Actualités

Actus

Cacophonie sur l’âge de départ à la retraite

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, se déclare “pas hostile à titre personnel à un report de l’âge de départ à la retraite”. Le ministre du Budget Gérald Darmanin soutient “cette proposition courageuse”. Mais le même jour à l’Assemblée, la ministre des Affaires sociales rétropédale, assurant que “cette mesure n’est ni envisagée, ni sur la table des négociations” que pilote le haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. Sauf que  le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, dit… l’inverse : “comme d’autres sujets débattus avec les partenaires sociaux, c’est une question qui est à la concertation” contredisant donc le démenti de Buzyn sur la position personnelle de Buzyn qui est aussi celle de Darmanin. Quant au Premier ministre, il assure qu’il “n’est pas question de toucher, dans le cadre de la réforme des retraites, à l’âge légal de départ”. Mais, évoquant la dépendance, il affirme que “la question de savoir s’il faut travailler plus longtemps est parfaitement valide”. Face à cestte inquiétante cacophonie gouvernementale, nous sommes pour notre part parfaitement clairs et déterminés : pas touche à nos retraites !  Retour à l’âge de départ légal à 60 ans.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Vroum, vroum la prime…

Après des résultats record, la prime record ! Bon, ne rêvez pas, il ne s’agit pas d’Orange. Mais de Porsche, qui va verser cette année un bonus de 9700 € à la grande majorité de ses salariés. Quelques uns avaient accusé FOCom de démagogie, lorsque nous avions réclamé, en début d’année, une prime exceptionnelle de 4000€ pour tous ; en fait, sur ce coup, nous nous serions montrés  juste modérés, et en phase avec les grandes lignes de l’économie de marché, puisque le résultat de Porsche (4,1Mds€) est peu ou prou le double de celui d’Orange.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Résultats de Free : l’arroseur arrosé

Chiffre d’affaires en baisse, croissance au ralenti, marges en diminution, action qui plonge en bourse, l’année 2018 aura été particulièrement rude pour le groupe Iliad et sa filiale Free qui a aussi perdu pour la première fois de son histoire des abonnés sur le fixe et le mobile. Le 4ème trimestre, dont les résultats financiers viennent d’être présentés, ne permet pas de redresser la barre, loin s’en faut.
Free ne compte plus que 6,4 millions d’abonnés à l’accès Internet fixe au 31 décembre 2018. En un an,  93.000 clients se sont envolés dont 32 000 au dernier trimestre malgré la sortie hyper médiatisée de sa (très chère) Freebox Delta.  L’Arpu (le revenu moyen par utilisateur) haut et très haut débit fixe a, lui aussi, encore baissé, passant de 34 à 32€ par abonné.
Free a également perdu 254.000 abonnés mobiles sur 2018, dont  94.000 clients au dernier trimestre. L’offre à 2€ est la plus touchée, tandis que la promotion permanente à 8,99 et le forfait à 19,9€ semblent résister.
Le plus croustillant réside dans la raison invoquée par Free dans son communiqué de presse pour expliquer cette situation : la faute serait à un “contexte concurrentiel exacerbé” !!! L’arrivée du 4ème opérateur en 2012, Free en l’occurrence, a déclenché une guerre concurrentielle d’une grande violence qui s’est traduite par des pratiques de surenchère dans le dumping commercial (et social) extrêmement dommageables pour l’ensemble du secteur. FOCom n’a eu de cesse de dénoncer cette politique basée sur une doctrine consumériste ultra libérale.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page