Actualités

Actus

Baisses d’impôts : cadeaux sans frais ou levier de croissance ?

La baisse de l’impôt sur les sociétés représentera pour l’ensemble des entreprises en France 3,7 milliards en 2021 après une baisse de 2,5 milliards l’année dernière. Sous réserve de modifications budgétaires, une baisse supplémentaire de 8,2 milliards interviendra en 2022. Notre Confédération continue à exiger que ces « aides » fiscales soient subordonnées à des engagements concrets en termes d’investissement et d‘emploi et qu’elles soient destinées aux entreprises en difficulté plutôt qu’à celles qui ont suffisamment de cash pour distribuer de confortables dividendes.
Orange va continuer à bénéficier de la baisse de l’impôt sur les bénéfices. Son taux d‘imposition passera ainsi de 31% à 27,5% en 2021 et 25% en 2022. FOCom estime que l’entreprise doit se montrer exemplaire et utilise ces réductions d’impôts pour embaucher, investir et améliorer les conditions de travail et la reconnaissance des salariés.

Niel inquiet que l’ARCEP change de cap

Le mandat de Sébastien Soriano comme président de l’ARCEP s’achevant (enfin !) début janvier, le président de la République a choisi Laure de la Raudière pour le remplacer. Cette diplômée de Normale Sup est une spécialiste du numérique, par ailleurs députée d’Eure-et-Loir proche de Bruno Lemaire. Nous nous abstiendrons de tout commentaire, espérant seulement qu’elle défendra le secteur au lieu de poursuivre le travail de sape de son prédécesseur. En revanche, Xavier Niel ne s’est pas privé de s’insurger publiquement contre cette nomination. S’il reconnaît les compétences de madame de la Raudière, il lui reproche d’avoir travaillé à France Télécom de 1989 à 2001. C’est qu’il est anxieux le fondateur de Free, dont l’arrivée comme 4ème opérateur, favorisée par l’ARCEP, a fait chuter dramatiquement les prix des télécoms, amputant les marges des opérateurs français et leurs capacités à tenir tête aux concurrents, d’outre-Atlantique notamment, qui ne connaissaient pas les mêmes obstacles à leur développement. Xavier Niel est inquiet, des fois que l’ARCEP serait tentée de rompre avec cette logique ultra libérale à la solde de Bruxelles, mortifère pour le secteur, mais qui a contribué à sa fabuleuse fortune construite sur l’écrémage du marché et une qualité de service exécrable.

Derrière la mutualisation des infrastructures

Quatre opérateurs d’infrastructures mobiles passives (Towerco), Cellnex France, TDF, Hivory et ATC France, propriétaires de mâts et pylônes, viennent de s’allier à travers l’Association française des opérateurs d’infrastructures de téléphonie mobile (OFITEM). Celle-ci souhaite « valoriser l’apport des Towerco par le renforcement des capacités d’investissement, la mutualisation et l’optimisation des infrastructures…». En outre elle « vise à contribuer à la création d’un cadre réglementaire permettant aux TowerCo de jouer pleinement leur rôle à la fois essentiel et complémentaire à celui des opérateurs téléphoniques » indique Vincent Cuvillier président de cette nouvelle alliance. À eux quatre, ces opérateurs représentent 60.000 sites de téléphonie mobile en France (pylônes et toits-terrasses en milieu urbain). De leur côté, Orange et Free ont conclu des accords de mutualisation d’antennes qui, comme l’ont évoqué Stéphane Richard et Xavier Niel, pourraient bien être reconduits pour le déploiement des infrastructures des futurs réseaux 5G. Par ailleurs, Orange, avec 17.000 sites en France, va créer sa propre Towerco en espérant que d’autres opérateurs français ou européens viendront s’y greffer.
Quoi qu’il en soit, pour FOCom ce mouvement de mutualisation ne saurait signifier un quelconque démantèlement de notre réseau mobile ou fixe.

Bonne année

Nous la laissons derrière nous, cette année 2020. Loin derrière nous ? Pas vraiment… Car le monde d’après ressemble étrangement au monde de maintenant, voire d’avant. Mais bien malin qui peut dire ce que sera notre route quand l’incertitude gouverne selon le vent et le courant. FOCom s’est efforcée de vous informer via cette newsletter hebdomadaire. Nous espérons vous avoir intéressés. Ce qui est certain c’est notre satisfaction d’avoir pu honorer sans faille notre rendez-vous du lundi. Et que nos militants aient continué tout au long de 2020 à porter vos revendications, défendre vos droits et vous accompagner dans les conditions difficiles que nous connaissons. Nous allons poursuivre ce travail contre vents et marées, avec enthousiasme et sincérité. Si vous n’êtes pas encore adhérent de FOCom et que vous souhaitez nous rejoindre, nous vous accueillerons avec plaisir. Et, quoi qu’il en soit, nous vous souhaitons à toutes et tous le meilleur pour l’année 2021.