Actualités

Actus

Une qualité de service préservée grâce aux salariés

En 2020, l’Arcep a reçu plus de 33.000 alertes (+37%). Elles permettent de signaler un problème rencontré sur le réseau. Free s’est retrouvé le plus souvent au cœur de la tempête, talonné par SFR et Orange. Outre la dégradation du réseau que nous dénonçons depuis plusieurs années, cette augmentation des alertes de dysfonctionnements de l’internet fixe s’explique en grande partie  par la crise sanitaire et la généralisation du télétravail. Et pourtant, l’Arcep se félicite d’avoir cette année mis particulièrement en exergue les problèmes signalés par les publics prioritaires que sont le personnel soignant, les entreprises d’importance vitale, les collectivités locales. Cependant, la vraie mobilisation a eu lieu, en amont, au quotidien sur le terrain, grâce à l’implication sans faille de nos équipes. En effet, FOCom rappelle que ce sont les salariés d’Orange, conscients du rôle essentiel de l’entreprise et de la nécessité d’assurer la continuité de service, qui se sont fortement mobilisés pour répondre aux nombreuses sollicitations et cela d’autant plus auprès des publics prioritaires. Aussi, contrairement à 2020, l’entreprise ne doit pas être indifférente, cette année, à la négociation salariale et nous négocierons sans relâche afin d’obtenir une reconnaissance à la hauteur de l’investissement et du professionnalisme des salariés.

Intelligence Artificielle au service des salariés !

La pandémie COVID-19 a considérablement bouleversé nos modes de vie et nous assistons à une prégnance de plus en plus importante dans notre quotidien. L’intelligence artificielle s’invite dans de nombreux domaines tels que la santé, l’ingénierie, l’éducation, les transports…et va conduire à des transformations profondes.  Les algorithmes sont incontournables mais ils doivent être éthiques, transparents et responsables. Dans le monde du travail, l’IA contribue à la croissance de l’activité et à mettre fin aux tâches répétitives ou compliquées. Au-delà des enjeux considérables à venir, il est crucial que la transformation numérique soit bien encadrée afin de ne pas devenir un outil contre-productif pour l’entreprise et être intrusive et source de RPS pour les salariés. Chez Orange, l’IA peut induire une baisse des compétences requises ou à l’inverse nécessiter une montée en qualification et favoriser l’émergence de nouveaux métiers hautement qualifiés et reconnus comme tels. Ses impacts sur l’organisation du travail en termes de besoins en formation et de compétences, de charge de travail et d’autonomie doivent être anticipés afin de garantir un réel accompagnement des salariés à la transformation numérique. Enfin, elle ne doit et ne peut servir de prétexte à des suppressions d’emplois et n’avoir pour but la seule rentabilité. Tout comme le digital, l’IA doit servir l’humain et non l’inverse. FOCom milite pour une intelligence artificielle au service des salariés !

Programme Scale UP : un scalp immobilier !

La COVID-19 représente une véritable aubaine pour l’entreprise afin de justifier la réduction du parc immobilier d’Orange. Ainsi lors du CSEC du 20 avril, la Direction nous a indiqué qu’une réflexion est en cours suite à la crise sanitaire. Elle pourrait conduire à amplifier la réduction des surfaces immobilières en même temps qu’émergerait un développement du télétravail. Depuis 2014, le parc immobilier a déjà diminué de 5 %. Le parc tertiaire passerait de 2.033000 m² fin 2020 à 1.725.000 m² fin 2023, soit -15 % des surfaces tertiaires en 3 ans, ce qui n’est pas acceptable ! FOCom dénonce le programme d’économies Scale UP d’1Md€ dont 80M€ à 100M€ d’économies sur l’immobilier avant 2023. Selon l’entreprise, l’organisation du travail passerait d’une logique de « site d’appartenance » à une « offre multi-lieux ». FOCom alerte l’entreprise sur les impacts humains et financiers qui en découleraient pour les salariés. En effet, Corpo-working, Flex-desk et autres nouveaux modes d’organisation se développent de plus en plus, au détriment du collectif et des besoins réels des salariés. Pour FOCom, les orientations présentées au CSEC sont en opposition avec l’ambition affichée de « rester un acteur de proximité dans tous les territoires ». Nous veillerons à ce que l’équilibre vie privée-vie professionnelle soit respecté et que les lieux et espaces de travail soient conformes aux attentes des salariés.

Très bonne dynamique commerciale au 1er trimestre : et la dynamique salariale ?

Commentant la publication des résultats du 1er trimestre, monsieur Stéphane Richard a déclaré : « Malgré les effets de la crise sanitaire, le Groupe parvient à maintenir son chiffre d’affaires en croissance (+0,5 %) et à stabiliser son EBITDAal (-0,3 %). Le marché Entreprises poursuit l’amélioration observée depuis la chute du T2 2020. Les services IT et intégration se développent fortement, à l’image des activités de Cloud ainsi que Digital et Data dont les chiffres d’affaires ont bondi respectivement de +5% et +11% sur un an. En France, les performances commerciales sont très solides et nous affichons un nouveau record de ventes nettes FttH, cela nous permet d’atteindre près de 5 millions de clients sur la fibre.  Par ailleurs, Orange Bank compte 1,5 million de clients en Europe. La forte demande pour les smartphones 5G augure d’une adoption rapide de cette technologie par nos clients. Tous les objectifs annoncés il y a un an seront ainsi atteints et dans de très bonnes conditions financières. Enfin, je suis fier de souligner qu’Orange continue à être à la hauteur de ses responsabilités face à la crise sanitaire grâce à la force de ses réseaux et à l’engagement de ses salariés, que je remercie chaleureusement ».

Au-delà de chaleureux remerciements, les salariés attendent une véritable reconnaissance plus particulièrement en cette période de crise qui a bouleversé leur mode de travail. Ils ont fait preuve d’une agilité et d’une adaptabilité exemplaires, comme à leur habitude. Cette crise ne doit pas servir d’alibi pour réaliser des transformations qui vont à l’encontre du bien-être et de l’intérêt des salariés. Et, à l’ouverture des négociations « salariales » et « d’intéressement », nous comptons sur un « chaleureux remerciement » se concrétisant sur la fiche de paie des salariés.