Actualités

Actus

Familles monoparentales : à 80% des femmes

Dans 83,6% des familles monoparentales, c’est une femme que l’on trouve comme parent. Ces données ont été remises en lumière à l’occasion de la dernière Journée internationale des droits de la Femme du 8 mars et de la publication des récentes études de l’Insee sur les familles monoparentales, situation qui concerne 23% des familles françaises, soit près d’une sur quatre, en 2014, et quelque trois millions d’enfants.
Précarité et pauvreté
L’inégalité de revenus femmes-hommes contribue grandement aux difficultés économiques rencontrées par ces familles monoparentales dont une femme est le parent : 34,8% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté en 2016 appartiennent à cette catégorie contre 6 à 7% pour les mères vivant en couple. Les monoparents sont deux fois plus touchés par le chômage (25 % contre 12 % pour les parents vivant en couple) et sont plus employés à temps partiel, (30 % des monoparents qui travaillent). Au total, seulement 45 % des monoparents occupent un emploi à temps complet, soit 19 points de moins que les parents en couple.
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

En défense des retraites

Plusieurs membres du gouvernement, dont le premier ministre, évoquent publiquement l’âge légal et la durée d’activité comme paramètres de la réforme des retraites, en dehors de la concertation en cours ce qui met en cause le sens et l’objectif de celle-ci. Ceci conduit FO à suspendre sa participation à la négociation afin de ne pas  cautionner  une réforme décidée sans réelle prise en considération des analyses, positions et revendications que nous portons.  Attachée à la solidarité fondée sur la cotisation et le paritarisme de gestion, FO est déterminée à continuer d’agir pour porter et défendre les intérêts des salariés actifs et retraités, et en particulier la retraite par répartition.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Mobilisation contre le flex

Suite à la réunion de l’ICCHSCT Bridge et la restitution de l’expertise Technologia du 15 avril dernier, l’ensemble des organisations syndicales ainsi que les élus de l’instance, se sont mobilisés contre le projet de Flex office imposé à l’occasion du projet immobilier Bridge. Le flex office ne concerne pas seulement les franciliens, à l’occasion d’autres grands projets immobiliers, la direction veut imposer cette conception de l’espace tertiaire de travail de manière unilatérale. Comme à Lyon DTSI où la contestation s’organise également contre cette organisation du travail qui a des conséquences sur les conditions de travail, le mode de management et génère selon les experts des risques socio-psychologique importants. FOCom soutient toutes les formes de résistance au flex.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page