Orange

Orange opérateur le mieux placé

Le gendarme des télécoms a publié le 11 décembre le bilan de son service de signalements « J’alerte l’Arcep  » qui comptabilise 34.000 alertes sur un an de fonctionnement. N’en déplaise à nos détracteurs, c’est Orange qui s’en sort le mieux avec 15 à 20 alertes pour 100.000 clients. Viennent ensuite Bouygues Telecom (20 à 25), Free (25 à 30) et enfin SFR (30 à 35). Il faut également relever que les notes de satisfaction des services clients octroyées au travers des sondages réalisés en parallèle sont cohérentes avec les résultats bruts de la plateforme d’alertes de l’Arcep.

Orange s’envole sur la G

L’Agence Nationale des FRéquences annonce avoir autorisé, au 1er décembre 2018, 44.147 sites 4G dont 39.486 en service tous opérateurs confondus. Encore une fois Orange arrive en tête avec 444 sites mis en service en novembre, pour un total de 17.822. SFR suit avec 16.861 sites, dont 258 supplémentaires en novembre. Avec 190 nouveaux sites, Bouygues Telecom est 3ème totalisant 16.551 sites. Free reste dernier avec 222 nouveaux sites 4G, pour un total de 11.866.
L’ANFR a autorisé l’installation en novembre de plusieurs dizaines de nouvelles stations 5G expérimentales. Avec 16 nouvelles stations, dont 5 à Marseille, Orange en totalise 22 et devient le premier opérateur français en la matière, en dépassant Bouygues Telecom (19 au total). L’Agence a autorisé à déployer ses 8 premières stations expérimentales à Toulouse, lui permettant de refaire un peu son retard. Free, de son côté, n’est toujours pas entré dans la danse.

A noter que, sur la fibre, Orange garde une avance confortable mais est en recul passant de 63,4% de parts de marché il y a un an à 56% au 3ème trimestre.

Orange Bank bénéficiaire d’ici 2023 ?

Telle est l’annonce faire par son PDG, Paul de Leusse. Ce dont nous ne pouvons, à FOCom, que nous féliciter. Bien évidemment. Même si dans le détail, nous n’oublions pas que  le lancement d’OB devrait d’ici là amputer le résultat d’Orange de 500 à 600 Ms€. Avec une perte de 93 Ms€ pour l’année 2017. Il y aurait, à l’heure actuelle, environ 200 000 clients OB (dont 30 à 40% actifs) avec un objectif de 4 millions de clients en 2026, (dont : + 1 million en Espagne, et 1 million en Pologne, Belgique et Slovaquie). Le hic, dans cette perspective de croissance, ce sont nos boutiques. 60% des ventes sont faites en boutique, et lorsque le service a été lancé fin 2017, il y en avait environ 600. L’objectif fin 2019  étant de ramener ce parc entre 300 et 400  boutiques, on se pose à FOCom la question de la quadrature du cercle entre ce plan qui  nous fait désormais avoir moins de boutiques que SFR et la nécessité de recruter plus de clients pour Orange Bank.

Un plan de formation peu ambitieux

Le plan de formation pour 2019 prévoit 33,6h de formation en moyenne par salarié, en recul de 2h par rapport à 2017. Ce plan nous paraît manquer d’ambition. Ainsi pour ne prendre que l’exemple des parcours Futur’O, dispositif de reconversion professionnelle vers des métiers recruteurs, 69. 443h de formation pour 238 salariés en 2019 nous paraissent insuffisantes, voire anecdotiques par rapport au nombre de salariés à former.

Réseau cuivre oui, sanction non !

Les médias se sont fait l’écho de la mise en demeure d’Orange par l’Arcep de respecter son obligation de qualité de service sous peine d’une sanction pouvant atteindre jusqu’à 5 % de son chiffre d’affaires national (1 Md € est évoqué), voire 10 % en cas de récidive. En cause la dégradation progressive et significative en matière de téléphonie fixe. L’autorité impose des « paliers » à respecter trimestriellement. Sébastien Soriano, son président, a prévenu « Si l’injonction n’est pas traitée sérieusement, Orange est sanctionnable dès le début de 2019 ».
Il est exact que le réseau cuivre est difficile à entretenir avec 30 millions de paires de cuivre, 21.000 nœuds de raccordement, 1 million de kilomètres d’artères, pour moitié en souterrain et pour moitié en aérien, et 15 millions de poteaux.  Régulièrement victime de vols de câbles, ce réseau est vétuste (l’essentiel a été construit entre 1976 et 1978) et sensible aux intempéries. Pour autant, nous le réaffirmons, pour FOCom il n’y a pas de fatalité. Délégataire du service universel, Orange doit permettre un accès de qualité au téléphone y compris aux 20,1 millions de Français qui ont encore l’ADSL. L’entreprise doit y mettre les moyens en renforçant l’emploi dans les UI au lieu de les vider et en réinternalisant ce qui a toujours été notre cœur de métier. Et les autorités doivent l’y aider au lieu de l’affaiblir par une régulation imbécile et des sanctions inappropriées puisqu’elles affaibliraient la capacité d’Orange à investir.