Actualités

Actus

L’allocation de rentrée scolaire (ARS) en question

En hausse de 1% par rapport à l’année passée, le montant de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) a commencé à être versé dès le jeudi 16 août aux 2,8 millions de ménages bénéficiaires. Le montant varie en fonction du nombre et de la tranche d’âge des enfants : 367,73 € pour un enfant âgé de 6 à 10 ans, 388,02 € pour un enfant de 11 à 14 € et 401,47 € pour un enfant âgé de 15 à 18 ans (montants majorés d’environ 2 € à Mayotte). L’ARS est soumise à des conditions de ressources. Ce sont les revenus annuels de 2016 qui sont pris en compte. Les plafonds à ne pas dépasser dépendent du nombre d’enfants : 24.453 € pour un enfant, 30.096 € pour 2 enfants et 35.739 € pour 3 enfants.
FOCom estime son montant insuffisant et qu’elle devrait bénéficier à beaucoup plus de foyers. Par ailleurs, avec la fusion des allocations, nous nous inquiétons sur l’utilisation qui en sera faite. Elle est en principe censée couvrir les frais de rentrée scolaire. Qu’en sera-t-il lorsqu’elle sera versée à une date éloignée de celle-ci et qu’elle sera fondue avec d’autres allocations ?

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Fusion des allocs : davantage de perdants

Selon France Stratégie, organisme de réflexion rattaché à Matignon, il y aura plus de perdants que de gagnants dans la fusion des allocations en une seule “allocation sociale unique” (ASU) envisagée par le gouvernement : 3,55 millions de ménages verraient leurs revenus diminuer du fait de la baisse ou de la perte de leurs prestations, tandis que 3,3 millions de foyers enregistreraient une hausse de leurs ressources. Ainsi la réforme ferait “presque deux fois plus de perdants que de gagnants parmi les titulaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS)”, c’est-à-dire des chômeurs en fin de droit. Encore un sujet de friction pour la rencontre du 30 août entre FO et le premier ministre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Les partenaires sociaux reçus à Matignon

Dans la foulée du sommet social du 17 juillet lors duquel Emmanuel Macron s’était engagé auprès des partenaires sociaux à ne plus les contourner pour les prochaines réformes, Edouard Philippe va recevoir les partenaires sociaux avec deux gros dossiers au menu : l’assurance-chômage et la santé au travail. Pour FO ce sera le 30 août.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page