Actualités

Actus

L’ARCEP veut la peau d’Orange et de ses salariés

ARCEP veut la peau d'Orange Après Christel Heydemann le 30 novembre 2022, c’était au tour de la présidente de l’ARCEP d’être auditée par le Sénat le 25 janvier. La directrice générale d’Orange avait témoigné des 500 millions de coût annuel pour entretenir le réseau cuivre avec une hausse de 37 % ces 3 dernières années et une amplification au fur et à mesure de la bascule vers la fibre. Alors qu’historiquement le modèle tarifaire d’accès des opérateurs commerciaux pour le dégroupage et le génie civil était indexé sur les coûts, l’ARCEP a basculé ce modèle en 2020 vers la modélisation du réseau FTTH.

Cette nouvelle modélisation sous évalue donc les tarifs et en sous-estime la fiscalité. C’est un manque de recettes de 228 millions d’euros pour l’opérateur d’infrastructures que nous sommes et qui profite aux opérateurs commerciaux que sont Bouygues, SFR et Free. Quant à la menace de sanction de l’ARCEP concernant les « retards de déploiement de la fibre optique dans certaines communes de France », il est bon de rappeler à sa présidente que la France est le pays le plus fibré d’Europe avec un taux de couverture de plus de 80 % contre 30 % en Allemagne !

Rappelons également qu’Orange a investi 9 milliards d’euros et a soutenu toute la filière pendant la crise sanitaire. Le contentieux est ouvert par Orange devant le conseil d’Etat sur les deux sujets. FOCom défend conjointement la qualité du service, l’emploi et la garantie d’un accès à un service universel. Préservons ensemble la pérennité de notre entreprise et de nos emplois !

Réforme retraite : un cumul d’injustices sociales

Réforme retraiteLa réforme des retraites, c’est deux ans ferme pour tous et c’est encore pire pour les femmes ! Par exemple, celles-ci devront travailler sept mois de plus en moyenne, contre cinq mois supplémentaires pour les hommes, et ce malgré les trimestres cumulés pour deux enfants Le maintien de l’annulation de la décote à 67 ans, qui concerne deux fois plus les femmes, ne constitue pas une avancée mais juste un non-recul.

En ce qui concerne les aidants, qui sont en majorité des femmes, il sera nécessaire de cesser son activité pendant 20 ans pour bénéficier des 8 trimestres prévus dans la réforme. Autant dire que 20 ans d’arrêt ne seront pas porteurs de progrès pour les retraites des intéressés. En revanche, il est certain qu’avec des carrières souvent hachées et de la maternité, les femmes seront nombreuses à ne pas avoir le sésame pour le minimum de pension à 85 % du smic.

Pour FO, une des solutions consisterait plutôt à agir sur l’ensemble des parcours professionnels des femmes, en augmentant leur salaire pour éradiquer les écarts de rémunération et en luttant contre les temps partiels subis. Plus de cotisations, ce sont plus de ressources et de recettes pour notre système de retraite actuel qui, rappelons-le, n’est pas en danger.

Prévention au travail, un sujet majeur !

préventionVieillissement de la population active, allongement des durées de carrière, activités sédentaires, surcharge de travail (…), les entreprises doivent se préoccuper de la santé des salariés de façon globale. Selon l’OMS et l’OIT, le fait de travailler 55 heures ou plus par semaine est associé à un surrisque d’AVC estimé à 35 %. Par ailleurs, une étude de l’Inserm (2019) établit que travailler plus de 10 heures par jour au moins 50 fois par an augmente de 29 % le risque d’AVC, voire de 45 % pour les salariés qui tiennent ce rythme depuis plus de 10 ans, sans compter les autres risques et impacts sur la santé. Avec l’accroissement du télétravail, la lutte contre la sédentarité fait aussi partie des nouveaux défis de prévention.

Pour FOCom, l’évaluation et la prévention des risques psychosociaux doivent être renforcées à Orange, et ce d’autant plus au regard de la surcharge de travail dont fait état l’enquête triennale sur le stress. Cela passe par une réorganisation globale du travail en adaptant le travail à l’Homme et non l’inverse.