi n° 2003-1365 du 31 décembre 2003 relative aux obligations de service public des télécommunications et à France Télécom qui stipulait : «  Les conditions d’exécution du titre II feront l’objet d’une évaluation au 1er janvier 2019 en vue, le cas échéant, d’adapter les conditions d’emploi des fonctionnaires de France Télécom à la situation de l’entreprise et aux exigences d’une bonne gestion des corps auxquels ils appartiennent ». Nous lui avons demandé de nous garantir qu’il n’y aura pas de la part de la direction de l’entreprise de politique incitant les fonctionnaires à quitter l’entreprise ou à renoncer à leur statut à partir de 2019. Voici la réponse que le Directeur des Relations Humaines vient de nous transmettre : « Orange a l’ambition de construire l’entreprise de demain avec le personnel d’aujourd’hui, ce qui englobe naturellement les fonctionnaires. Orange ne projette pas de modification des conditions d’emploi des fonctionnaires. »

 

 

Pas « d’aide d’état illégale » pour FT

Après moultes hésitations, la Cour de justice de l’UE, a définitivement conclu ce mercredi 30 novembre que l’ouverture d’une ligne de crédit de 9 Mds d’euros, sous forme d’un contrat d’avance, octroyée en 2002 à France Telecom, ne constituait pas une « aide d’Etat illégale ». Bruxelles considérait jusqu’alors que cette avance, bien que non exécutée, avait conféré un avantage à l’opérateur qui traversait alors une grave crise financière avec près de 70 Mds d’euros de dette.  Pour une fois que la communauté européenne ne trouve pas un prétexte pour nous ponctiinner, on ne va pas s’en plaindre !

L’Europe donne le feu vert au THD

La Commission européenne autorise finalement le « plan très haut débit » qui prévoit d’équiper en fibre optique la quasi-totalité des Français d’ici 2022. Bruxelles a indiqué que ce plan était « compatible avec les règles de l’Union européenne en matière d’aides d’Etat », malgré une importante enveloppe d’aides publiques : sur les 20 milliards d’euros que doit coûter le plan, Collectivités, Etat et Commission européenne doivent investir 13 milliards d’euros dont la moitié en subventions. L’Etat français a prévu d’apporter 3 milliards d’euros et les opérateurs 6 à 7 milliards. Pour convaincre la commission de financer son infrastructure, Orange a donné des gages aux gardiens de la concurrence bruxellois en garantissant l’ouverture de son réseau à ses concurrents, à des tarifs contrôlés par le régulateur Arcep. Si tout n’est pas réglé pour autant, FOCom se félicite que le plan THD ne soit pas contrecarré par des règles concurrentielles aussi stupides que dogmatiques.

Orange à nouveau pressurée

Décidément rien ne sera épargné à l’opérateur historique ! La cour de justice de l’union européenne (CJUE) vient de conforter une décision de la commission européenne estimant qu’il devra payer un complément important (estimé à 150 millions d’Euros en 2011) pour assurer la retraite de ses fonctionnaires. On se souvient qu’au moment du changement de son statut en 1996, FT avait versé 5,7 milliards d’Euros à l’État pour assurer la charge des futures retraites de ses 66 000 fonctionnaires. Cette somme n’incluait pas les risques tels que le chômage puisque par définition les fonctionnaires bénéficient de la sécurité de l’emploi. C’est ce qu’a contesté la Commission en 2011 et que vient de confirmer la CJUE au prétexte que cela crée un déséquilibre concurrentiel, les autres opérateurs supportant des charges sociales plus importantes que FT/Orange. FOCom s’insurge contre cette décision inique qui va à nouveau affaiblir l’entreprise au moment où il lui est demandé de relever le défi du THD et quand elle commence tout juste à redresser ses résultats obérés par une hyper concurrence dévastatrice.

Bons résultats d’Orange : les personnels ne doivent pas être oubliés

Pour le troisième trimestre le chiffre d’affaires d’Orange s’élève à 10,3 milliards d’euros, en croissance de 0,8%. Sur neuf mois, la progression de l’activité ressort à 0,5%. Et ce malgré l’impact de la baisse de l’itinérance nationale et en Europe. L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) retraité s’affiche à 3,6 milliards d’euros, en hausse de 1,6% à base comparable, ce qui fait ressortir la marge à 34,9%, en progrès de 0,3 point. Sur neuf mois, l’Ebitda retraité ressort à 9,5 milliards en augmentation de +0,2% pour une marge quasi stable, à 31,3%. Alors que la Direction confirme le versement de l’acompte sur dividende de 0,20 euro par action le 7 décembre et forts de ces bons résultats en grande partie fruit des efforts des personnels, FOCom réitère son exigence de révision à la baisse de la pression sur les coûts en particulier sur la masse salariale. Cela doit se traduire par le remplacement des départs et l’augmentation de la rémunération.