Clients

TECHNICIENS : 100 % digital = 100 % fliqués

exp-client

À la manière d’Uber et de son système de commandes de véhicules par GPS, la direction d’Orange expérimente actuellement un système de géolocalisation et de notation des techniciens via une application développée par Smartfix censée « améliorer l’expérience client lors des interventions ».

Déjà expérimentée à Nice et au Havre pour la fibre, en Normandie, et dans le Sud-Est chez un sous-traitant d’Orange, la démarche est actuellement testée auprès de techniciens volontaires du Département d’Intervention Client et Réseau 75 et 92.
Le client reçoit un SMS l’invitant à se rendre sur la web-app où il peut récupérer le prénom, la photo et la note du technicien. Outre les possibilités classiques laissées au client comme celles de vérifier les infos sur le RDV, laisser un message et accepter (ou refuser) un décalage du RDV, le client peut suivre le trajet du technicien 20 minutes avant le RDV. Et il a la possibilité de noter le technicien le lendemain de l’intervention.

Lire le tract : TECHNICIENS : 100 % digital = 100 % fliqués

Suite pétition Delivery : compte-rendu d’audience à la Direction

Une délégation de FOCom a été reçue le 28 mars par la Direction Entreprise France pour porter les 636 signatures de la pétition « Delivery ça suffit » demandant des mesures d’urgence face à une situation très tendue sur le terrain.  La Direction a reconnu les difficultés rencontrées tant par les clients que par les salariés, difficultés impactant DEF, OWF, la DGC, les UIs  et les UPR. Elle a admis que son « crash program » qui n’a pas encore donné les résultats escomptés. Loin s’en faut puisqu’elle n’attend pas d’améliorations perceptibles sur le terrain avant juin ! Pourtant elle affirme que le sujet est prioritaire pour le COMEX qui entend « ne rien lâcher ». A notre exigence de recrutements, la Direction s’en tient au nombre déjà décidé, indiquant toutefois ne pas avoir de problématique de budget pour en réaliser de nouveaux en cas de besoins remontés par les unités. Concernant notre demande de prime reconnaissant la pénibilité liée à Delivery, à ce stade elle oppose un refus. Sur la question de la surcharge de travail, il nous est répondu que c’est à la main du management local mais que le code du travail et les accords vie privée-vie professionnelle doivent être respectés. Enfin, la Direction nous annonce qu’il est créé le 3 avril une cellule de soutien nationale des Responsables d’Affaires Clients.

La délégation FOCom a averti qu’elle rendrait compte au personnel et l’accompagnerait dans les suites qu’il entendra donner.

Delivery met le feu

La grève a été massivement suivie ce 6 février au département Delivery de l’AEOA.
Les conditions de travail se sont considérablement dégradées dans les services concernés par la mise en oeuvre de Delivery. À chaque occasion, FOCom a alerté la Direction et exigé le déblocage de moyens en termes d’emplois mais aussi de reconnaissance. Devant la pression, la Direction a déclenché en novembre un « crash program » ce qui revenait à reconnaître l’ampleur des problèmes. Elle a promis des recrutements. Ceux-ci sont en nombre insuffisant et tardent trop à venir, sachant qu’il faut un an de montée en compétences pour rendre les futures recrues totalement opérationnelles. Nous sommes donc encore loin de la sortie du tunnel et les conditions de travail continuent à se détériorer ! Dans cette situation extrêmement tendue dont les salariés font les frais, la Direction doit lâcher immédiatement :
– des recrutements en nombre suffisant ;
– un accompagnement financier spécifique pour tous les acteurs impactés par les difficultés de mise en œuvre de Delivery et Compliance ;
– la suppression des disparités de classification pour un même travail (ex. : collègues en D assurant les tâches des RAC 3 positionnés au minimum en Dbis ou soutiens Delivery qui sont encore en D) ;
– la reconnaissance de la multi-compétence liée à Delivery, en favorisant toutes les solutions telles que les parcours qualifiants permettant à des RAC2 multi-compétents de devenir RAC3.
Et nous attendons toujours :
– un SI performant, ergonomique et simplifié
– une meilleure réactivité dans la mise en place des plans de formation en particulier pour les nouveaux arrivants
– une meilleure communication des actions entreprises pour améliorer véritablement le quotidien des équipes.

Delivery met le feu

Les conditions de travail se sont considérablement dégradées dans tous les services concernées par la mise en oeuvre de Delivery. A chaque occasion, FOCom a alerté la Direction et exigé le déblocage de moyens en termes d’emplois mais aussi de reconnaissance…

Lire le tract : DELIVERY met le feu

Voir et signez la pétition