Tracts-Publications

TOUS MOBILISÉS LE 5 OCTOBRE !

Orange - Mobilisation le 5 octobreMOBILISATION le 5 octobre : dès le mois de juillet, face aux préoccupations liées à l’emploi, la dégradation considérable des conditions de travail et du pouvoir d’achat, la confédération FO a lancé la perspective d’un mouvement de grève pour la rentrée. La situation sanitaire ne doit pas être utilisée par le gouvernement et le patronat pour accélérer la remise en cause des droits et des acquis des salariés et des jeunes.

FO appelle à une grande journée interprofessionnelle et intersyndicale de mobilisation le 5 octobre :

              • Pour exiger une augmentation générale des salaires.
              • Pour dire non à la réforme des retraites.
              • Pour dire non à la réforme de l’assurance chômage.
              • Pour dire stop à la précarité de nos emplois.
              • Pour la défense d’un service public fort.

Lire le tract : Tous mobilisés le 5 octobre !

MOBILISATION le 21 septembre : Tous ensemble pour défendre les revendications des salariés d’Orange

Pour FOCom, la décision unilatérale salariale d’Orange ne permet ni de reconnaître l’investissement exceptionnel de son personnel ni de préserver son pouvoir d’achat. Depuis des mois, nous dénonçons une forte dégradation du dialogue social. Les inégalités salariales se creusent et la reconnaissance est en berne.

Mobilisons-nous ensemble pour conserver les acquis et obtenir de nouvelles avancées sur les négociations Intergénérationnelles (fin de carrière et recrutements), Télétravail, Egalité Professionnelle et GPEC.

Lire le tract Mobilisation du 21 septembre

inFOcadres de septembre 2021

La situation des cadres d’Orange au 31 décembre 2020

(Source : Informations sur les rémunérations 2020 Orange SA présentées dans le cadre de la négociation salariale annuelle 2021)

Les effectifs cadres

Les cadres (42 353) représentent 59,5 % de l’ensemble des effectifs (71 153). Concernant la répartition des effectifs des cadres par bande CCNT, on note que 78 % des cadres sont en Dbis ou E. La bande E représente quasiment la moitié des cadres avec 48 %.

Si les femmes constituent 37,3 % de l’effectif total, elles ne représentent que 35,8 % des cadres :
38 % des cadres en Dbis, 33 % en E, 35 % en F et seulement 29 % en G.

Depuis des années, FOCom se bat pour l’accès des femmes aux plus hautes responsabilités, l’égalité dans l’évolution professionnelle, la reconnaissance des compétences et l’égalité salariale (voir tableau SGB moyen par niveau et par genre). Il reste encore de nombreux progrès à réaliser même si la situation s’améliore grâce aux mesures obtenues dans les accords signés par FOCom, issus des négociations salariales, intergénérationnelle, égalité professionnelle, etc.

Les salariés de droit privé représentent 68,6 % des cadres : 49,6 % des cadres en bande Dbis, 74,7 % en E, 81,1 % en F et 86,5 % en G.

Le Salaire Global de Base moyen

En 2021, FOCom a de nouveau pris ses responsabilités et décidé de ne pas signer l’accord salarial. Nous avons toujours été signataires de l’accord salarial jusqu’en 2019 parce que le consensus servait l’intérêt des salariés. Les pressions exercées sur la masse salariale depuis 2020 sont inacceptables alors que les bons résultats de l’entreprise permettraient une politique salariale ambitieuse à la hauteur de l’implication de tous les salariés, cadres et non cadres.
Cette année, la direction d’Orange a dû recourir, comme en 2020, à une décision unilatérale pour imposer sa décision de maintenir les augmentations salariales au même niveau que l’an dernier, soit à un taux directeur de 1,8 %, c’est-à-dire le plus bas depuis 2015.

Or l’engagement des personnels a été exemplaire malgré la crise sanitaire et des conditions de travail très dégradées. La direction d’Orange veut imposer seulement 0,45 % d’augmentation collective et au maximum 0,35 % d’augmentation individuelle. Quant au budget reconnaissance, de 0,55 %, il n’engendrera qu’un faible volume de promotions et de mesures complémentaires.

Ces mesures ne permettent ni de reconnaître l’investissement exceptionnel du personnel et en particulier des cadres depuis le début de la crise, ni de préserver leur pouvoir d’achat.

FOCom continue de revendiquer des augmentations salariales significatives en particulier sur la partie fixe de la rémunération, des mesures de rattrapage pour une véritable égalité et pour régler les situations individuelles, un budget suffisant pour la reconnaissance (parts variables, promotions, participation, intéressement, primes exceptionnelles).

Il est inadmissible que l’entreprise sache dégager de l’argent pour augmenter le dividende (environ 2,4 milliards d’euros de dividende au titre de 2020) et ne reconnaisse pas l’engagement de ceux qui en font la richesse.

La Part Variable Managériale

FOCom dénonce une baisse continue de la PVM en pourcentage du salaire fixe depuis 2016 alors qu’on exige toujours plus des cadres.
En 2020, les montants PVM versés ont subi une baisse de 4 % en moyenne, toutes bandes confondues. Pour FOCom, la PVM doit être un outil de motivation et de reconnaissance juste, intelligible, et cohérent avec les résultats de l’entreprise.

En pourcentage du salaire fixe, la part variable managériale versée en 2020 est à peu près la même pour les cadres de droit privé que pour les cadres fonctionnaires : 7,4 % pour les Dbis, 11,3 % pour les E, 15,9 % pour les F. En revanche pour le niveau G, la PVM représente en moyenne 24,3 % du salaire fixe des 637 cadres de droit privé tandis qu’elle est de 17,2 % pour les 145 cadres fonctionnaires.

Le nombre de promotions

Sur 42 353 cadres considérés dans le bilan de l’accord salarial 2020, seuls 1 930 ont bénéficié d’une promotion, soit 4,56 %, dont 920 sans changer de bande. A titre de comparaison, 2 579 cadres en ont bénéficié en 2019 soit 5,93 % (pour un effectif cadres de 43 488). Le pourcentage moyen d’augmentation pour promotion est de 5,9 % pour les 763 femmes, 5,4 % pour les 1 167 hommes et 5,6 % pour l’ensemble. Sur les 4 894 salariés, toutes bandes confondues, qui ont bénéficié de promotions, 39,4 % sont cadres.

LE CHIFFRE DU MOIS

50 000 €

C’est le salaire brut annuel médian des cadres en France selon le Baromètre 2021 de l’APEC. Notons que 80 % des cadres perçoivent un salaire compris entre 36 000 € et 85 000 € brut annuels.
10 % des cadres français gagnent plus de 85 000 € par an en moyenne. 5,2 % d’entre eux gagnent plus de 100 000 € brut par an. Par ailleurs, ce sont les cadres de moins de 30 ans qui profitent le plus des salaires les plus élevés.

Pour rappel, en 2020 à Orange et selon les chiffres fournis par l’entreprise, le SGB médian brut annuel des cadres s’établissait ainsi :

Cadres Contractuels Fonctionnaires
Dbis 37 568 41 028
E 50 133 51 129
F 71 527 70 555
G 116 060 82 660

Lire l’inFOcadres n°61 – Septembre 2021

La transformation numérique – Questions de fond été 2021

Transformation numérique chez Orange

La transformation numérique des entreprises s’est fortement accélérée avec la pandémie mondiale.
Chez Orange, le télétravail à temps plein est devenu la règle durant de longs mois pour une majorité de salariés.
Le « baromètre 2021 Digital Workplace » de l’IFOP en collaboration avec le cabinet Jolhiet-Stewern a mis en lumière la perception des collaborateurs et de leurs responsables hiérarchiques dans les entreprises de plus de 500 salariés sur « La révolution numérique ».
Elle bouscule les organisations du travail et les relations hiérarchiques au sein de l’entreprise.
Les cadres et managers s’interrogent sur leur rôle et leur place future.
Le cadre du XXIe siècle ne sera plus celui du XXe.

Télécharger le « Questions de fond » de l’été 2021

Salaires 2021 : tous engagés et mobilisés mais pas augmentés

« La formidable mobilisation de salariés » selon le PDG d’Orange « qui sont engagés et attachés à leur entreprise » selon la directrice Orange France, ne sera aucunement récompensée en 2021 par la redistribution pourtant légitime de la richesse qu’ils ont produite.

À nouveau cette année, le Comité Exécutif d’Orange a décidé de ne pas reconnaître l’investissement exceptionnel de ses salariés dans le contexte de crise sanitaire sous prétexte de « faire des économies sur la masse salariale » et de bloquer tout dialogue social pendant ce simulacre de négociation salariale.

Lire le tract : Salaires 2021 – Tous engagés et mobilisés mais pas augmentés