Orange

En faveur des consommateurs

Répondant aux injonctions de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), Orange vient d’inclure le prix de la location de sa box dans ses offres d’accès à Internet fixe.  SFR, Bouygues Telecom s’étaient déjà mis en conformité avec la réglementation de l’information sur les prix qui stipule que c’est la somme totale de ce que paie le consommateur qui doit être affichée. Free était le seul opérateur à n’avoir jamais contrevenu à la réglementation.  Dans le même souci de protéger le consommateur, SFR vient d’être condamnée par la cour d’appel de Paris pour des clauses de contrats abusives et illisibles.

Orange sort gagnante du conflit avec TF1

Un accord a été trouvé concernant la diffusion des chaînes du groupe TF1 auprès des abonnés Orange. Après un bras de fer musclé, TF1, qui demandait un peu plus de 25 millions d’euros par an à Orange, se contenterait finalement d’environ 12 millions d’euros. Non pour la diffusion des chaînes de la TNT, qui sont gratuites mais pour les nouveaux services : les grands événements sportifs diffusés en 4K et deux nouvelles chaînes. En revanche la tension demeure avec Canal+ et Free.

Stéphane Richard reconduit

Sans grande surprise, le conseil d’administration d’Orange s’est prononcé ce mardi en faveur du renouvellement du mandat d’administrateur de Stéphane Richard, première étape en vue d’un troisième mandat de Pdg. Une assemblée générale se tiendra le 4 mai prochain pour voter sa reconduction à la tête de l’entreprise. Nous avons, à FOCom, toujours exprimé notre préférence pour une stabilité à la tête de notre entreprise dans un contexte de fortes tensions du marché et de grands défis concurrentiels et technologiques à relever.

Orange Bank : 50 000 clients fin 2017 et puis…

C’est le chiffre annoncé par Stéphane Richard, qui fera un nouveau point, avec des chiffres actualisés, lors de la publication des résultats du Groupe, le 21 février prochain. Il a déclaré qu’il espère qu’Orange Bank se classera « dans le top 5 ou 6 des banques digitales au bout d’un an d’activité ». Une belle ambition qui se heurte, selon nous, à plusieurs obstacles :
Le plan de réduction du nombre de nos boutiques (aujourd’hui réduit à moins de 500 par rapport à 1200 il y a 5 ans) alors que notre argument majeur par rapport aux autres banques en ligne est notre réseau de boutiques, dans lequel nos conseillers labellisés IOBSP peuvent procéder aux ouvertures de compte, informer et fidéliser nos clients,
Les dysfonctionnements de l’appli et les insuffisances des services proposés :
L’installation de l’application est beaucoup plus laborieuse qu’annoncé mais surtout elle n’est pas supportée par tous les mobiles et il n’est proposé comme solution que le changement de mobile. Il faudrait trouver une solution technique et, dans l’attente, reporter la date limite pour bénéficier des avantages liés à l’ouverture du compte.
Une fois installée, le lancement est souvent très très lent, et une fois sur deux, il n’aboutit pas.
Il n’y a pas moyen de créer un compte joint.
Ces quelques irritants font hésiter des utilisateurs bien qu’enthousiastes au départ à faire d’OB leur banque privilégiée et à la promouvoir.

Comme le dit un salarié : « Au début, j’étais même un peu fier du défi que s’était lancé Orange mais c’est décevant ».  A ce sujet particulier des salariés ambassadeurs de la marque, FOCom apporte quelques suggestions concernant leurs « avantages » :
– faire perdurer l’offre de 40€ sans limite dans le temps
– faire sauter la limite de 3 paiements par mois pour les frais gratuits (pour les salariés Orange, la banque serait tout le temps gratuite)
– faire une offre jeunes (pas forcément que pour les salariés sachant qu’Orange Money ne fonctionne pas pour les moins de 18 ans sur iPhone mais uniquement sur Android. La raison invoquée par Orange, est que Apple ne veut pas que Apple Pay soit autorisé aux mineurs. Pourtant, d’autres banques proposent l’Apple Pay dès 12 ans).
– offrir des facilités d’accès aux prêts en termes de conditions, de caution voire de taux…

Orange exclut toute expension en Europe

La rumeur avait couru la semaine dernière d’une fusion entre Orange et Deutsch Telecom, ce qui avait un temps, le temps de l’annonce, boosté la valeur de notre titre. Mais cette annonce, vieille comme le serpent de mer, lequel ressurgit à épisodes réguliers et que l’on oublie aussitôt, n’était qu’une rumeur, démentie par Gervais Pélissier, Directeur général délégué, lequel a indiqué qu’aucune consolidation en Europe n’était à l’agenda d’Orange – tout en demeurant ouvert à d’éventuelles opportunités pour se renforcer, par exemple en Belgique ou en Roumanie. Mais pas en Allemagne, DT étant deux fois plus important que nous le mariage serait de toute façon disproportionné.