Actualités

Actus

Nos congés en danger

La direction a décidé d’ouvrir une négociation sur « un projet d’accord sur l’accompagnement des salariés de l’UES Orange dans le cadre de la crise Covid-19 ». Il s’agit en particulier de mettre en musique à Orange les mesures permises par les ordonnances du plan d’urgence gouvernemental qui met à mal les droits fondamentaux des salariés. FOCom a anticipé en adressant un courrier au PDG dès le 24 mars pour exiger que les mesures négatives de ce plan concernant les congés ne soient pas appliquées dans l’entreprise. Lors de la réunion bihebdomadaire de ce vendredi 28 mars matin, Stéphane Richard a affirmé ses objectifs. Il veut obtenir rapidement « un accord qu’il espère unanime » mettant en balance :

  • l’engagement de maintenir le pouvoir d’achat y compris des salariés privés d’activité en ne recourant pas au chômage partiel sur le périmètre d’Orange SA (pour les filiales c’est différent),
  • la demande de sacrifices aux salariés concernant leurs congés et JTL pour assurer la reprise d’activité à la fin du confinement.

FOCom a réaffirmé que ce n’était pas acceptable.
Lors de la séance de négociation réalisée par téléphone, la DRH a précisé ce qu’elle envisage concernant les congés :

  • 6 jours de CA pris pendant le confinement sous réserve d’accord comme le stipule le décret
  • imposition par l’entreprise d’utiliser à sa convenance jusqu’à 10 jours de JTL ou des jours CET comme le permet un décret d’application des ordonnances
  • 2 mois sans pouvoir poser de congés ou de JTL à la fin du confinement sauf pour les salariés en PCA (Plan de continuité d’activité).

FOCom s’est à nouveau opposée à toutes ces mesures injustes et injustifiées. Toutes les OS ont montré le côté irréaliste de la dernière disposition et que d’autres solutions étaient possibles (comme l’étalement des congés) sans amputer nos droits à congés. La direction n’avait pas de réponses aux nombreuses objections que nous lui avons opposées. Elle doit nous fournir lundi prochain un écrit détaillant ses propositions. Les prochaines séances sont prévues les 31 mars et 1er avril.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Nos congés en danger

Les ordonnances issues de la loi d’urgence font que l’employeur aura dorénavant la possibilité d’imposer jusqu’à 10 jours de RTT (ou de droits issus d’un CET)  auxquels en cas d’accord de branche ou d’entreprise, se rajouteraient 6 jours ouvrables de congés payés. C’est ce que la direction d’Orange veut mettre dans l’accord en cours de négociation. En plus de l’interdiction de prendre des congés pendant 2 mois à la sortie du confinement (sauf les CPA). FOCom y est totalement opposée.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Intéressement/participation à Orange

Une ordonnance liée à la loi d’urgence ouvrent la possibilité de reporter le versement de la participation et de l’intéressement. Cela concerne surtout les entreprises qui ont des difficultés de trésorerie, ce qui n’est pas le cas d’Orange. Aussi la direction d’Orange ne modifie-t-elle pas le dispositif mis en place. La participation sera versée sur la paie d’avril pour ceux qui ont choisi de ne pas l’épargner et les placements effectués le 20 avril. L’intéressement aux résultats 2019 sera placé dans les dispositifs d’épargne salariale le 20 mai ou versé avec la paie de mai. Seule mesure adoptée : « compte tenu des mesures de confinement, il est prévu un dispositif renforcé de communication et la campagne d’interrogation ouverte le 3 avril sera exceptionnellement étendue jusqu’au 3 mai 2020 (au lieu du 21 avril dans le calendrier initial) ».

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page