Orange

A la traîne pour la 5G

A force de couper dans ses budgets R & D, les opérateurs européens (ou les équipementiers, sauf peut-être Nokia)  sont à la traine s’agissant de la 5G, les États-Unis et l’Asie faisant la course en tête. Cette 5G, commercialisée cette semaine pour la prochaine fois par Verizon, autorisera des débits multipliés par 100, et permettra de réduire à zéro le temps de latence (réponse du réseau). D’après une prévision européenne, la 5 G pourrait rapporter en Europe 113 Mds€ de bénéfices, en 2025, dont plus de la moitié (42,2 Mds€) dans l’automobile (voiture autonome).

Côté français, la feuille de route de Sébastien Sorriano reste dans le tempo européen : “une consultation au mois d’octobre pour définir les modalités d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs et un appel d’offres qui pourrait avoir lieu dans environ un an, à la mi-2019… on se situe dans un calendrier proche de celui de nos voisins européens”. Tout va pour le mieux madame la marquise, le Grand Régulateur veille !

Première pierre de Bridge à Issy les Moulineaux

bridge
FOCom y était… espérant (et nous oeuvrerons pour !) que ce nouveau lieu qui accueillera 3000 salariés ne sera pas seulement digital mais qu’il sera, aussi et avant tout, au service de l’humain offrant des conditions de travail optimales au personnel. RDV en principe dans 2 ans pour l’installation…

Orange à nouveau sanctionnée sur le marché entreprise

La fin de l’année arrive, l’État a besoin de boucler son budget. Alors (c’est quasiment devenu une habitude) les autorités se préparent à infliger une nouvelle amende à Orange. L’ARCEP a ainsi ouvert une procédure de sanction visant les conditions dans lesquelles Orange laisse ses concurrents accéder à ses réseaux pour desservir leurs clients entreprise. Pourtant le marché entreprise est le seul où les résultats de notre Groupe sont mauvais avec une baisse de 98 Millions €. Et ce malgré sa position ultra dominante avec 70% de parts de marché.
C’est qu’il s’agit d’un marché compliqué vers lequel aucun opérateur ne se précipite : Bouygues prépare l’ouverture de sa fibre aux opérateurs tiers… pour la fin de l’année. Pour Free l’arrivée sur le marché entreprises, prévue initialement en 2020, n’est plus une priorité. Et, depuis 2 ans, pour ouvrir le marché en s’appuyant sur les réseaux des autres opérateurs dont celui d’Orange, l’ARCEP a tenté de lancer, sans grand succès, Kosc un opérateur de gros chargé de revendre des lignes de fibre optique clefs en main à des opérateurs tiers.
Sanctionner au nom de la concurrence sur un marché où personne ne veut aller s’apparente à une spoliation pure et simple.

Orange au Top 50 des marques préférées des Français

L’agence Young & Rubicam vient de dévoiler son classement des 50 marques préférées des Français. On y retrouve 17 marques françaises. Décathlon ressort parmi les 10 premières aux côtés des 5 géants américains Google, Amazon, Disney, Microsoft, YouTube. Oui, une entreprise peut se comporter en voyou pour ses employés, le fisc et les méthodes de conquête des marchés sans pour autant perdre de notoriété. Comme le dit un vieil adage, on ne prête qu’aux riches ! En l’espèce, la force de frappe financière placée dans la pub et les nouvelles techniques de manipulation pour capturer les clients sont capitaux. C’est donc avec toute la circonspection nécessaire, mais une certaine jubilation, que nous apprenons l’entrée fracassante d’Orange à la 36ème place de ce Top 50 et… la sortie de Free.

Le personnel c’est essentiel

Malgré la guerre des prix qui plombe chiffres d’affaires et bénéfices, l’ARCEP se félicite que les opérateurs français aient encore investi près de 10 Mds € en 2017.
On remarquera qu’en dépit des efforts d’investissements inégalés (plus de 7 Mds au niveau mondial), Orange a réduit sa dette de 0,6 Mds €. Mais à quel prix ? Par une pression énorme sur les coûts, notamment les coûts indirects en repli de 112 M€, dont l’essentiel provient de la baisse des dépenses de personnel (-1,9%) réalisée majoritairement en France avec une diminution de près de 3500 ETP moyen. Chose que paient très cher les salariés qui voient une accélération de la dégradation de leurs conditions de travail, sans bénéficier des largesses accordées aux actionnaires. La politique salariale ne récompense pas leurs efforts et les résultats obtenus (confirmés au 1er semestre 2018). FOCom continue à réclamer des emplois et un geste conséquent de la Direction en faveur de son personnel, que ce soit sous forme d’un intéressement exceptionnel comme en 2016 ou d’une prime.