Orange

Orange Banque : Une diversification sans casse sociale

Avec les nouvelles technologies comme le cloud et l’arrivée de la 5e génération du mobile, la 5G, qui a fait grand bruit au salon de Barcelone, les frontières entre les réseaux et les services s’estompent voire disparaissent. Les GAFA, acronyme désignant les géants du net Google, Apple, Facebook et Amazon, viennent concurrencer les opérateurs de télécoms sur leur propre terrain. Et ceux-ci sont contraints pour survivre à se porter sur des activités éloignées de leur cœur de métier, et de sortir de leur rôle de simple transporteur de communications.

Lire la suite »

Pour l’offre d’une lampe l’opacité n’est pas de mise

A l’occasion de la 4ème édition du Show Hello le 16 mars, Stéphane Richard a annoncé que 5.000 collaborateurs du groupe se verront offrir une lampe connectée baptisée LoRa, leur permettant de tester de nouveaux services. Orange veut utiliser la technologie LoRa (Long Range), un nouveau réseau bas débit dédié aux objets connectés pour les faire communiquer sur de longues distances sans consommer beaucoup d’énergie. Orange veut devenir l’opérateur de référence de l’internet des objets avec 600 millions d’euros de revenus attendus dans ce domaine d’ici à 2018 et plus de 25 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020. Avec ce développement des objets connectés (montres, enceintes, bientôt les voitures) et surtout de leurs usages (assurance santé ou habitation, télésurveillance), un réseau propre devient indispensable. Pour pallier au manque d’infrastructures (1000 antennes seulement à l’heure actuelle), l’opération vise à inciter les salariés à installer une antenne relais LoRa à leur domicile, sous la forme de cette lampe design. Les employés volontaires aideront Orange à densifier le déploiement du réseau et à le faire rentrer dans les immeubles. En retour, ils bénéficieront d’un premier service basé sur le réseau LoRa, qui permet de retrouver des objets, une personne ou un animal grâce à une petite balise. Pourquoi pas ? Mais FOCom demande sur quels critères seront consultés et départagés les salariés volontaires.

Suite du feuilleton « mariage Orange Bouygues »

Mercredi, Stéphane Richard a déclaré en marge du Show Hello que les discussions sur un partage des actifs étaient «sur le point d’aboutir». «On est à peu près d’accord sur les grandes masses de cette répartition»… Un accord qui doit être trouvé avec le groupe Bouygues sur les modalités et le prix de la cession de sa filiale télécom et avec l’Etat qui détient 23% d’Orange. Puis qui devra être approuvé par l’Autorité de la concurrence, raison pour laquelle Orange doit se séparer d’une partie des actifs de Bouygues Telecom.

Selon la presse, si le mariage devait se faire, le patron de SFR Patrick Drahi serait prêt à débourser 4 Mds € pour racheter notamment des clients fixe et mobile de Bouygues Telecom. Et de son côté Free pourrait dépenser autour de 2 Mds € pour récupérer des antennes et des fréquences, ainsi qu’une partie des 300 boutiques détenues en propre par Bouygues Telecom.

Pour FOCom, si fusion il y a, celle-ci doit se faire pour le bénéfice de l’entreprise et de tous les salariés impactés. FOCom  restera vigilant sur les conditions d’acquisitions, sur l’intégration potentielle des personnels de Bouygues, ainsi que sur les conditions de travail et la fusion des activités qui ne devra avoir aucun impact négatif pour les salariés concernés.

Explore 2020, papillon obscur d’Orange France

Lors de sa rencontre avec les organisations syndicales du 8 mars 2016, la Direction d’Orange France n’a pu nous préciser ni sa « contribution » pour ce nouveau plan d’économie pour 2015, ci celle pour les 3 ans à venir. Mais elle nous a précisé que les salariés d’Orange France seront moins mis à contribution pour ce plan que pour Chrysalid. Les salariés concernés par les grands projets immobiliers tels que Marseille 2020, Lyon 2020, ou Lille Grand Stade apprécieront….

Explore 2020 ça explose

Le programme d’économie de 3 milliards d’Euros sur 2011-2014, dénommé Chrysalid, a été atteint avec un an d’avance. Il devient Explore 2020 dans le cadre des objectifs définis par le plan stratégique Essentiels2020. Avec le même objectif de réduction des coûts directs et indirects de 3 milliards d’Euros sur 2015-2018. Autant dire que l’énorme pression sur la masse salariale et les conditions de travail que nous venons de connaître va encore s’accentuer. La Direction se félicite d’avoir déjà réalisé 1 milliard d’économies en 2015. Nous tenons à souligner que plus de la moitié provient d’une diminution des charges de personnel. Dans les services chacun peut constater les conséquences de ce qu’elle appelle l’optimisation des processus de production qui résulte en fait pour une bonne partie des suppressions d’emplois. Rappelons que, pour 2016-2018, 18 000 départs sont prévus pour 6 000 recrutements soit 12 000 emplois en moins. FOCom conteste que l’essentiel des efforts soit une nouvelle fois supporté par le personnel. Elle insiste sur la nécessité d’accompagner les objectifs de développement de l’entreprise par une politique d’emploi ambitieuse et une politique salariale qui reconnaissance les efforts de tout le personnel. Il est opportun de la rappeler au moment où s’ouvre la négociation salariale.