Orange

Stéphane Richard dévoile ses axes stratégiques

Stéphane Richard, qui a informé le conseil d’administration d’Orange de sa volonté de briguer un 3ème mandat en 2018, estime dans une interview au Journal du Dimanche que les conditions d’une consolidation du secteur des télécommunications en France ne sont pas réunies. « Il y a trop de défiance entre les acteurs, en particulier entre Bouygues et Free », déclare Stéphane Richard. « Et Bouygues est le seul à pouvoir faire bouger les choses. » Quant à la création d’un groupe intégré avec Orange, Vivendi et Telecom Italia, « c’est une fiction… L’essentiel de la valeur de Vivendi, c’est Universal. Il n’y a que des bouts de Vivendi qui pourraient théoriquement nous intéresser. » Un rapprochement capitalistique avec Canal est exclu « pour le moment ». Quant à un rachat éventuel de Telecom Italia, il n’est pas à l’ordre du jour selon le PDG qui préfère consacrer ses ressources à de nouveaux métiers « plus générateurs de croissance ».

Dispositif anti OPA rejeté au CA d’Orange

Lors du Conseil d’Administration du 1er juin, les représentants des actionnaires indépendants ont fait capoter (à 2% de voix près) les résolutions proposant des possibilités d’augmentation du capital en période d’offre publique. Ces dispositions visaient à donner la possibilité au CA de contrarier une prise de participation hostile par OPA. Une posture somme toute cohérente avec les intérêts des représentants des marchés financiers. Mais qui montre, face aux dangers à venir, la nécessité de donner aux représentants des salariés une part plus importante et d’obtenir de l’Etat un positionnement favorable à la défense de l’opérateur historique. Bientôt reçus, à notre demande par le secrétaire d’État au numérique, nous le lui rappellerons.

AG d’Orange SA : touche pas à ma boîte

A l’occasion de l’Assemblée Générale d’Orange SA du 1er juin, FOCom rappelle que la part du capital détenue par les salariés est stratégique, au même titre que le poids de la sphère publique (23% de l’Agence des participations de l’Etat et Banque Publique d’Investissement). En effet, il s’agit d’être en mesure de contrer toute tentative prédatrice sur l’opérateur historique… Ce qui est encore possible grâce à la loi Florange qui double le poids des parts et actions dès lors qu’elles sont conservées depuis 2 ans.

Ce qui nous importe également, ce sont les résolutions qui vont dans le sens de la défense des intérêts de l’entreprise, de ses personnels dans le monde et de ses salariés actionnaires (avec des mesures de fidélisation  par un dividende majoré aux salariés, par des offres récurrentes réservées au personnel, par le logement d’éventuelles actions gratuites dans le FCPE existant). Il faut donc selon nous soutenir toutes les actions qui projettent l’entreprise vers l’avenir  en favorisant le développement, l’innovation et l’emploi.

Privatisation d’Orange ? Pas si simple

Invité par le Club de l’économie du «Monde», Stéphane Richard  a déclaré le 26 mai que «sur le plan économique une privatisation d’Orange ne poserait aucun souci ». Il tempère toutefois ce propos en évoquant « un aspect politique et culturel » : le fait que « la moitié du personnel est sous statut de fonctionnaires ». Et il voit juste ! Les personnels, et en particulier les fonctionnaires, s’opposeront effectivement à une privatisation qui insécuriserait l’entreprise et ses salariés. Et FOCom les soutiendra dans cette résistance.

Naissance d’Orange Content

L’heure est à la diversification pour les telcos, notamment vers des activités de contenus. Stéphane Richard a décidé de créer la direction Orange Content qui lui sera directement rattachée à partir du 1er septembre.
Côté stratégie, FOCom se souvient de 2010 quand Orange, considérant le potentiel de rentabilité des contenus trop faible, chercha à se débarrasser d’OCS via une joint-venture avec Canal+. Le CE Innovation avait résisté bec et ongles aux côtés des salariés et au final OCS est resté dans le groupe et  les emplois ont été sauvés. Et la filiale est maintenant reconnue comme une «réussite exemplaire» avec ses 2,6 millions d’abonnés.
Aujourd’hui FOCom se félicite que l’activité Contenus remonte au plus haut de la stratégie d’Orange. Nos représentants au CE d’Imtw  restent toutefois vigilants quant à la situation des personnels concernés par cette réorganisation.