Actualités

Actus

Sans surprise, un bilan Service Social préoccupant

bilan service socialLors de la CPRPPST de novembre, la direction a présenté les points saillants du bilan d’activité 2021 du Service Social. Il en ressort que 48,5 % des salariés accompagnés sont des femmes alors qu’elles représentent 37 % de l’effectif total. Cela illustre le fait qu’Orange n’est pas suffisamment engagée dans la mise en œuvre de la politique d’égalité professionnelle en matière de rémunération, reconnaissance, suppression des stéréotypes (…). Les CDD et stagiaires sont surreprésentés. Il est nécessaire de réduire au maximum les activités précaires. L’une des principales causes de problèmes de santé et sécurité dans l’entreprise est le manque de personnel en CDI. Des recrutements massifs solutionneraient également les difficultés sociales apparaissant dans ce bilan. Enfin, la majorité des sollicitations proviennent de salariés non-cadres, et en activité vente ou technique.

Le baromètre des difficultés salariés et les recommandations des professionnels de santé doivent être pris en considération par nos dirigeants. Au regard d’un contexte chargé, FOCom a demandé la réalisation d’une étude sur la charge de travail, la charge mentale et sur les RPS des assistants sociaux. Ils constituent un pilier indispensable de la santé, de la prévention et de la sécurité de l’ensemble des salariés d’Orange.

Pour une reconnaissance significative !

reconnaissanceLe 17 novembre 2022, Orange a été élu meilleur service client de l’année 2023 dans la catégorie « Solutions communicantes pour entreprises » à l’Election du Service Client De l’Année. « Orange est très fier de cette deuxième étoile qui vient récompenser le travail et les efforts réalisés par l’ensemble des équipes. Cela conforte nos choix stratégiques et nous encourage à poursuivre sur la voie de l’innovation pour proposer à nos clients une grande autonomie à travers des outils digitaux performants, tout en renforçant la proximité d’une expertise humaine qui reste primordiale » indique le Directeur Entreprises France.

A l’heure où les dirigeants du Groupe engagent des transformations tous azimuts qui sollicitent fortement les salariés, FOCom s’interroge sur leur capacité à récompenser l’engagement remarquable du personnel. Et nous ne manquerons pas de de le rappeler à la direction lors de la prochaine négociation salariale qui démarrera début 2023.

Alerte sur le Projet Ancrage Territorial Entreprise

ALERTE PROJET ATE

Présenté au CSEC de novembre, le rapport d’expertise Technologia met en exergue les différents enjeux auxquels la Direction Entreprises France est confrontée : déformation de son business model et érosion de la profitabilité, problèmes récurrents de Delivery et de qualité de service (…).

Les salariés ont exprimé leurs difficultés qui s’accumulent sur la production du service avec le sentiment qu’elles ne sont jamais réglées. Vue des salariés, cette réorganisation va les faire entrer dans un monde plus industriel, standardisé, impersonnel qui risque de détériorer les conditions de travail et la qualité de service.

Et, au regard du nombre de points qu’il reste à définir, FOCom a interpellé la direction sur la façon concrète d’améliorer le fonctionnement de l’activité. En effet, le poids des transformations de ce projet repose sur les épaules des équipes et des managers, alors qu’ils sont les premiers à être confrontés au manque de réactivité de la ligne managériale pour résoudre les dysfonctionnements impossibles à traiter sur le terrain. Quant aux rythmes de pilotage, ils semblent déconnectés du besoin opérationnel et de la réactivité requise pour atteindre les objectifs.

DEF dispose de peu de temps pour convaincre ses équipes de l’efficience opérationnelle de ce projet en matière d’organisation. Passé ce délai, les salariés risquent de constater encore une fois que rien ne change, sauf qu’on leur impose une nouvelle réorganisation qui va complexifier davantage leur quotidien. Comme le souligne Philippe SILBERZAHN, expert innovation et transformation organisationnelle, « L’organisation finit par ressembler à un canard sur l’eau : Il paraît calme et serein en surface, mais en dessous, il pédale comme un fou ».

Les dividendes du CAC 40 ne connaissent pas la crise !

DividendesSelon le dernier rapport de l’observatoire des multinationales, les entreprises du CAC 40 ont réalisé 157 milliards de profits en 2021, soit quatre fois plus qu’en 2020, et versé 80 milliards d’euros à leurs actionnaires. Cette situation d’augmentation des dividendes concerne tous les grands groupes mondiaux cotés en bourse pour lesquels les montants devraient s’élever à 1 560 milliards de dollars sur l’année 2022, soit une augmentation de 8,3 % par rapport à l’année 2021.

La majorité des profits réalisés n’ont pas été utilisés pour investir dans la transition énergétique, créer des emplois ou augmenter les salaires mais ont privilégié avant tout la rémunération des actionnaires afin d’obtenir des valorisations boursières conséquentes.

Le taux réel d’imposition des multinationales et grands groupes du CAC 40 est bien en deçà du taux de l’Impôt sur les sociétés abaissé à 25 % en France et du taux moyen de 22 % au niveau de l’OCDE. Pour FO, une fiscalité plus juste au niveau national et mondial contribuerait à réduire les inégalités sociales. Les efforts doivent être partagés par tous !