Actualités

Actus

Derrière la disparition du Cloudwatt d’Orange

Avec la fin le 1er février de Cloudwatt, service d’hébergement sécurisé d’Orange, se pose la question du rôle de l’État dans la sécurité des données stratégiques et la souveraineté dans le numérique.
A son lancement en 2012, il s’agissait de l’une des deux têtes du « cloud souverain à la française ». Alors que l’enjeu est notre souveraineté nationale et l’intégrité de nos données stratégiques face à la domination américaine sur le marché de l’informatique en ligne, ni l’État ni les collectivités locales, qui auraient dû devenir les utilisateurs naturels de ces services, n’ont joué le jeu. Deux ans après son lancement, Cloudwatt ne recueillait que 2 millions de recettes, ce qui est totalement dérisoire face à Amazon, Microsoft et IBM. Bercy a sollicité à nouveau des entreprises du secteur pour la création de centres sécurisés  pour héberger les données sensibles de l’administration et des entreprises. Pourquoi repartir de zéro en tentant de créer « un cloud national stratégique », selon l’expression de Bruno Le Maire, au lieu de soutenir les clouds souverains existants pour garantir l’intégrité et l’autonomie stratégique sur nos infrastructures essentielles et sur nos données ? FOCom avait déjà soutenu cette vision au Comité Stratégique de la Filière Numérique. Mais la gabegie ne semble pas effrayer nos gouvernants pourtant si prompts à nous parler d’économies. L’État doit maintenant prendre ses responsabilités.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Le rapport du pôle psy d’Orange nous conforte

Le rapport annuel 2018 du pôle de psychologues du travail constate que : « Le vécu au travail et du travail des salariés s’est peu amélioré par rapport à 2017 sur les secteurs DEF (AE et AG pro/PME), AD, UI. » Son analyse rejoint celle de FOCom en ce que « les dysfonctionnements rencontrés dans ces services sont principalement liés à des ajustements structurels, sur lesquels la ligne managériale locale semble avoir peu de marges de manœuvre. » Les principaux facteurs de risques psychosociaux qu’ils observent sont ceux que nous dénonçons inlassablement : intensité et complexité du travail (charge mentale et charge de travail), accélération et multiplication des transformations (insécurité socio professionnelle, crainte de perte d’autonomie, perte de repères professionnelles), avec pour conséquence un sentiment de qualité de travail empêchée. Après l’enquête triennale sur les conditions de travail et le stress, ce rapport nous conforte dans notre exigence de recrutements massifs et d’une réelle prise en compte de l’humain dans les prises de décisions. Ainsi, la Direction doit entendre que « la multiplicité et le rythme des transformations entraînent une perte de repères et de sens du travail ». Et que « les managers sont de plus confrontés à la difficulté de porter la stratégie et le sens de ces transformations. »

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Versement de l’allocation rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire va être versée à partir du 1er août dans les départements de Mayotte et de la Réunion, où la rentrée a lieu mi-août. En métropole, le versement interviendra le 20 août.
Cette année, l’allocation s’élève à 368,84 euros pour un enfant (âgé de 6 à 10 ans), 389,19 euros (11 à 14 ans), ou 402,67 euros (15 à 18 ans). Versée par la Caisse d’allocations familiales, elle est toutefois conditionnée aux ressources des allocataires.

Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page