Actualités

Actus

La consolidation compromise par l’ARCEP

Depuis l’arrivée du 4ème opérateur Free, voulue par les libéraux, nous ne cessons de dénoncer une concurrence exacerbée qui fait chuter les tarifs, plombe les résultats des opérateurs et entame leur capacité à investir et à soutenir l’emploi. Maintenant tout le monde s’accorde  à déplorer une situation où la France est le seul marché des télécoms à perdre de la valeur quand tous en gagnent. Les opérateurs s’échangent les abonnés au gré de leurs facilités de trésorerie, avec des promotions à vie, des ventes à perte et des prix totalement décorrélés de la réalité des coûts. Nous sommes manifestement arrivés au bout d’un modèle. Si cette guerre continue à faire rage, la capacité des acteurs à investir continuera à se dégrader, alors que la course technologique n’attend pas.
Tandis qu’une fenêtre de tir pour le retour à 3 opérateurs s’ouvre aujourd’hui et ce jusqu’au printemps, période d’ouverture des appels d’offre sur la 5G, l’ineffable Sébastien Soriano, le patron de L’ARCEP, affirme que « s’il s’agit de revenir à trois pour remonter les prix, nous ne l’accepterons pas ». Or faire réévaluer les tarifs c’est précisément tout l’intérêt d’une consolidation… Une fois encore, le « gendarme des télécoms » entend jouer, par pure idêologie consumériste, contre son propre camp.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Tour de passe-passe autour du Smic

Contrairement à l’annonce du 6 décembre d’E. Macron censée calmer la colère sociale le Smic n’augmente pas de 100€ ce 1er janvier. Il est juste revalorisé comme tous les ans dans les limites exigées par la loi : le Smic horaire passe de 9,88 à 10,03€ brut (+1,5%) et le Smic mensuel de 1.498 à 1.521€ sur la base de 35H hebdomadaires. En net, la hausse est de 16€ à 1.204€… loin donc des 100€ promis. Moins de 50% des smicards toucheront finalement le montant évoqué de 100€, et ce sera sous forme d’une augmentation de 90€ de la prime d’activité. Pas de quoi désamorcer les légitimes revendications salariales sachant que le niveau du Smic est un repère étalon servant dans toutes les négociations sur les rémunérations.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

La CNIL épingle Bouygues

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) annonce jeudi 27 décembre avoir sanctionné Bouygues Telecom d’une amende de 250.000 € pour avoir « insuffisamment protégé les données » de plus de deux millions de clients de sa marque B&You. Il était en effet possible d’accéder à leurs contrats et factures en modifiant simplement une adresse URL. « Le défaut de sécurité trouvait son origine dans l’oubli de réactiver sur le site, après une phase de test, la fonction d’authentification à l’espace client qui avait été désactivée pour les seuls besoins de ces tests » , détaille la CNIL qui a sanctionné l’opérateur bien qu’il ait rapidement corrigé la vulnérabilité et qu’aucun préjudice soit à déplorer,  les données n’ayant pas été dérobées.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page